Délit de Facies
Vagabond
avatar
Messages : 52
Or : 1250
Date d'inscription : 23/11/2018 Age : 23

Feuille de personnage
Puissance Divine: 108
Alignement du personnage: Neutre
Topics terminés: 4
MessageSujet: Délit de Facies   2019-01-13, 03:23

Cela faisait bien longtemps que je n’avais pas voyagé avec quelqu’un, depuis même plusieurs mois, puisque cela remontait a l’époque où nous nous étions installé a Dublith avec le gang. Depuis que je suis piégé dans ce monde, je n’ai pas vraiment eu de compagnon sur lequel compter pour voyager. Hoshino m’avait bien accueillit, mais ça restait plus de l’aide passive. Grâce a elle j’avais pus occuper mon temps avant de récupérer mes pouvoirs, le tout en me faisant un petit pactole. Dommage qu’une occasion pareille se soit présenter, j’aurais bien aimé passer plus de temps avec elle, mais je suis l’avarice, je n’allais pas passer a coté d’une occasion pareille !

Mais quelque part, je me sentais un peu mal pour elle. J’aurais volontiers préféré qu’elle me rejoigne, mais je doute qu’obéir a mes ordres ne lui plaise vraiment. Il serait certainement mieux pour elle de continuer sur sa voie pendant que je suivais la mienne. En tout cas, Andréas n’était pas vraiment un compagnon de voyage très bavard. Normal vous me direz pour une armure tout juste animé. D’ordinaire ses partenaires ne s’attardaient pas a lui demander son avis ou sa volonté et se contentaient de le trimballer de gauche a droite, qui s’attarderaient sur un outils après tout ? Mais les choses avaient changées maintenant, l’armure était maintenant vivante, avec sa propre âme.

« Well, sinon qu’est ce que tu aime faire mon petit Andréas ? C’est quoi tes projets avec ce nouveau corps ? »

L’armure continuait sa marche en me répondant sèchement avec sa voix métallique.

« Vous protéger et tuer vos ennemis, c’est ce que font les armures. »

Andréas n’avait que quelques jours d’existence, ses expériences se limitaient a celles d’une armure de héros, errant de bataille en bataille pour protéger son porteur. Mais il ne devait plus se limiter a cela, maintenant qu’il avait son propre corps, il pouvait avoir ses propres objectifs, des objectifs que j’aiderais certainement a réaliser.

« Hmm, mais tu es plus qu’une armure maintenant tu sais ? Tu dois bien avoir des choses que tu veux faire maintenant que tu as un corps non ? »

Continuant sa route, l’armure répondait sans s’arrêter.

« Arrêtez de mentir, vous m’avez volé pour une raison. Vous ne m’avez pas libéré, seulement changé de cage. »

Certes, il est vrais. J’avais volé l’armure d’Andréas pour m’en faire un allié. J’avais besoin d’un compagnon pour m’aider dans mes objectifs et je n’ai pas vraiment laissé le choix a ce dernier pour ce qui était de me suivre. Mais étais-ce vraiment aussi impossible que cela de vouloir le bien de son partenaire en même temps que sa loyauté ?

« Haaan, dit pas ça mon gros. C’est pas parce que je t’ai recruté un peu de force que ton sort m’est égal. Tu es un de mes hommes maintenant, donc tes désirs sont aussi les miens quelque part. Et j’obtiens toujours ce que je veux, haha ! »

Je donnais une petite tape dans le dos de la carcasse métallique, créant un bruit qui résonna dans le plastron vide. Andréas s’était arrêté, sans visage et avec la stoïcité que l’on pourrait attendre d’un soldat, il était bien difficile de dire ce que pensait l’armure vivante.

« Enfin, je me demande ce que Shoumei a à nous réserver. Tu y as déjà été ? Je me demande si les femmes son bonnes là bas. Peut-être qu’on trouvera de bons bars aussi.»

La visière d’Andréas se tourna dans ma direction, laissant sa voix métallique résonner une fois encore.

« Je ne sais pas. Leurs combattants ne sont pas mauvais. »


Nous progression tout les deux le long de la route, un homme clairement différents de la norme et une armure noire fumante. Qu’est ce qui pouvait mal se passer ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shoumei
avatar
Messages : 93
Or : 345
Date d'inscription : 09/11/2018

Feuille de personnage
Puissance Divine: 186
Alignement du personnage: Loyal bon
Topics terminés: 2
MessageSujet: Re: Délit de Facies   2019-01-14, 18:06

- Délit de Faciès -

C'est que j'ai eu beaucoup de mal à digérer mon dernier repas. Je pense avoir mal cuit la bidoche car je me retrouve assailli d'un mal bien étrange. Effectivement, ayant laissé ma Sainte monter la garde non loin de moi, je me suis défroqué afin de me libérer de ce terrible mal. Ce n'est pas une partie de plaisir, c'est comme sentir vos entrailles s'arracher à mesure que vous tentez d'expulser le malin de votre corps. J'en grogne tellement j'ai mal. Je crois bien que ce calvaire a duré plus d'une bonne demi-heure, de quoi me faire suer et pleurer. Une affaire encore rondement mené pour le Paladin que je suis ahah, vous me direz ce n'est pas bien important de vous faire part de ce genre de mésaventure, mais je vous ai juré une totale transparence !

Je peux donc remettre mon bas et remettre mon attirail convenablement. Je m'en veux un peu d'avoir ainsi sali les racines de ce sapin, mais je n'ai pas eu le choix de faire autrement. En tout cas, je peux enfin respirer un bon coup et me remettre de mes émotions. Je m'en vais reprendre ma sainte afin de reprendre la route. Autant dire que ça va être plus facile de marcher sans avoir mes boyaux qui hurlent de douleur. Je note bien évidemment qu'il faut que je sois vigilant la prochaine fois que je vais faire cuire ma viande. Bon, maintenant on peut se concentrer sur notre marche afin de rejoindre la ville la plus proche.

Comme vous le savez, dans mes aventures il m'arrive toujours des choses improbables. Sûrement que je suis un aimant qui attire l'imprévu et qui provoque sa chance. Alors que je remets ma sainte autour de ma ceinture j'entends des voix qui se rapprochent de ma bedaine. Si j'ai bien appris quelque chose ces derniers temps c'est qu'il faut écouter avant d'entrer en scène. C'est d'ailleurs ce que me suggère Jeanne. Je me pose donc derrière le tronc du sapin voisin, car bien évidemment je n'ai pas envie de marcher dans ma propre merde. Je me permets donc de poser une oreille attentive afin d'entendre ce qu'il se dit.

On me parle déjà ? Ah non… C'est juste que d'entendre le terme gros me fait souvent penser qu'on s'adresse à moi, mais ce n'est pas le cas. Qui plus est, ces derniers temps j'ai perdu du poids. A dire vrai je ne comprends pas grand-chose à ce qui se raconte entre les deux individus. Enfin, je comprends bien qu'ils ne viennent pas de Shoumei… Des étrangers donc ? Il faut que j'en ai le cœur net, et pour se faire je dois me dévoiler à nos nouveaux amis. Je suis étonné de ne pas avoir été remarqué par l'odeur abominable qui émane de ma besogne. Je pose la main sur le manche de mon arme et sort de ma cachette avec classe et élégance.

Seul bémol : ils continuent de marcher et du coup je suis derrière eux. Nul besoin de s'inquiéter car Vergil de Benedictus trouve toujours une solution appropriée à son problème. J'ai une voix qui porte et je peux donc les interpeller de ma position actuelle. La vue de cette armure m'inquiète… Peu commun que de voir un jeune gaillard se balader en compagnie d'une chose qui transpire le mal par tout les pores de son âme…


« Halte là étrangers ! », je me caresse la barbe afin de paraître intelligent et charismatique, j'attends qu'ils se retournent avant de continuer. « Dites moi étrangers, quel bon vent vous amène sur les Pins Argentés de Shoumei ? », j'avance de quelques pas, tenant fermement le manche de Mille Vérité. « Quelque chose me dit que vous n'êtes pas ici par hasard… et au vue de ce qui émane de votre ami je n'ai pas le sentiment que vos intentions soient parfaitement louables ! D'ailleurs, d'où venez-vous mes lurons ? »

Il ne faut pas m'en vouloir, mais c'est bien vrai : quand on porte une armure et que de celle-ci se dégage une sorte de fluide noir et ténébreux… Eh bien moi je m'en vais crier au secours ! Nul besoin d'avoir mon génie pour le comprendre, ils ne sont pas sur nos terres pour simplement bavarder et se pavaner gentiment. Après, il se peut que je me trompe… et donc j'irai m'en excuser, mais pour le moment j'attends des réponses. J'arrête d'ailleurs de m'avancer afin de garder une distance de sécurité.

Ma Sainte ne prend pas la parole pour le moment. Je la connais, elle n'est pas du genre à parler pour rien, elle n'estime pas encore nécessaire de faire acte de présence. J'espère simplement pour les guignols qu'ils ne vont pas s'aventurer à me chercher. Je ne rigole jamais quand il s'agit de prévenir un danger au sein de la Fédération. J'ai un rôle à tenir et je m'y cramponne ! Je me retiens tout de même de rire… Quel drôle de façon de se vêtir… N'a t-on pas dit à cet étranger que le climat n'est pas favorable pour ceux qui s'habillent léger ? Une fourrure en guise d'écharpe cousu à une courte veste en cuir noir… Tout de cuir ? Est-il du genre à jouer les gigolos dans les maisons de bas quartier ? Bonne question…
Par Vergil de Benedictus, fils de Dieu



Code couleur Vergil: #990033 | Mille Vérités: #9966cc
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vagabond
avatar
Messages : 52
Or : 1250
Date d'inscription : 23/11/2018 Age : 23

Feuille de personnage
Puissance Divine: 108
Alignement du personnage: Neutre
Topics terminés: 4
MessageSujet: Re: Délit de Facies   2019-01-14, 19:14

A vrais dire, je n’avais aucune idée de si les autorités de Dangshuan étaient au courant de mon larcin, ou encore de comment ils allaient réagir, mais disons que je préférais ne pas être là pour le découvrir, l’instinct de survie j’imagine. Beaucoup de chose restaient flou, je ne savais pas bien où je me rendais ni ce que j’allais bien pouvoir y faire. Avec Andréas a mes cotés, de plus grande perspectives s’offraient a moi qu’être un simple boutiquier. Peut-être mercenaire ou bien voleur, en fonction de ce qui rapporte.

J’étais entrain de réfléchir a mes projets pour cette nouvelle contrée, quand une voix se fit entendre derrière nous, une voix qui nous interpellait et nous demandait de nous arrêter. Je me retournais nonchalamment pour voir un homme assez marqué revêtue d’une armure sûrement trop ostentatoire pour un combat, posant sa mains sur la poignée de son épée en posant ses questions quand a la raison de notre présence, sans oublier de faire quelques commentaires sur Andréas et la nature que promettaient d’avoir nos activités.

Je me tournais vers Andréas en me tenant le menton, pensif.

« Hmmm, c’est vrais que j’y avais pas penser avant mais tu n’es pas très discret, avec tout ce brouillard qui émane de ton armure. Tu peux pas l’éteindre ? »

La voix métallique de l’armure fit vibrer l’air d’une résonance inhumaine alors que sa visière se tournait dans ma direction.

« Non. »

Toujours aussi direct … Si seulement il pouvait avoir un minimum d’humour. Je haussais les épaules, avant de me rediriger vers notre intrus en même temps qu’Andréas. Je me raclais un bon coup la gorge avant de reprendre.

« Enfin, j’imagine que nous aurons tout le temps de nous en occuper plus tard, concentrons nous plutôt sur l’affreux. Well mon gros, dis moi qui tu es pour croire que c’est une bonne idée de me menacer, surtout avec Andréas a mes cotés. Tu es de Shoumei ? Je m’attendais a ce que les gens soient arriérés mais tu m’as vraiment l’air de sortir d’un autre âge. C’est quoi la prochaine étape, tu vas te mettre a hurler « Pour la lumière ! » aussi ? »


Je m’approchais nonchalamment de l’inconnu, un sourire carnassier aux lèvres et les mains dans les poches de ma veste.

« M’est d’avis que tu devrais te retirer, c'est plus de ton âge l'aventure»

L’armure animé se tenait en retrait, regardant la scène avec des yeux intrigués et inexistants.

« Maître, vous ne devriez pas ... »


Andréas n’était pas le genre a se laisser emporté par ses émotions et pour lui, il était tout a fait logique de garder une certaine distance vis à vis de son ennemis. Mais Greed n’était pas aussi prudent que le chevalier noir, bien loin de là.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shoumei
avatar
Messages : 93
Or : 345
Date d'inscription : 09/11/2018

Feuille de personnage
Puissance Divine: 186
Alignement du personnage: Loyal bon
Topics terminés: 2
MessageSujet: Re: Délit de Facies   2019-01-15, 01:39

- Délit de Faciès -

Qu'il est comique ce personnage ! Je ne peux m'empêcher d'éclater de rire. Je n'ai pas rencontrer pareil individu depuis fort longtemps et je dois avouer qu'il me surprend. Pouvons-nous lui pardonner ? Certainement. Il n'est pas de notre nation et ne doit sûrement pas savoir à qui il a affaire le pauvre. Par ma barbe qu'il est atypique le bougre. Son acolyte semble d'ailleurs bien intéressant. En tout cas je peux être sûr d'une chose : il ne semble pas vouloir être sympathique à mon égard. N'importe qui de censé et d'un tantinet intelligent serait déjà en train de mesurer la gravité de ses paroles, mais pas lui. Sans doute que le pauvre est téméraire et ne connaît pas encore l'étendu de son erreur. Le fait qu'il se permette d'avancer ainsi suite à mon avertissement en dit long sur sa connerie et je vais devoir une nouvelle fois inculquer ce qu'est le respect à un inconnu sorti de nul part.

Pour qui peut-il bien se prendre pour fouler de la sorte le sol de notre Fédération et se donner le droit  de me répondre de la sorte ? Moi, trop vieux ? Ahah, je ne suis qu'au début de ma vie et il pense pouvoir me juger trop âgé pour m'occuper de son cas. Je vous jure, les jeunes de nos jours ne semblent pas connaître le respect et ne savent pas non plus jauger la personne qui leur fait fasse. C'est triste à dire, mais je vais sûrement devoir lui faire tâter de mon Marteau de la Justice afin de lui faire comprendre tout cela. En attendant, ce qui m'intrigue le plus est son coéquipier… Comment ont-ils réussi à pénétrer nos frontières en traînant derrière eux une fumée si sombre et si ténébreuse ? Sans doute que les gardes devaient secrètement se pinter la gueule avec l'alcool que nous interdisons sur notre territoire.


« Qui je suis ? », dis-je en dégainant Mille Vérité par précaution. « Je suis Vergil de Benedictus pardi ! Futur Paladin de rang Divin, défenseur de la veuve et de l'orphelin ! Pourfendeur du mal et de la corruption, protecteur des terres saintes de Shoumei. », je ris quelque peu avant de le fixer avec le plus grand des sérieux. « Maintenant que vous savez à qui vous avez affaire mon enfant… Je vous conseille de vous arrêter et de me dire qui vous êtes et ce que vous comptez faire au sein de notre Fédération. »

Je n'ai jamais été aussi sérieux qu'à ce jour. Je pense l'avoir déjà dis, j'ai horreur que l'on salisse le sol de ma nation. En l'occurrence, quand j'observe les gaillards que j'ai sous le nez j'ai de sérieux doutes quant au fait qu'ils puissent venir en simple touriste et se contenter d'admirer le paysage. Je ne me proclame pas protecteur de ces terres pour rien. Je n'ai que trop souvent constater le regard des autres sur ma bedaine. Le passé que j'ai derrière moi et la réputation que j'ai eu par le passé me portent aujourd'hui préjudice. Néanmoins, à défaut d'avoir le respect des miens, je me dois de respecter ma parole et mes convictions.

Je me sens gonflé à bloc désormais. Je tiens sans doute là ma première véritable prouesse en tant que Paladin. Si mon piffe ne se trompe pas et que j'ai en face de moi une menace, alors je vais pouvoir jubiler de cette rencontre durant des mois. D'ailleurs, je vais en faire quoi après la raclée ? Les torcher avec passion avant de ramener leurs deux petits culs à la ville la plus proche ? Je dis ça, mais sans doute qu'un adversaire de valeur se cache parmi-eux… Il va bien falloir le vérifier, et maintenant je ne tiens plus en place ! Ma lame se change en marteau et le pied de celui-ci vient se frotter au sol dans un léger fracas afin de le faire s'enflammer et qu'un halo de chaleur se propage autour de nous. Et si je lui faisais partager mon entrain ?


« Vous devriez écouter les conseils de votre acolyte. Nul besoin de se battre pour si peu, je ne suis pas un mauvais bougre et vous propose une solution pacifique. »

« C'est d'ailleurs de cet acolyte que vous devriez vous méfier Messire. Je vous rappelle que c'est de lui que nous sentons une anomalie. N'est-ce-pas de cet individu qu'émane une substance anormalement sombre et ténébreuse ? Étrangement, ce n'est pas pour autant que je ressens quelconque hostilité ou présence maléfique venant de lui. »

Il est vrai… Pour en être certain j'entre totalement en osmose afin de partager ma vision et mon ressenti avec Mille Vérité. Ainsi je peux analyser les choses avec son regard et inversement. C'est toujours un sentiment de sérénité et de paix qui m'envahit lorsque je me livre à cette pratique. Mon regard se pose sur l'armure alors que mon interlocuteur continue de réduire l'écart nous séparant. Effectivement, je ne ressens rien de maléfique émanant de sa personne. C'est étrange car ce qu'il dégage physiquement donne réellement l'impression d'avoir en face de soit un potentiel danger à venir.

Je fixe donc de nouveau le jeune sacripant faisant marche vers moi. Bon dieu qu'il est étrange ce spécimen. L'apparence d'un jeune jemenfoutiste, mais tout d'une anomalie de la nature. Je n'ai pas pour habitude de ne pas comprendre rapidement, alors excusez-moi donc d'être perdu quand je regarde cet abruti. D'où il sort ? Qui de normalement constitué et de mortel peut contenir en lui autant d'âmes ? Que peut-il bien foutre avec tout cet attirail ! Je tente de trouver réponse en cherchant du coté de ma Sainte, nous avons beau tenter de comprendre la chose à deux, rien n'y fait, c'est tout bonnement incompréhensible.


« Pour la dernière fois petit sacripant reste là où tu es. », je sers des dents, empoignant désormais le manche de mon marteau à deux mains, me préparant à l'assaut. « Je sens chez vous quelque chose de contre-nature. En tant que Paladin et représentant de la Justice Divine je me dois de vous arrêter sur le champs. », je le fixe avec le plus grand des sérieux. « Dites-moi ce que vous faites avec autant d'âmes contenues dans votre enveloppe charnel, à quoi vous servent ces âmes ?! »

Je grogne intérieurement. On ne peut retenir ainsi des âmes et surtout les empêcher de trouver la paix qu'apporte le repos éternel. A t-il seulement conscience du mal qu'il peut faire ? J'en doute fortement, personne de censé ne va prendre le risque de commettre pareil péché. Il faut être fou, ou bien même se prendre pour dieu afin de s'aventurer sur une pareille folie. Qui est donc cet individu ? Pourquoi est-il ici et surtout… qui a bien pu le créer ? Je sens en Jeanne a sentiment de perdition. C'est la première fois que ma Sainte n'arrive pas à comprendre quelque chose, elle apprend ce qu'est l'ignorance.

« Qui vous a crée ?! Vous n'êtes pas une création des Dieux. Je veux aussi que vous me disiez par quel sortilège vous êtes lié à votre acolyte. »

Par ma barbe qu'elle m'en fait perdre un peu mon sérieux. Je ne l'ai jamais entendu hausser le ton et encore moins prendre un ton aussi sec et dur envers quelqu'un. C'est que ces bougres n'ont pas mis longtemps à la mettre en joie. Décidément, je ne vais pas avoir le temps de rire un peu plus avec eux. J'ai eu dans l'idée de glisser une boutade plus tard une fois notre luron arrêté, mais je pense qu'on va rester sur cette lancée durant tout l'interrogatoire. Je vous jure, on pense pouvoir mêler l'utile à l'agréable et on finit empêtrer par nos obligations jusqu'au cou.
Par Vergil de Benedictus, fils de Dieu



Code couleur Vergil: #990033 | Mille Vérités: #9966cc
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vagabond
avatar
Messages : 52
Or : 1250
Date d'inscription : 23/11/2018 Age : 23

Feuille de personnage
Puissance Divine: 108
Alignement du personnage: Neutre
Topics terminés: 4
MessageSujet: Re: Délit de Facies   2019-01-15, 02:21

J’avais maintenant un nom a mettre sur ce grossier personnage : Vergil de Bénédictus, un paladin défenseur de la veuve et de l’orphelin. Un imbécile fermé d’esprit donc, génial ! Il voulait que je me présente et que j’explique ce qui pouvait bien m’amener a Shoumei. Mais il fallait d’abord que j’éclaircisse un point en tournant nonchalamment vers mon acolyte.

« Andréas, tu sais ce que c’est que ces Paladins ? »

Sans broncher d’un pouce, l’armure me répondit de sa voix métallique.

« Des soldats de l’église. »


Je claquais des doigts, comme si j’avais été frappé d’une illumination.

« De l’église ? Oh, tu dois être un de ces imbéciles qui vénèrent encore les dieux ? Dire qu’il y a toute une nation pour vénérer ceux qui vous ont maudits, massacrés et exploités. Ah vraiment, je me croirais presque à la maison. »

Leur situation ressemblait beaucoup a celle des hommes à la botte de Père, complètement inconscient qu’ils travaillaient a leur propre destruction. En tout cas, le vieillard ne manquait pas d’assurance, peut-être même un peu trop, mais c’est ce qui rendait la chose amusante.

« Oh, ce n’est pas comme si j’avais quelque chose a craindre de toi, mais je vais au moins me présenter. J’aime beaucoup parlé de moi. Je suis Greed, l’incarnation de l’avarice ! Que ça soit les femmes, l’argent, le pouvoir ou la gloire, tout dans le monde m’appartiendra ! Oh, pas seulement celui là, l’existence entière m’appartiendra, haha ! »

Je jubilais a gorge déployés, comme si parler de mon ambition renforçait mon envie de tout posséder. C’était dans ces moments que je me sentais brûler d’un désir des plus ardents. En tout cas, le paladin semblait se sentir intimidé, puisqu’il précisait qu’il n’y avait pas de raison de se battre et qu’il proposait une solution pacifique. Je lui sourriais a pleine dents en lui répondant.

« Oh, je n’ai pas peur de quoi que ce soit, de même que ce n’est pas moi qui parle d’un combat. »

La scène qui s’en suivit était plutôt singulière, puisque je me retrouvais en face d’un paladin qui parlait a son … épée ? Well, je parlais bien a mon armure personnellement, difficile de juger mais il faut dire que je m’attendais pas a tomber sur ce genre de choses aussi vite. Est ce que tout les objets de ce monde étaient animés ?! En tout cas, tout comme Arimav avant lui, le bougre semblait sentir que j’étais différents et se sentais intimidé par la chose. Il me questionnait quand aux âmes que contenait ma pierre et ce a quoi elles pouvaient bien me servir.

« Oh ça mon petit humain, c’est un secret bien gardé. Qu’est ce que tu pourrais bien me proposer pour que je te donne ces informations ? »


Maintenant c’était l’épée du paladin qui insistait pour que je cède mes informations. Elle semblait particulièrement acerbe et me traitait comme une sorte d’erreur de la nature. Enfin, les homonculus n’existent pas a l’état naturel, alors … oui ?

« Well, je m’attendais pas a tomber sur ce genre de bizarrerie mais je dois dire que je suis assez intrigué. Je te propose un deal mon petit humain : Donne moi ton épée et je te donnerais toutes les réponses que tu veux. Alors ? Je trouverais bien de l’utilité a ce genre de babiole. »

Andréas restait en retrait, totalement de marbre alors que son maitre prennait des risques inconsidérés. Il n'avait reçus aucun ordre, ce qui signifiait pour lui que son propriétaire ne désirais pas qu'il intervienne.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shoumei
avatar
Messages : 93
Or : 345
Date d'inscription : 09/11/2018

Feuille de personnage
Puissance Divine: 186
Alignement du personnage: Loyal bon
Topics terminés: 2
MessageSujet: Re: Délit de Facies   2019-01-15, 03:49

- Délit de Faciès -

Il n'y a vraiment que les jeunes et les ignorants pour ne le retenir que les méfaits de nos divinités. Je trouve cela tellement dommage que l'on se  rabaisse à se souvenir que des mauvais agissements de ces êtres. J'ai de la peine pour lui de se noircir ainsi l'esprit. Pourquoi ne pas admettre que commettre une erreur est propre à tout un chacun ? Pourquoi ne pas simplement admettre le fait que nous sommes tous capables du meilleur comme du pire ? Je peux comprendre que les Dieux ont été bien trop loin, qu'ils se sont enfoncés dans ce sentiment de suprématie qu'ils ont eu et qu'ils se sont laissés pervertir l'esprit. On ne peut nier les faits. Sauf qu'on ne peut pas non plus nier que sans eux, nous ne serions pas ici à discuter. Ils ont été puni pour leurs péchés et nous sommes désormais libérés de leur emprise. Tout ce qui nous reste d'eux est le savoir qu'ils nous ont légué. Il est nécessaire pour moi de les représenter et de louer ce qu'ils ont été fut un temps. Oui, je vénère et je prie les Dieux qui nous ont crée et qui nous ont guidé. Je ne prie pas ceux qu'ils ont été avant la fin de leur existence. La Justice que je représente est celle qui aurait toujours dû être appliquée à l'époque.

Ce qui est certain c'est qu'il a de l'ambition le jeunot. Tout va finir par lui appartenir ? Il ne se fait pas appeler l'avarice pour rien le bougre, je dois au moins lui accorder le fait que son nom lui va à ravir. Se permettre de parler ainsi des Dieux et se revendiquer comme un péché, un comble tout de même. Heureusement pour lui, l'osmose me rassure à mesure que je la fais durer, ainsi j'évite de trop m'emporter et de me laisser perturber par ces affronts qu'il ne cesse de débiter.


« Dans l'optique où vous soyez hostile et que vos intentions ne soient pas louables, je tente simplement de vous mettre en garde. », ma poigne se resserre. C'est que ce Greed ne semble pas vouloir s'arrêter. « Vous n'êtes pas ici à la maison mon petit, vos actes peuvent avoir de lourdes conséquences. Je vous serai gré de prendre en considération mes avertissements. »

Je suis déjà bien gentil de le mettre en garde moi… J'ai déjà de lourdes charges à son encontre et une ribambelle d'interrogations encore sans réponses. Cet énergumène me prouve au fil des minutes qui défilent que je ne peux pas baisser ma garde et penser qu'il n'est pas une menace. Nous n'avons jamais rencontré un spécimen de ce genre. C'est qu'on ne me prend pas une seule seconde au sérieux… Greed pense être en mesure de négocier quelque chose. Que nenni mon pauvre, tu ne te rends pas compte du risque que tu prends à t'approcher ainsi en me prenant de haut. A t-il conscience que je ne vais pas prendre le risque de le voir me toucher sans savoir ce qu'il fait de ses âmes ? Qui me dit que de son doigt il ne va pas m'arracher la mienne ?

Nous ne savons rien de cet inconnu et il refuse de nous éclairer. Je dois être prudent car dans le fond je me dis que ces âmes sont peut-être celles d'individus qu'il a pu croiser sur sa route. C'est peut-être ce genre de créature à vous arracher la vie d'une simple gifle. J'avoue que la mienne doit être énorme et bien dure à extirper de ma grosse bedaine, mais ce n'est pas impossible. Quelle hérésie peut-il bien être ? Maintenant que j'y pense… Des rituels sataniques sont pratiqués sur nos terres, ce Greed est peut-être le résultat d'un rituel maléfique. Oui, il est peut-être l'incarnation même du malin ! Son apparence belliqueuse, son dialecte, cet acolyte transpirant de cet amas de noirceur…

Il m'insulte maintenant de petit humain et en a après ma Sainte… Il n'y a bien qu'un démon ou un serviteur de Xo'Rath pour parler ainsi ! Nul doute possible, je ne peux le laisser se balader dans la Fédération. Qui sert le mal et les ténèbres se doit d'être jugé et purifié ! Je suis en accord avec Jeanne, nous ne pouvons le laisser nous toucher ni même prendre le risque qu'il s'approche davantage. Je ne pense pas qu'il soit nécessaire de le tuer, mais on doit au moins l'immobiliser afin de lui tirer les vers du nez et le purifier du maléfice opérant sur son corps et son âme. D'ailleurs, il est aussi nécessaire de libérer ces innocents qu'il garde en lui.


« J'espère que vous me pardonnerez mon enfant, mais vous ne me laissez pas le choix. », je lève mon Marteau avant de finir ma déclaration. « Espérons seulement que votre acolyte sera plus coopératif que vous. »

Alors que j'ai levé mon marteau en présentant sa tête à ma droite, je finis par l'abattre sur le flanc gauche du visage de mon interlocuteur. J'ai instinctivement enflammé la tête afin que le feu puisse tenter d'atteindre les âmes emprisonnées en lui afin de les purifier et de les libérer. Je n'ai que très peu de chance que ça fonctionne, car la purification n'agit qu'à la mort de l'être. Or, l'objectif n'étant pas de le tuer, je ne suis pas censé pouvoir atteindre directement les âmes qu'il retient en lui. Enfin, je dis ne pas vouloir le tuer, mais quand je vois son corps projeter sur ma gauche je commence à me demander si je n'y ai pas été un peu trop fort dans le fond…

C'est que maintenant que je le vois à terre, je constate que sa nuque ne semble pas intacte. J'avoue avoir un moment de flottement alors que son coéquipier ne bronche toujours pas. Merde… Quel con… J'en oublie souvent la masse de ce marteau et je ne fais pas réellement attention à la force que je mets dans mon coup. Pourtant je suis certain de ne pas y avoir été très fort, je vous le jure… Faut dire qu'ils sont bien fragiles les jeunes de nos jours. Moi à l'époque, quand mon sergent me bottait le cul je me souviens que peu importe la force qu'il mettait, eh bien mon bassin était toujours en place. Je commence réellement à douter avant d'entendre ma Sainte me rassurer alors que j'écarquille les yeux en écoutant ses paroles.


« Regardez-y à deux fois Messire… Ce Greed est toujours en vie… », la voix de ma Sainte semble maintenant s'adresser au deuxième luron. « Est-ce le lien qui vous unie qui le maintient en vie ? Ou est-ce les âmes que vous possédez ? »

« N'obligez pas ma Sainte à se répéter… », je fixe la tête de Greed fumant encore à cause de mon feu sacré qui se dissipe peu à peu. « Je ne pense pas  qu'il se relèvera de si tôt, il doit sûrement être en pleine léthargie ma chère. Restons à distance de l'autre saligot. », j'ai du mal à quitter l'autre abruti tant je peine à croire qu'il puisse encore respirer. « Répondez à nos précédentes questions, et peut-être pourrez-vous être escorté en-dehors de la Fédération sans être arrêté. Encore une fois, je tente de vous avertir. », je songe quelques instants. « Je tiens à m'assurer que vous n'êtes pas une menace pour ce monde et sa Fédération. Malheureusement, la fumée que vous dégagez, ce lien que vous entretenez avec cet individu nommé Greed et les âmes qu'il semble renfermer… Tout cela me conforte dans l'idée que vous n'êtes ni mortels, ni saints et ni même natifs du Sekai. »

Pour le dernier point je le suggère car ma Sainte n'a pas connaissance de leur provenance ni même de leur nature. Ces individus, et tout particulièrement ce Greed, ne semblent pas vieux. Pour l'autre, on ne peut pas dire vue qu'on a pas encore vue sa gueule derrière son casque. Il n'empêche que cela fait bien trop d'inconnus dans l'équation. Puis, ça fait aussi bien trop d'éléments convergeant vers un même point. On ne peut se dire que tout cela n'est le fruit que de coïncidences ne pouvant être reliées entre elles. Je reste sur mes gardes, attendons de voir la suite des événements.
Par Vergil de Benedictus, fils de Dieu



Code couleur Vergil: #990033 | Mille Vérités: #9966cc
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vagabond
avatar
Messages : 52
Or : 1250
Date d'inscription : 23/11/2018 Age : 23

Feuille de personnage
Puissance Divine: 108
Alignement du personnage: Neutre
Topics terminés: 4
MessageSujet: Re: Délit de Facies   2019-01-15, 04:46

Le corps humains est tristement fragile, un choc trop violent peut facilement faire voler les os en éclats, et pour peu que cet os en question fasse partie de votre colonne vertébrale, c’est la mort ou la paralysie a vie. En tant qu’homonculus, mon corps est indéniablement celui d’un être humain classique, mais la présence d’une pierre philosophale change quelque peu la donne.

Le violent coup de masse enflammé que je reçus dans la joue emporta ma tête par son poids et un violent craquement osseux se fit entendre a proximité. La nuque était brisée et la tête ballottait sans aucune attache alors que la moitié gauche du visage commençait a cloquer sous l’effet des flammes magiques. Mon corps chuta bruyamment au sol, immobile. Je me retrouvais désemparé, mais bien vivant. Les homonculus ont pour cœur leur pierre philosophale qui était leur seul véritable point vital. Le cœur ou le cerveau n’étaient que des accessoires et induisait très souvent leurs adversaires en erreurs.

Le paladin s’était tourné vers le dernière adversaire qu’il apercevait : le chevalier noir, qui restait parfaitement stoïque malgré les interjections du guerrier. Les émotions étaient quelques choses d’encore étranger pour lui, il ne se sentait pas attrister ou paniqué du sort de son maitre. Il ne lui avait rien ordonné

Quelques étincelles rouges commencèrent a se manifester autour de mon cou, signe que mon corps commençait a réparé les dégâts qui lui avaient été causés. Mon corps commença a se redresser, malgré l’impossibilité de la scène, avant qu’une de mes mains n’empoigne mon crâne et d’un mouvement brutal le remette en place dans un autre craquement immonde. Lorsque la fumée se dissipa, le paladin pouvait voir que je lui souriait a grande dents, la moitié du visage transformé en crâne calciné mais qui commençait a se régénérer lentement.

« Et bien, tu n’y vas pas de main morte. Au moins, je n’ai plus mal aux cervicales maintenant, haha ! »

Ma voix avait quelque peu muée en quelque chose de monstrueux a cause des dégâts qui avait été subit. Je m’amusais a faire quelque vocalise, alors que mes cordes vocales finissaient de se régénérer avant de reprendre.

« Well, on dirait bien que le temps des discutions est révolus. Dommage, j’aurais préféré éviter d’en arriver là, malheureusement pour toi, je finis toujours par avoir ce que je veux. Aller, et essaye de ne pas mourir. »


Je me retournais en faisant un petit salut au Paladin.

« Andréas, il est a toi. »

L’armure vivante décroisa les bras aux commandes de son maitre et approcha de la scène en empoignant une branche, qui pris rapidement la même aura noire qui hantait l’armure ainsi que quelques vénulles rougeoyante parcourant le bois de long en large. Le chevalier noir s’approcha du paladin a petit pas, avant de se figer face a lui, le fixant dans les yeux de sa visière flamboyante. Après quelques secondes de silence, la voix métalique d'Andréas résonna dans l'air.

« J’espère que tu es fort, Paladin de Bénédictus. Je ne retiendrais pas mes coups. Montre moi ta valeur chevalier. »

Andréas se mit en garde, utilisant sa branche démoniaque a la manière d’une épée a une mains. Il était difficile de dire ce que pouvait bien penser le chevalier noir derrière son casque et son aura de ténèbre mais il semblait observer attentivement son adversaire, essayant probablement de le jauger et d’analyser la garde du paladin.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shoumei
avatar
Messages : 93
Or : 345
Date d'inscription : 09/11/2018

Feuille de personnage
Puissance Divine: 186
Alignement du personnage: Loyal bon
Topics terminés: 2
MessageSujet: Re: Délit de Facies   2019-01-15, 14:23

- Délit de Faciès -

« Par ma barbe… Quelle est donc cette sorcellerie… »

Je ne peux pas y croire… Il est tout bonnement impossible de se relever après un pareil coup de marteau. N'importe qui de normalement constitué est censé rester au sol et convulser comme un animal crevé. Je n'en crois pas ma barbe et ma Sainte est aussi surprise que moi. Jamais de ma courte vie d'homme je n'ai eu à contempler pareil spectacle. C'est tout bonnement incroyable. Je recule de quelques pas par sécurité lorsque je le vois se redresser. Mais qui sont ces individus à la fin ? Quelle hérésie lui permet de produire ce tour de passe-passe. Cela n'annonce rien qui vaille et je me dois de faire barrage devant eux pour les arrêter. Désormais il m'est impossible de les ignorer et de les laisser se balader ainsi. Il nous faut des réponses et je compte bien les obtenir. Moi, Vergil de Benedictus, m'en vais accomplir cette tâche qui est désormais la mienne.

Son visage est laids, il transpire la puanteur. Ce n'est ni humain, ni de ce monde. C'est donc quelque chose ne répondant pas aux règles de notre monde. Rien dans ce personnage ne semble faire écho à une quelconque lumière, même sa voix me semble diabolique. La surprise me paralyse. Dois-je lui coller un second coup pour vérifier si j'hallucine ? Est-il de ces morts-vivants ayant été à la solde de Xo'Rath par le passé ? Un pantin articulé venu d'une autre dimension afin de dévorer la lumière de notre monde ? Je ne suis certain que d'une chose : cet adversaire n'est pas du genre moustique à se laisser écraser sans broncher.

Quelle arrogance tout de même… Prétendre obtenir toujours ce qu'il désire… Et même si ce Greed arrive à m'arracher Mille Vérité des mains il va être bien déçu au final. J'ai tenté de les raisonner, j'ai tenté de les faire se rendre sans engager d'affrontement direct, mais force est de constater qu'ils ne sont pas enclin à se rendre sans faire de grabuge. Je leur octroie un point pour le courage dont ils font preuve. Nous sommes désormais forcés de leur faire face et de leur passer les menottes.


« Ahah ! Je dois avouer que je reste sur le cul. Je n'ai jamais croisé d'individu tel que vous et votre capacité à vous relever après avoir goutté à mon célèbre Marteau de la Justice me fait dire que vous n'êtes pas de ces gens qui se laissent facilement attraper. », je tape de mon marteau au sol tandis qu'il passe la main à son acolyte. « J'ai hâte de que vous me parliez de votre monde et que vous vous confessiez quant à l'origine de votre maléfice. »

La température grimpe une nouvelle fois. Elle grimpe si bien que la neige et le froid autour de moi commence peu à peu à s'effacer de l'atmosphère. Mes bottes se frottent désormais à l'eau entrant en ébullition. Pour la première fois depuis la découverte de cette forme je vais pouvoir faire parler de son pouvoir. Je dois saisir ma chance de faire une démonstration de mes talents. Je dois leur faire comprendre que je ne suis pas de ces aventuriers à se laisser abuser de la sorte. Ils vont tâter de ma foi et de ma justice.

Un halo de de lumière et de flamme s'installe autour de ma bedaine. On peut apercevoir comme une énergie rougeâtre apparaître au fur et à mesure que les secondes passent. C'est comme revêtir un manteau qui vous réchauffe la couenne, mais qui n'entre jamais en contact avec votre carcasse. Je dois rester attentif à ce que je fais, je n'ai pas envie d’endommager la faune et la flore environnante. Le décor que nous offre mère nature ici est sacré à mes yeux, il fait parti de notre Fédération et de notre foi que nous partageons tous.


« A défaut d'obtenir ce que vous voulez, je constate que vous préférez vous cacher derrière votre acolyte. », je fixe désormais mon nouvel adversaire qui semble s'adresser à moi en s'armant d'une branche. « Seriez-vous celui des deux à qui il reste encore un semblant d'honneur et de bienséance ? », je ris un peu avant de reprendre parfaitement mes esprits. « Je saurai me montrer valeureux et digne de vos attentes. Je sens en vous un semblant d'honneur et de chevalerie. »

Oui, des deux sacripants c'est bien celui qui semble avoir le plus l'allure d'un natif. Son armure, sa posture et ses mouvements m'indiquent que je n'ai pas affaire à un débutant. Tout cela m'amène sur encore plus de questions. Malheureusement je ne risque pas d'obtenir gain de cause pour le moment. Qui plus est, je suis toujours tracassé par cette histoire d'âmes qu'ils semblent cultiver en leur sein. Du moins, c'est un fait avéré pour Monsieur. Avarice de première, pour cet Andreas c'est plus une sorte de pacte qui les lie, mais sur lequel je n'arrive pas à mettre le doigt.

A quoi dois-je m'attendre ? Ai-je en face de moi quelqu'un d'honorable et sachant combattre dans les règles de l'art ? Ou suis-je encore en train de me frotter à un lâche de première qui usera de la première occasion pour me tromper ? Je dois m'en remettre à ma Sainte, oui, je dois me laisser emporter par ce sentiment que nous partageons. Être en paix avec moi-même et me fier à cette justice que je défends. Rien ne doit perturber mon esprit en cet instant crucial. Restons concentré. J'ai bien eu l'idée de balancer une boule de feu à notre animal, mais frapper dans le dos ne me ressemble pas. Je tiens donc fermement mon marteau entre mes mains et le garde en diagonal, je me permets simplement de lancer un projectile enflammé en préventive vers le chevalier ténébreux.


« Avant de commencer, j'aimerai simplement savoir d'où vous venez et à quelle figure j'ai affaire. Un chevalier se doit de se présenter dans les règles avant un duel afin que son adversaire puisse retenir son nom et ses origines. », un sourire loufoque se dessine sur ma gueule de macaque. « Alors Sir. Andreas, faites moi le plaisir de m'annoncer contre qui je vais me frotter. Je n'ai jamais eu l'occasion de rencontrer un adversaire animant une branche pour me défier. »

Mile Vérité n'a pas dit un mot pour le moment. Elle semble en pleine analyse et tente de comprendre ce que l'on vient de voir quelques instants auparavant. La créature s'éloigne de la zone de combat et je commence à emboîter silencieusement le pas vers notre ami. J'analyse la position de ses jambes, le placement de ses mains sur cette branche qu'il semble animer de son brouillard ténébreux. Aucun regard, une simple visière par laquelle j’aperçois une lueur pourpre. Tout est démoniaque dans ce personnage, hormis son dialecte et son attitude. Apparence de démon, mais comportement de chevalier. Je suis perplexe.
Par Vergil de Benedictus, fils de Dieu



Code couleur Vergil: #990033 | Mille Vérités: #9966cc
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vagabond
avatar
Messages : 52
Or : 1250
Date d'inscription : 23/11/2018 Age : 23

Feuille de personnage
Puissance Divine: 108
Alignement du personnage: Neutre
Topics terminés: 4
MessageSujet: Re: Délit de Facies   2019-01-15, 18:49

Forcément, une scène de résurrection reste un spectacle rare, capable de laisser les plus endurcis des guerriers pantois face a la possibilité d’affronter quelque chose que leur force ne pourrait vaincre. Mais celui-ci, s’il était sûrement surpris de ce qui venait de se passer sous ses yeux, n’en perdait pas son ardeur pour autant et c’est avec beaucoup d’entrain que le paladin acceptait le défis d’Andréas.

Peut-être était-ce l’honneur ou tout autre concept du genre qui avait empêché le combattant de m’attaquer, alors que je m’écartais de la scène pour laisser sa place a Andréas. Mais cela ne s’appliquait pas a ses mots, qui me décrivaient comme étant lâche avec une forte propension a me cacher derrière mes sbires. J’allais m’asseoir sur une souche non loin pour lui répondre et observer.

« Hahaha, mais c’est qu’il mordrait presque le petiot. Me cacher ? Pas vraiment, je ne fais que m’installer au première loge pour voir mon partenaire a l’action. Ça sera une première, même pour moi, donc je suis assez excité, haha ! »

Le chevalier de l’église semblait avoir quelques pouvoirs lié aux flammes, entre le coup qu’il m’avait asséné et la protection qu’il semblait avoir mis en place en vus de son combat avec Andréas. Intriguant, quel genre de tour pouvait bien nous réserver cet hurluberlus ? Mais j’avais confiance en Andréas pour prendre en charge ce problème.

L’armure continuait sa progression inexorable vers le paladin sans se laisser perturbée par les paroles de ce dernier. Une fois en place, a seulement quelques mètres de son adversaire, Andréas s’était fixé en attendant que son opposant se prépare a ce qui allait suivre. Malheureusement pour lui, Vergil était très bavard là où Andréas préférait parler avec son corps. Il se contenta de répondre sèchement et directement avec la même voix métallique.

« Je ne suis pas chevalier. Tu connais déjà mon nom et je n’ai pas d’origine. »


Lorsque le paladin demanda a savoir contre qui il allait se frotter, on pouvait sentir un soupir dans l’armure vide d’Andréas. Il n’aimait pas réellement les discussions et préférait que les choses soient réglé au plus vite.

« Il n’y aura aucune retraite, paladin. »


De sa main libre, Andréas empoigna son casque et le jeta au sol, dévoilant sa nature d’armure animé a son adversaire. Le chevalier noir laissa quelques instants au paladin de se remettre de sa découverte avant de passer a l’assaut, assenant un coup vertical a la tête de son adversaire, dans la prévision de lui faire lever son marteau pour parer alors que lui se préparait a asséner un grand coup de genou dans le coté droit de Vergil. A cause de sa nature, Andréas était un combattant rapide et endurant, un soldat beaucoup plus dangereux par ses techniques que sa puissance brute.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shoumei
avatar
Messages : 93
Or : 345
Date d'inscription : 09/11/2018

Feuille de personnage
Puissance Divine: 186
Alignement du personnage: Loyal bon
Topics terminés: 2
MessageSujet: Re: Délit de Facies   2019-01-17, 18:26

- Délit de Faciès -

« Décidément vous avez le don de piquer ma curiosité… »

Une armure vide… Me voila de nouveau bouche bée. Comment cette armure peut bouger sans avoir de corps à l'intérieur ? Vous me direz sûrement que je suis mal placé pour poser ce genre de question vue que je porte sur moi une arme capable de parler, de penser et d’interagir. Néanmoins, Mille Vérité possède en elle l'âme de ma Sainte. Cet Andreas serait-il lui aussi le fruit d'une consécration ? Un esprit du passé ayant décidé de s'incarner dans une armure ? Non… Je sens Jeanne m'indiquer le contraire. Qui est-il donc ? Pas le temps de se poser des questions pour le moment, le bougre s'avance et je dois m'apprêter pour le combat. En tout cas, on peut dire qu'il fume pas mal l'ami… Je risque d'avoir du pain sur la planche.

Une fois mes esprits retrouvés, celui-ci se présente à moi pour un assaut direct. Il ne perd pas de temps et je remarque qu'il n'est pas là pour tergiverser. Quel dommage… Moi qui adore parler et faire connaissance avec mes adversaires, je vais devoir me contenter d'un simple duel. Je suis sûr d'une chose néanmoins… Les deux sacripants ne repartiront pas avec Mille Vérité, il en est hors de question. Alors qu'il semble vouloir me porter un coup à la tête, je lève mon marteau pour parer avec le manche et le repousser en arrière mais… Mais c'est qu'il désire me faire plier le salopiot ! Le que cet Andreas me porte au niveau des cotes semble affecter la chair présente dans mon armure. C'est que de sentir la ferraille vous tâter la peau ne fait jamais grand plaisir, il faut l'avouer…

Je me suis fait avoir, et je m'en mords les doigts. Je n'ai qu'une option : répliquer ! Si je perds mon temps à parler je ne risque pas d'avoir une chance de le toucher. Je me demande d'ailleurs si de lui envoyer un coup direct pour le faire valser va dé-constituer les différentes parties de l'armure… Bonne question. En attendant je me remets du coup en me redressant fièrement, retenez que tout cela ne se passe sur quelques secondes à peine afin de bien visualiser comme je fais danser ma bedaine. La température monte un peu plus, sans pour autant atteindre des extrêmes car je n'en ai pas encore la maîtrise parfaite. La tête de mon marteau s'enflamme et je m'apprête à lancer la contre-offensive.

Je le fais tournoyer de mes mains assez rapidement afin de propager le feu et de le rendre plus intense. Espérons que l'effet purificateur des flammes puisse l'atteindre un tantinet. Après une danse pour attiser le feu, me voila désormais en train de tenter de lui porter un coup sur le flanc gauche de son corps. La tête se dirige vers ce qui logiquement doit être une épaule, mais qui du coup n'est que l'épaulette métallique de l'armure. Vous l'aurez compris, c'est en diagonal avec un angle que je ne saurai vous dire car je suis trop con pour cela. Chaque coup porté par la tête est suivi d'un impact enflammé car cette forme me permet de projeter du feu. Sachant que ce sera sur une très courte distance, voir sur un impact, j'espère que les jointures de son armure sont solides.

Va t-il esquiver ? C'est une très bonne question. Mon corps suit le mouvement de mes bras et si esquive il y a je lui conseille de bien tenir sur ses guibolles à l'ami. Oui, car je compte ensuite tenter une approche dite du bélier. C'est comme enfoncer une porte, mais avec la tête  d'un marteau de guerre. Il faut savoir être prévoyant et avoir au moins un coup d'avance au cas où. Je reste fier de mes appuis, car sans eux je ne peux affirmer vouloir reculer d'un bond si mes attaques ne l'atteignent pas afin d'esquiver une potentielle contre-attaque imprévue.
Par Vergil de Benedictus, fils de Dieu



Code couleur Vergil: #990033 | Mille Vérités: #9966cc
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vagabond
avatar
Messages : 52
Or : 1250
Date d'inscription : 23/11/2018 Age : 23

Feuille de personnage
Puissance Divine: 108
Alignement du personnage: Neutre
Topics terminés: 4
MessageSujet: Re: Délit de Facies   2019-01-18, 01:51

Le combat avait commencé alors que les cliquetis métalliques inondaient la zone. Les deux combattants n’étaient pas vraiment des poids légers et comptaient bien plus sur la solidité de leur carapace que sur leur capacité a esquiver pour survivre. Andréas avait fait preuve de perspicacité en choisissant son premier coup, puisque son adversaire avait réagit exactement comme il l’avait prévus en levant son marteau pour parer l’attaque avec le manche, laissant ses côtes exposées à l’attaque du chevalier noir. Mais si le coup avait bien touché Vergil, si le paladin semblait avoir quelques peu souffert de ce coup, le résultat était assez mitigés comparé aux attentes d’Andréas. Être une armure vivante n’avait pas vraiment que des avantages, privée du poids d’un combattant, ses coups étaient plus faible que ne pouvaient l’être ceux d’un combattant entraîné. Bien qu’il compensait légèrement ce désavantage a travers l’emprise de sa rune sur son armure, les performances restaient moindre, et cela se ressentait quelque peu dans ce premier échange.

C’était maintenant au tour du paladin de Bénédictus de passer a l’assaut en faisant quelques moulinets avec son arme. Cette dernière émettait de plus en plus de flamme, c’était une capacité qu’avait put observé Andréas auparavant lorsque Greed avait encaissé l’attaque de Vergil, mais contrairement a l’homonculus, l’armure noire n’avait pas de nerf qui aurait rendus cette attaque plus dangereuse et sa carcasse encaissait pour ainsi dire la chaleur bien mieux qu’un corps humain. C’était l’occasion rêvée pour atteindre son adversaire et le neutraliser.

L’attaque vient de la gauche, un revers de marteau destinée a l’épaule d’Andréas. L’armure réagit rapidement en jetant son arme dans sa main gauche, avant d’asséné un violent coup vertical destiné a l’épaule de son assaillant. Les deux attaques connectent presque au même moment, l’arme de fortune d’Andréas se brisant sous le choc, là où le coup de marteau déstabilisait le chevalier noir et le fit reculer de quelques pas sur la droite, emporté par la force du coup.

Le chevalier noir était satisfait de son plan : son armure avait bien encaissée l’attaque, les flammes n’avait rien fait de bien particulier, là où lui avait put endommager l’armure et certainement les os de son adversaire. Mais Andréas avait sous-estimé l’efficacité des flammes du paladin, ces dernières étaient sacrée, chargée d’énergie magique purificatrice qui ne manquait pas de perturbée la magie qui lui permettait de se mouvoir. En d’autres mots, son bras gauche était pour l’instant inutilisable, non pas car trop endommagé, mais parce que l’influence de sa rune était bloquée.

Andréas semblait s’arrêter quelques secondes, visiblement pensif, avant de se redresser.

« Intriguant. Je comprend que Greed soit intéressé par cette arme. Des pouvoirs remarquables et problématiques. Sans eux, ce combat n’en serrait pas un. J’aurais préféré t’affronter face à face, plutôt que dans les mains de ce garçon. »

L’armure jeta le reste de son arme vers son adversaire. Les objets qui quittait les mains du chevalier noir perdait rapidement son influence, mais le processus était suffisamment lent pour permettre l’utilisation d’arme de jet. Ainsi, le dard de bois continuerais de profiter de la bénédiction d’Andréas jusqu’au moment de l’impact, avant de retourner a sa forme classique. Rapidement, le chevalier noir empoigna une autre branche, plus grande cette fois-ci et l’utilisa comme un bâton de combat alors qu'il chargeait dans la mêlée.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Délit de Facies   

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La police française pratique le délit de faciès
» Mots de 7 lettres!!! N°2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sekai no Tenchi :: Notre monde :: Fédération de Shoumei :: Pins argentés-
Sauter vers: