Une amnésique en ces terres [PV Vergil]
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Vagabond
Robin
Messages : 79
Or : 1305
Date d'inscription : 18/12/2018

Feuille de personnage
Puissance Divine: 179
Alignement du personnage: Neutre bon / Chaotique mauvais
Topics terminés: 7
Une amnésique en ces terres [PV Vergil] Empty
MessageSujet: Une amnésique en ces terres [PV Vergil]   Une amnésique en ces terres [PV Vergil] Empty2018-12-19, 19:23



Une amnésique en ces terres
feat. Vergil



Un réveil confus

Musique

Ma tête était… Lourde. En fait, c’était même tout mon corps qui semblait être complètement léthargique… J’avais l’impression que mon crane était percé par moults éclairs, et le bourdonnement incessant qui infestait mes oreilles n’aidait pas non plus à me faire croire que tout allait bien… Si je le pouvais, mon premier réflexe aurait été de me soutenir la tête, peut-être même de me presser les tempes, mais mes bras ne réagissaient pas, immobilisés dans une torpeur inquiétante…  J’avais comme l’impression d’être comme complètement alitée à la suite d’une forte fièvre en fait… Après tout, j’étais allongée, mais d’une manière un peu inconfortable…

Mais malgré tout ça, je n’avais pas la force actuellement de me poser la moindre question… La seule chose que je pouvais faire… C’était d’observer, et je n’arrivais même pas à ouvrir les yeux ou bouger, c’était dire… J’étais au milieu de… Quelque part, au bord de l’inconscience et surement à deux doigts de faire un autre retour au pays des rêves… Un sentiment d’inquiétude et d’angoisse vint alors commencer à m’embrouiller un peu plus l’esprit, jusqu’à ce que je perçoive quelques bruits que je n’arrivais à identifier… Et ces bruits devinrent ensuite des voix, qui discutaient à côté de moi…

‘’Krom… On doit faire quelqu’chose non ?’’


Je commençais alors à me forcer d’ouvrir les yeux. La chose n’était pas facile, et mes pupilles étaient tremblotantes pendant ce laps de temps, mais je réussi enfin à décrocher mes deux paupières, pour obtenir une image très floutée de deux silhouettes qui se dessinaient devant le bleu clair d’un ciel de printemps…  Mais ils continuaient de discuter entre eux, leurs voix commençant à devenir un peu plus audibles…

‘’Et qu’est-ce que tu proposes que l’on fasse ?’’


‘’Oh euh… J’sais pas moi !’’


Les deux étaient des voix d’hommes… Si le premier était posé, avec un parlé bien correct, le second semblait être bien plus bourru et pressé que son comparse… Mes yeux commencèrent alors à s’habituer à la luminosité, et précisant donc les contours des formes et les couleurs qu’elles pouvaient avoir. C’est par ailleurs là qu’ils remarquèrent ce petit détail, et qu’ils se penchèrent vers moi.

‘’Je vois que vous êtes réveillée !’’
Fit-il, un sourire se faisant sur ses lèvres. Etait-il… Rassuré ? Je l’ignorais, et j’avais encore un mal fou à réfléchir à tout ceci… Dans tous les cas, je le détaillais rapidement… Un homme, les cheveux courts, vêtu d’un gambison de cuir un peu usé… J’arrivais difficilement à lui donner un véritable âge, mais il avait un peu d’expérience… Peut-être une trentaine ?

‘’Salut toi ! J’tais à deux doigts de t’vider ma gourde sur ton minois !’’
Rajouta le second, qui se penchait d’autant plus. Lui… Eh bien, ses cheveux étaient plus longs et plus bouclés, mais aussi plus sales… Il ne portait que de simples vêtements recousus à plusieurs endroits, ainsi qu’un petit bonnet sombre et tâché…

‘’Il y a de bien meilleurs endroits pour faire une sieste que le sol vous savez !’’


‘’Ouaip, comme mon lit !’’


‘’Donnez-moi votre main.’’
Fit-il en tendant la sienne, ignorant le commentaire de son camarade qui semblait être pourtant assez fier de sa bêtise… Je ne savais que faire, mais dans l’impasse, il fallait que je fasse quelque chose… Je n’avais pas assez de force pour me méfier d’eux, donc la seule chose que je fis, et avec du mal, fut de tendre ma main, avant d’être tirée de terre, pour me retrouver sur mes deux jambes, qui me semblaient alors être toutes flageolantes…

‘’On est mieux sur ses deux jambes, n’est-il pas ?’’
Ma seule réaction fut de regarder les environs, essayant de trouver quelque chose de familier, mais… C’était le flou absolu. Je découvrais chaque brin d’herbe et chaque petit bout d’écorces des arbres que j’étais en mesure de voir, mais… Rien. J’ignorais tout de l’endroit où je me trouvais, et même ce pourquoi j’étais ici… C’était le chaos total… Ce que je remarquais toutefois, c’était que plusieurs monts se trouvaient ici, perçant les cieux de leurs hautes roches… Ils semblaient aussi avoir des particularités, mais qui m’échappaient encore…

‘’Où suis-je ?’’
Demandai-je d’une voix un peu inquiète, alors que mes jambes avaient encore du mal à me faire tenir debout, ce qui n’était pas non plus pour me rassurer spécialement.

‘’Eh bah, à Célestia. On était là, et on vous a trouvée ain-‘’


‘’Ce que mon camarade veut dire, c’est que nous vous avons sauvée d’un grand danger ! Je me présente, Krom Bufron, grand chasseur de phénix ! C’est l’une de ces créatures qui s’en est prit à vous ! Leur cri est capable de pétrifier les âmes non préparées ! Mais c’est alors que nous sommes arrivées, et avons terrassé la bête au prix d’un âpre combat !’’


Quoi ? J’avais été attaquée ? Je regardais de nouveau avec inquiétude les environs, mais pour ne voir aucun corps d’une créature… Et de plus, ils ne semblaient pas être blessés… Mais peut-être que j’avais loupée un détail ? J’étais vraiment confuse, alors me berner était à la portée de n’importe qui…

‘’Mais sauvetage, sauvetage, tout cela n’est pas gratuit ! Et à la vue des potions revitalisantes que moi et mon acolyte avons dû consommer pour vous sauver, nous sommes à la recherche d’un juste… Dédomagement !’’


‘’Z’avez de quoi payer au moins ?’’


La seule réponse qu’ils eurent fut un regard circonspect, à mi-chemin avec la surprise et la confusion qui me hantait actuellement. Mais de quoi parlaient-ils ? Je n’eue pas vraiment beaucoup de temps pour réagir que le chasseur de phénix reprit la parole.

‘’Mais nous sommes ouverts à tout arrangement. Il existe bien d’autres manières de payer que la simple monnaie… Bernout, prépare les menottes !’’


‘’Tout de suite !’’


‘’Des… Menottes ?!’’
Demandai-je, de plus en plus inquiète, alors que je fis par réflexes quelques pas en arrière.

‘’Tout juste. Vous êtes une femme disposant d’un certain charme ! Je suis sûr que certains seraient prêt à payer monnaie sonnante pour un corps tel que le vôtre !’’
Il se prit d’un sourire plutôt… Malaisant, avant de dégainer son épée, et de la pointer dans ma direction, à une dizaine de centimètre de ma gorge. ‘’Et puis, nous vous avons sauvé la vie, alors à partir de ce moment là, elle est nôtre !’’

‘’Patron, patron, on pourrait… Tester la marchandise !’’


‘’Tout juste, mon cher Bernout ! Tout juste !’’


J’ignorais dans quoi je m’étais embarquée tout juste, ni même pourquoi j’étais là et… En fait, j’ignorais énormément de choses qui étaient capitale dans l’instant, mais s’il y avait bien une chose dont j’étais sûre là…

C’était que j’avais besoin d’aide…



Dernière édition par Robin le 2018-12-31, 19:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sekai-rpg.forumactif.com/t856-carnet-de-robin-termine http://sekai-rpg.forumactif.com/t816-robin-l-amnesique-stratege-
Shoumei
Vergil
Messages : 152
Or : 495
Date d'inscription : 09/11/2018

Feuille de personnage
Puissance Divine: 341
Alignement du personnage: Loyal bon
Topics terminés: 7
Une amnésique en ces terres [PV Vergil] Empty
MessageSujet: Re: Une amnésique en ces terres [PV Vergil]   Une amnésique en ces terres [PV Vergil] Empty2018-12-22, 01:11


« Décidément je dois avoir un sacré sens de l'orientation... Même avec les témoignages de nos paysans je peine encore à mettre la main sur ces sacripants... Par ma barbe que ce voyage me fait mal aux jambes... »

« Ne vous inquiétez pas Messire. Vergil, nous finirons bien par les retrouver... »


Oui, ma Sainte a bien raison, il ne faut pas perdre espoir. Si l'on m'a indiqué qu'ils sont partis en direction de Celestia c'est que c'est bel et bien le cas. Deux abrutis pareils on ne peut pas les ignorer, surtout après leur méfait. S'en prendre gratuitement au commerce de mon jeune ami Diatre que j'ai connu tout minot. Ils vont me le payer, ils tâteront de mon Marteau de la Justice les bougres. Que je marche, deux, trois, ou même six jours, peu m'importe du moment que je fais voler quelques molaires. Il nous faut les juger et je me dois de rendre justice. Je leur souhaite simplement de ne pas aller profaner les temples ornant les Monts de Celestia. Ceci peut être leur ultime affront à nos Divinités.

Cela fait déjà deux jours que je voyage à la recherche des sacripants, fort heureusement j'ai des provisions pour me ressourcer. Néanmoins, je me demande bien ce qui a pu leur passer par la tête. Pourtant, de souvenir, Krom et Bernout, ces deux frères, ont connu l'armée en ma compagnie. Certes, ils sont des fils de paysans peu respectables, mais tout de même. Je suis bien déçu de voir le chemin qu'ils ont emprunté. A mon retour au pays je n'ai pas voulu en croire mes oreilles, j'ai préféré me dire que tout cela n'était qu'une simple mascarade. Malheureusement, il n'en est rien, ils bien devenus des fils de raclures. Même si nous avons plus ou moins grandi ensemble, je vais devoir les juger.

Je continu mon périple avec mon épée. Heureusement que j'ai ma chère Jeanne pour m'épauler car sans elle je ne pense pas pouvoir attester du fait que ce soit aussi distrayant. C'est même sans doute grâce à elle que j'arrive à me repérer quant aux traces qu'ils ont laissé derrière eux. Toujours aussi cons ces deux-la sérieusement. Ne pas savoir dissimuler un feu de camp éteint, des traces de leur passage, ils ont même chié librement sur le chemin qu'ils ont emprunté. Des gueux, voilà ce qu'ils ont réussi à devenir en plus d'être des criminels sans foi ni loi. Ils ont perdu le peu de valeurs qu'ils avaient par le passé. J'ai de la peine pour eux.

Alors que je sillonne une route passant entre deux Monts opposés je finis par entendre du bruit. Ah, la chance me sourit, ou alors non... Mes efforts sont enfin récompensés pardi. Je suis sur un sentier bien étroit, mais je distingue que les voix viennent d'un peu plus loin, sûrement au pied de la colline bordant le troisième Mont. Ahah, je vais leur faire regretter de m'avoir fait courir... enfin, marcher si longtemps. Je jubile déjà dans mon gros pantalon, j'en ai les babines qui salivent déjà de joie à l'idée de me les faire. J'espère pour eux qu'ils ont chié une dernière fois car je vais leur faire saigner le rectum.

« Vous devriez déposer votre bagage Messire. »

Ah, oui, ça va être plus pratique ainsi, je m'exécute donc, posant ledit bagage au pied d'un arbre grand et puissant. J'entends bien des voix, je n'hallucine pas. J'espère simplement ne pas me tromper. Je continue d'avancer de mon célèbre pas léger, il faut se faire discret, mais plus je me rapproche, plus ce que j'entends me perturbe. Je reconnais bien la un semblant de voix que je connais, mais qu'est-ce qu'ils baragouinent les deux frères là ? Patron ? Un troisième homme est de la partie ? Étrange tout cela. Ce qui me perturbe le plus c'est qu'ils ont l'air de s'adresser à une jeune donzelle. Merde alors.

Je m'arrête quelques secondes, il me faut traverser cet infime morceau de forêt. Quelques arbres et arbustes me séparent du pied de la colline. Je dégaine silencieusement mon épée avant de la changer en Marteau de la Justice. Autant faire dans le concret et ne pas rigoler, ils ne méritent pas mon célèbre humour qui me fait tant briller en société. Ma silhouette se dessine alors à la vue d'une demoiselle que j'aperçois devant les brigands. L'un a des menottes à la main, l'autre semble déjà avoir la grenouille qui tire la langue. Pas bon du tout cela, je peux profiter d'être dans leur dos, mais j'ai bien trop d'honneur et de prestance pour agir ainsi.


« C'est pas faux ! », dis-je alors que je fais taper le cul du manche de mon arme sur le sol, un feu apparaissant alors sur celui-ci. J'ai entendu plus tôt parler de phénix, ahah, on va rire. « Fort bien, vous pouvez vous passer les menottes mes chers Krom et Bernout. Par ma Barbe, deux jours que je vous cherche les couillons et je vous prends la main dans le sac. », je ris fort, qu'ils sont cons, mais que je suis bon. « On arrête de baver sur la charmante demoiselle et on s'exécute les crétins. Je n'ai pas que ça à foutre de ma journée. »

La fin de ma phrase sonne plus sévèrement tandis que le pied de mon Marteau claque une nouvelle fois la terre afin de faire apparaître un halo enflammé autour de ma personne. C'est qu'il faut savoir s'imposer pour ne pas passer pour un con, et pour sûr que j'ai envie de pouvoir poser un cul. Je me demande bien comment ils ont tout de même pu attirer pareille beauté ici avec la tronche qu'ils ont. N'empêche qu'elle doit être sacrément heureuse de voir un aussi bel homme que moi lui venir en aide. C'est que j'ai le physique d'un prince étalon. Mes yeux se portent sur celle-ci.

« Si vous voulez bien me rejoindre mi-lady. », je jette un regard noir aux bougres. « Le premier qui lève le petit doigt pour autre chose que de passer les menottes ou qui tente quoique ce soit... Je peux vous promettre qu'il le regrettera, foi de Benedictus. »


Code couleur Vergil: #990033 | Mille Vérités: #9966cc
Une amnésique en ces terres [PV Vergil] 190222123644362036
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vagabond
Robin
Messages : 79
Or : 1305
Date d'inscription : 18/12/2018

Feuille de personnage
Puissance Divine: 179
Alignement du personnage: Neutre bon / Chaotique mauvais
Topics terminés: 7
Une amnésique en ces terres [PV Vergil] Empty
MessageSujet: Re: Une amnésique en ces terres [PV Vergil]   Une amnésique en ces terres [PV Vergil] Empty2018-12-22, 09:57



Une amnésique en ces terres
feat. Vergil



Une otage rebelle

Musique

Se retrouver menacée par deux malandrins peu après son réveil n’était pas une chose particulièrement sympathique... Pour tout dire, cela ne faisait que rajouter du stress à ma situation actuelle de personne complètement perdue qui ne savait même pas où elle était et pourquoi elle se trouvait là… Face à la pointe de l’épée qui était tendue dans ma direction, les possibilités qui m’étaient offertes demeuraient… Restreintes. En fait, j’avais la certitude que mon corps ne saurait supporter un affrontement ou une course poursuite, déjà que je tenais à peine sur mes jambes… Autant dire que je n’avais pas vraiment de moyen de les surpasser physiquement… Et mentalement… Eh bien mes possibilités demeuraient maigres aussi. Ils semblaient être avides, mais que pourrais-je leur apporter ? Je n’avais aucun sou, d’autant qu’ils avaient prévus de me vendre… Il allait falloir que je trouve une solution et vite, alors qu’en ravalant ma salive, j’étais obligée de lever les bras, affichant ainsi une reddition, au moins le temps de trouver une meilleure solution…

‘’Vous faites une erreur en faisant ceci !’’


Je tentais maigrement de parlementer, de les raisonner de ne pas procéder à de tels actes. Déjà, j’avais peur pour mon avenir, d’être vendue en tant qu’esclave pour je ne sais qui… Je ne savais certes pas d’où je venais, mais ce n’était pas du tout une voie que je voulais emprunter… Et puis il y avait le danger immédiat, entre l’arme qui était pointée dans ma direction et les vices de ces deux êtres, qui ne me voyaient plus comme une personne, mais comme… Quelque chose…

‘’A l’idée des pièces tombant dans ma poche, j’en doute ! Ne faites rien de stupide, et vous aurez la vie sauve ! Résistez, et je ne pourrais garantir que votre minois demeurera intact.’’


Ce fut à ce moment là qu’une personne vint entrer dans la discussion. Une voix derrière eux, qui leur fit tourner la tête un instant, erreur que le dénommée Krom rattrapa rapidement en me remettant en joue, rapprochant encore plus son épée de moi. Donc… Voilà un troisième luron ? Il semblait être en conflit avec eux, mais plus important que ça, il les connaissait ! Qu’est-ce qu’il était ? Un rival ? Dans tous les cas… Il souhaitait me sauver de ces bougres, ce qui le plaçait au moins un peu plus dans mon camp que les deux autres…

Les deux s’échangèrent quelques regards. Considérant la situation comme déjà un peu plus propice, je m’écartais de quelques pas, avant d’avancer vers cette nouvelle personne, considérant mon destin comme un peu plus favorable ! Mais c’était sans compter leurs initiatives ! Le plus grand vint m’attraper par le col, avant de me jeter vers le second, qui immédiatement me mit une lame sous la gorge ! Ma salvation n’était semble-t-il pas encore arrivée, alors qu’une nouvelle fois, je ravalais ma salive par la nervosité. De ce que je sentais, Bernout n’était certes armé que d’une lame très courte, un poignard ou une dague, mais vu sa position, c’était bien suffisant.

‘’Benedictus ! Tu as bien mal choisi ton moment pour réapparaitre. Mais vois-tu, nous sommes au milieu d’une affaire avec cette demoiselle ci-présente. Je te serais gré de bien raccompagner tes puces et des morpions hors de mon chemin. Ce serait tellement triste qu’il arrive malheur à cette gente dame, hum ?’’
Fit-il, en se montrant bien insistant… Un otage… J’étais réduit à l’état d’un otage… S’il agissait, les deux autres n’hésiteraient pas à me faire du mal, mais s’il n’agissait pas… Qu’est-ce qui les empêcheraient de le faire ?! Il fallait que je fasse quelque chose pour m’en sortir !

Bon sang, réfléchis… Qui que je sois ! C’en est pathétique que tout le stress réussisse à m’en faire oublier même comment je m’appelle… Mais ce n’est pas du tout le moment de penser à ce genre de chose. Pour appuyer ses propos, Krom vint à pointer sa lame dans ma direction, tout en l’agitant un peu… C’était un grand malade en fait… Mais c’était lui qui était armé, alors que moi… J’étais juste un poids mort actuellement…

Toutefois, alors qu’il faisait ces gestes, un reflet me parvint, celui de ma situation… L’égo de cet individu l’avait forcé à faire lui son épée, et je réussissais à distinguer très succinctement mon reflet à l’intérieur. Alors non, je n’étais pas glorieuse, mais ce qui était intéressant là, c’était de constater que Bernout n’avait qu’un simple poignard, et que la lame… N’était pas tournée dans ma direction ! Mieux que ça, il relâchait progressivement son étreinte, distrait par les manies de son frère… C’était surement ma chance en fait !

Penchant un peu ma tête, je vins à mordre de toutes mes forces la main de ce vaurien, alors que de mes mains, je tentais de lui arracher le poignard, pour le repousser, et courir du plus vite que je pouvais, c'est-à-dire pas grand-chose, en direction du troisième luron, qui était mon seul allié dans la scène actuelle ! Ayant réussi à les prendre par surprise, je réussi mon coup, avant de lui dire :

‘’Si vous voulez les prendre, c’est maintenant !’’
Dis-je, un peu essoufflée par ces vingt mètres de course. La situation repassait en ma faveur, mais il fallait encore la garder, ne pas faire d’erreur…

‘’Catin !’’
Cria Bernout, alors que j’avais réussi à le mordre jusqu’au sang.

‘’Misérable garce ! Nous vous sauvons d’un mal, et c’est ainsi que vous nous remerciez ?!’’

J’étais encore un peu trop confuse pour réellement répliquer, mais je tenais d’une manière complètement inquiète le poignard que j’avais dérobé entre mes doigts. Il ne me serait pas d’une grande aide, mais c’était toujours mieux que rien…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sekai-rpg.forumactif.com/t856-carnet-de-robin-termine http://sekai-rpg.forumactif.com/t816-robin-l-amnesique-stratege-
Shoumei
Vergil
Messages : 152
Or : 495
Date d'inscription : 09/11/2018

Feuille de personnage
Puissance Divine: 341
Alignement du personnage: Loyal bon
Topics terminés: 7
Une amnésique en ces terres [PV Vergil] Empty
MessageSujet: Re: Une amnésique en ces terres [PV Vergil]   Une amnésique en ces terres [PV Vergil] Empty2018-12-28, 01:29


« Prenez garde à ce que vous dites les sacripants car vous seriez étonné de... »

Merde, je n'ai pas le temps de terminer ma phrase que l'action se produit déjà sous mes yeux. Les raclures, c'est qu'ils en profitent pour faire pression sur ma bedaine. Par ma Barbe qu'il est aisé de me saisir le scrotum quand on menace une gente demoiselle sans défense. Je ne peux agir sans réellement prendre en considération sa position. Même si ma mission de base est de les attraper, je ne peux me permettre de la mettre davantage en danger. Ma priorité vient donc de changer, d'abord la sortir de ce pétrin et ensuite leur retourner l'estomac ! Je serre des dents... Comment faire ? Si je fais un geste il en est finit de sa jugulaire à la belle demoiselle en détresse. Je dois réfléchir... merde, c'est pas mon fort aussi de réfléchir... du coup je dois passer pour un faible à ne pas réagir pour le moment, mais...

Tout se passe rapidement, manque de vigilance de la part des mongoloïdes face à moi car elle arrive à se sortir du pétrin par elle-même. La voilà derrière mon gros cul maintenant, oui, mon cul fera barrage pour ces vermines. Mon feu se fait davantage présent, l'atmosphère se réchauffe. Vergil de Benedictus va faire une entrée triomphante dans le guiness des records, catégorie charge poids lourd. Par quoi allons-nous donc commencer notre assaut ? Une charge ? Une attaque à distance ? Une phrase d'accroche divine ? Rah, en quelques secondes je n'ai pas le temps de faire le point, tant pis pour la mise en scène.


« CATEGORIE POID LOURD DE RANG DIVIN : ASSAUT DU FEU DE DIEU !!! »

En même temps que je prononce cette superbe phrase je charge vers le premier en face de moi : Bernout. Sale bâtard tu vas tâter de la tête de Mille Vérités. Mon Marteau de la Justice entre mes deux mains, je finis par lui en coller un coup en mode : défonçage de porte avec bélier des familles. Je lui porte le coup au thorax sans ménager ma force et le feu animant mon arme afin de l'envoyer contre le pied de la colline derrière sa carcasse de brigand. Ahah, j'espère qu'il va en avoir le souffle coupé et qu'il ne va pas se relever le salopiot sinon je serai obligé de le juger plus sévèrement.

Je me tourne rapidement vers son comparse : Krom. Maintenant ça doit moins faire son malin et remplir son dessous de déjection. C'est à croire qu'ils ont oublié que je ne suis plus la bleusaille d'autrefois. Pour qui ont-ils pensé prendre le grand et vaillant Vergil de Benedictus ? Je ris toujours aussi fort de ma prestation car si on ose encore m'insulter ou me prendre de haut je sens que je vais rager comme jamais. A se croire plus grand que moi on finit souvent par tomber de son petit nuage. Maintenant que sa tronche de macaque fait face à Jeanne on va voir ce qu'il compte bien me sortir.


« J'ai pourtant annoncé ne pas avoir de temps à perdre et de ne surtout pas lever le petit doigt, non ? Il faut être sacrément couillon pour penser pouvoir prendre mes avertissements à la légère. Je vais être miséricordieux et vous accorder le bénéfice du doute en pensant que vous êtes soi trop con pour comprendre du premier coup ou alors trop sourd pour m'avoir entendu. Ainsi j'annonce une couleur bien différente de la précédente : Krom, va donc te passer les menottes à ton poignet et celui de ton abruti de frangin ou alors je vous juge ici et maintenant. Compris ? »

« Eh bien, Messire Vergil vous voilà habité d'une sombre humeur maintenant. »

« Tu me connais ma Sainte, je n'aime guère que l'on se moque de moi et encore moins qu'on se serve d'une lady pour faire du chantage. D'ailleurs, comment vous portez vous ma chère inconnue ? Auriez-vous quelques conseils à me donner quant au sort concernant nos brigands ? »

D'une j'entame un début de conversation avec mon arme, de deux je me rappelle que j'ai avec moi une victime dont je ne m'occupe pas assez. C'est juste que si je lâche les abrutis du regard je sens qu'ils vont encore commettre une folie. D'ailleurs, avez-vous remarqué comme je suis compréhensif ? Je leur offre une seconde chance de se rendre sans plus de dégâts. On sait tous que si on continue sur ce chemin je vais finir avec un morceau de cervelle sur la tête de mon Marteau et je ne veux pas. C'est que ma Sainte n'aime pas trop que je la salisse ainsi, faut la comprendre, elle est distinguée et ne peut se permettre d'être empourprée d'un sang aussi impur que le leur. Je prends vraiment soin d'elle dans le fond.

Putain, elle a peut-être faim notre jeune amie. Je n'ai pas pensé à lui demander si elle avait un quelconque besoin de se nourrir ou de s'hydrater... De toute façon le bagage n'est pas vraiment à portée de main. Je lui demande ? C'est une bonne question. Trop de choses à gérer tout de même et Krom et Bernout qui traînent à se décider. Tiens, il est encore conscient au moins le lâche qui s'en prend à une femme sans défense ? Bonne question. Au pire ça nous fera un temps de pause avant son réveil et si celui-ci prend trop de temps à se relever je vais le réveiller avec amour et tendresse. Pourquoi ? Car je suis fort sympathique pardi, ahah !

Au fait... d'où peut-elle bien venir cette jeune innocente ? Son visage ne me dit rien maintenant que j'y repense. Quand je l'ai vue je n'ai guère reconnu les traits habituels appartenant aux espèces du Sekai. Apparence humaine, mais ce genre là je n'en ai jamais vue par chez nous. Je n'ai d'ailleurs jamais vue pareil spécimen à Shoumei.


« D'où venez-vous chère demoiselle ? Que je sache où vous ramenez une fois que ces lurons seront entre les barreaux d'une prison. Par quel malheur êtes-vous tombé sur ces abrutis ? Je peine à croire qu'ils ont réussi à vous sauver d'un mal quelconque. Pouvez-vous éclairer ma Barbe ? »

Pendant ce temps, Jeanne s'adresse aux couillons.

« Veuillez vous exécuter plus rapidement que cela. Messire Vergil et moi-même devons désormais vous emmener afin que vous soyez jugé pour vos crimes et vos péchés. »

Bien parlé mon amie. Ahah, que je l'aime ma Mille Vérités. Je crois qu'elle n'a pas beaucoup apprécié que l'on désigne l'otage avec le terme catin. C'est que je l'appelai ainsi il y a peu et que ça doit lui rappeler cette mauvaise passe entre nous. Surtout qu'insulter une demoiselle de la sorte n'est ni respectueux, ni recommandable, surtout avec Jeanne. Grâce à l'osmose je la sens satisfaite de notre action d'aujourd'hui. L'utile mêlé à l'agréable, rien de tel pour unir deux cœurs afin qu'ils puissent battre parfaitement à l'unisson.

Pendant que j'y suis... Ai-je prévenu qui que ce soit que mon arme n'en est pas réellement une ? Mais, est-ce réellement utile en fin de compte ? N'est-ce pas mieux ainsi ? Au mieux ça va épater la galerie et faire sujet à débat sur la route. Préserver une part de mystère je crois que c'est important. Bon, où en sommes-nous maintenant ?


Code couleur Vergil: #990033 | Mille Vérités: #9966cc
Une amnésique en ces terres [PV Vergil] 190222123644362036
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vagabond
Robin
Messages : 79
Or : 1305
Date d'inscription : 18/12/2018

Feuille de personnage
Puissance Divine: 179
Alignement du personnage: Neutre bon / Chaotique mauvais
Topics terminés: 7
Une amnésique en ces terres [PV Vergil] Empty
MessageSujet: Re: Une amnésique en ces terres [PV Vergil]   Une amnésique en ces terres [PV Vergil] Empty2018-12-28, 20:32



Une amnésique en ces terres
feat. Vergil



Libérée des griffes

Musique

Face à tout ce qu’il se passait actuellement, je n’étais qu’une simple petite brise perdue au milieu d’une tempête… C’était en tout cas l’impression que j’avais, d’être baladée de gauche à droite à la merci et la volonté de ces individus, qui au début m’avaient vu comme victime, puis comme l’otage de leurs sombres sournoiseries. Heureusement que mes canines avaient sût être efficaces le moment venus, car je ne m’étais pas ménagée pour me sortir d’affaire, d’autant qu’il s’agissait d’une situation  de vie ou de mort, tout du moins, c’était ainsi que les choses m’avaient été présentées

Une fois libéré, celui qui avait été appelé Benedictus profita pour mener la contre offensive, qui se simplifiait en une charge violente avec son marteau, accompagné d’un cri, correspondant au nom de sa technique… Assaut du feu de dieu ? Bon, ma priorité n’était pas le nom des attaques que ferait cet individu, mais bel et bien l’efficacité qu’il pourrait y avoir après coup… Et quelle charge qu’il y eu lieu, car celui qui m’avait passé le couteau sous la gorge s’en retrouvait complètement propulsé, expédié à quelques mètres de là par cette charge à l’arme lourde. Il fallait dire que face à une telle attaque, et désarmé, il n’aurait put qu’esquiver, et sa main douloureuse avait été sa principale préoccupation.

Une fois un des deux neutralisé, la balance semblait très clairement pencher en la faveur de celui que j’osais appeler mon sauveur, sans même savoir l’entièreté de ses intentions derrière. Conscient de cet avantage qu’il avait maintenant face à l’épéiste, il lui fit rapidement la leçon, avant de lui laisser une autre chance de se rendre pour éviter la casse. Vu la précédente démonstration qu’il y avait eu lieu, notamment par le puissant coup qui fut apposé, j’aurais abdiquée si j’étais à sa place… Ou tout du moins fait le nécessaire pour le faire croire, afin d’essayer de gagner du temps pour trouver un plan… Toutefois, c’était ce qu’il faisait en ne répondant pas, surement sur la pression actuellement…

Néanmoins, ce fut lorsque l’arme parla que je me surpris à hausser les sourcils d’une manière confuse. Une arme qui parlait ? Visiblement, si j’étais surprise, c’était que c’était quelque chose à laquelle je n’étais pas coutumière… Pour moi, c’était quelque chose d’inerte, un outil ou autre, mais pas… Eh bien, une entité intelligente et vivante, capable de penser, de raisonner et de communiquer. J’étais toute intéressée par ce fait, mais je notais au passage un nom… Vergil… S’agirait-il du nom du guerrier ?

Le concerné lui répondit en tout cas, l’appelant « ma Sainte », ce qui me laissait perplexe une nouvelle fois… J’étais peut-être trop attentive sur ces détails, sur ce qui me semblait être comme des incohérences à mes yeux, mais… Eh bien, je n’avais aucune certitude que cela en était. Juste que si le ciel s’était retrouvé rouge, j’aurais trouvée ça anormal, sans véritablement savoir pourquoi… Toutefois, « Vergil » s’adressa à moi, me demandant des nouvelles concernant mon état et si j’avais des conseils concernant le sort de ces deux malandrins…

‘’Ça va…’’
Commençai-je à souffle, toujours un peu mal à cause des quelques mètres que j’avais dût courir sous le coup de l’adrénaline. Je ravalais ma salive, avant de reprendre peu après : ‘’Beaucoup mieux qu’avec une lame sous la gorge. Les concernant… J’ignore complètement ce pourquoi vous les recherchiez, mais si vous n’étiez pas arrivés, mon destin aurait été plus funeste : Ils prévoyaient de me vendre à je ne sais quel personne, tout en ayant au préalable abusés de moi…’’

Ces derniers mots eurent un douloureux effet dans ma bouche. Le simple fait qu’ils ne posent les mains sur moi était suffisant pour m’écœurer… Surement parce que je n’étais passée qu’à quelques cheveux du drame. S’ils m’auraient découvert une simple heure plus tôt, tout aurait été différent… Je soufflais un peu, nerveusement, alors que je croisais le regard de l’individu, qui m’observait un peu, tout en surveillant les deux vauriens qu’il avait pisté jusqu’ici. Ainsi commençait de plus à me poser quelques questions, me demandant d’où je venais et comment j’étais tombée sur eux, me demandant d’éclairer sa barbe… Curieuse expression…

Je commençais à réfléchir, mais j’étais dans l’impasse… Rien ne venait… La panique liée à la peur de mourir ? Peut-être un peu, mais étrangement, je restais tout de même très ouvertes aux autres détails et à réfléchir sur d’autres points… Alors pourquoi des informations aussi simple que ça étaient introuvables dans ma mémoire ? Je posais mes deux index sur mes tempes, essayant de forcer la réflexion pendant plus d’une dizaine de seconde, avant de devoir constater mon échec : Je n’en savais rien.

‘’Je l’ignore. J’apprécie votre proposition, mais… Je ne sais pas d’où je viens, ni où je me rendais… Je me suis réveillée, il y a très peu, et ils m’ont accueillit lors de mon réveil, prétextant que j’avais été la cible d’une attaque d’une créature… D’un phénix parait-il, mais je ne vois ni trace de bataille, ni d’escarmouche. Ils n’étaient pas blessés malgré ce qu’ils qualifiaient d’un âpre combat, et aucune trace de sang ou d’un corps dans les environs… Et lorsque j’ai dû avouer que je n’avais pas le sou vaillant pour leur sauvetage, ils s’éprirent l’idée de me vendre, tout en « testant la marchandise »…’’


Je soufflais, une nouvelle fois. Me remémorer que j’avais faillit être la cible d’une telle chose… J’en avais presque des nausées. Mais je repris, poursuivant le dialogue alors que l’épée s’occupait de leur faire presser le pas :

‘’Je trouve personnellement leur version peu plausible. Je suppose qu’ils m’ont trouvés inconsciente, et qu’ils se sont jetés sur l’occasion pour que je leur sois redevable… Mais j’ignore complètement ce que je faisais là, évanouie au milieu de… De…’’


Mes mots me manquaient pour dire l’endroit où je me trouvais. C’était certes beau, un endroit où la nature était agréable et l’air légèrement emprunt d’humidité, mais juste que je n’avais aucun lien, ni aucun souvenir envers cette terre… Je parcourais néanmoins rapidement du regard les environs, juste pour certifier que rien ne m’était familier.

‘’De cet endroit.’’
Repris-je, un peu inquiète en fait à l’idée d’être perdue et de complètement ignorer la raison de ma venue ici… Clairement, c’était inquiétant, mais je n’eu pas plus de temps pour essayer de trouver une réponse, car la voix du bandit s’éleva :

‘’Il a besoin de soin !’’


Mes yeux s’écarquillèrent à cette idée. Il était vrai que le coup avait été violent, mais je n’avais pas véritablement fait attention à ceci… C’était peut-être vrai ? Je commençais à parler à voix haute :

‘’Peut-être que votre coup lui a cassé quelques côtes… Si c’est le cas, il a peut-être les poumons, ou pire, le cœur, de perforé… Si ces organes sont touchées, en l’absence de quelqu’un pouvant le soigner, ses minutes sont comptées !’’
Je regardais Vergil d’une manière bien plus critique. Une vie était en jeu. Certes, c’était celle d’une personne dont je ne souhaitais actuellement que la disparition après le court passif que nous avions put avoir, mais tout de même… Toutefois, je m’approchais du guerrier, pour lui souffler à voix basse : ‘’Mais c’est peut-être aussi un piège… Il a toujours son épée et je ne crains qu’il possède un couteau ou deux dans sa tenue…’’

Mais que préférais ? Qu’un malandrin soit blessé, ou peut-être mourant, ou que celui qui m’avait sauvé la vie ne risque de tomber dans un piège ? Je ne me sentais pas de le conseiller actuellement, il était bien plus capable que moi sur presque tous les domaines. J’avais de mon côté des trous de mémoire à devoir gérer, sur ce que je faisais ici, sur pourquoi je m’étais évanouie, mais sur une question plus angoissante encore…

Sur qui j’étais…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sekai-rpg.forumactif.com/t856-carnet-de-robin-termine http://sekai-rpg.forumactif.com/t816-robin-l-amnesique-stratege-
Shoumei
Vergil
Messages : 152
Or : 495
Date d'inscription : 09/11/2018

Feuille de personnage
Puissance Divine: 341
Alignement du personnage: Loyal bon
Topics terminés: 7
Une amnésique en ces terres [PV Vergil] Empty
MessageSujet: Re: Une amnésique en ces terres [PV Vergil]   Une amnésique en ces terres [PV Vergil] Empty2018-12-31, 14:46


Il faut en avoir du culot pour prétendre pouvoir faire d'une femme une esclave. On croit rêver quand on entend pareille absurdité. Ces deux blaireaux s'improvisent marchand maintenant ? Ils n'étaient déjà pas foutus d'enquiller deux godet de rince gosier à l'époque, ce n'est pas pour parler argent aujourd'hui. Enfin bref, je ne suis même plus étonné de cette descente en enfer. Krom et Bernout n'étaient pas taillés pour l'armée de toute façon. Deux fiottes qui passent leur temps à se chier dessus quand on parle guerre et affrontement, voila ce qu'ils étaient. Je vous jure, certains auraient cherché à devenir un modeste forgeron ou alors garde et encore même sentinelle, non… Eux c'est dans la vilenie qu'ils ont décidé de faire leur vie. Heureusement que je suis Paladin, sinon j'aurai déjà fracasser leur crâne sur le sol à l'aide mon Marteau et j'aurai essuyé mes semelles sur leurs gueules de chacal de mes deux. Fichtre, je me rends compte maintenant que je viens de faire mon premier sauvetage, non d'un gobelin ! Sans moi, cette demoiselle allait être vendue et violée au préalable. Même ma mère on a pris le temps de la rémunérer pour son cul bien gras.

« Soyez rassurée, personne ne va porter atteinte à votre pureté. Je vous le promets. »

Je n'ai que ça à dire pour le moment, parce que l'albinos reprend de plus belle. La suite de son histoire me laisse sans voix. En tout cas je ne peux m'empêcher d'éclater de rire. Ces deux abrutis auraient abattu une phœnix ? Ahahahah, quelle bonne blague putain. Ils n'étaient déjà pas foutus de mettre à terre un simple roturier de bas étage s'improvisant roublard à l'époque… Et maintenant ils auraient réussi à torcher une créature mythique ? Diantre qu'ils sont plus drôles que moi ! Franchement, faut être réaliste à un moment, déjà on a pas l'ombre d'une cendre dans les parages… Comment peut-on pondre un tel mensonge avec si peu de fruits à y faire pousser ? Je ne comprends pas. Par contre je précise, je reste prudent.

Par contre c'est problématique cette histoire d'amnésie. Comment je fais pour savoir où je la ramène si elle ne sait pas elle-même où il faut rentrer ? Encore une fois, faut être logique. Dans le fond, ce n'est pas bien grave, peut-être qu'elle a reçu un coup un peu trop fort sur le dessus de la caboche et que son cerveau a du mal. Je ne connais qu'une solution pour ce genre de maux : la prière. Fort heureusement nous avons des temples un peu partout dans les parages, et pas des moindres car ils sont réputés. J'ai du mal à décrocher de cette histoire de phœnix franchement, ça me trotte dans la tête. Ils sont trop cons ces deux là, va falloir leur inculquer l'art d'une bonne histoire à raconter.


« Ahah, franchement ils ne seraient pas foutu d'éplucher un oignon sans se mettre à chialer ! Ce n'est pas pour venir plumer une si magnifique créature. Pas une trace de cendre, ni même de courage par ici de toute façon. Soyons honnêtes, ils sont cons. Toujours aussi lâche et lopette qu'à l'époque. »

« Surveillez votre langage Messire. Vergil, ne vous rabaissez pas à leur niveau, ils ne le méritent pas. »

« Tu as bien raison ma Sainte, ils ne méritent pas ma médisance. »

Oui, je ne dois pas me laisser aller sur l'injure. Des fils de fond d'culotte ne méritent pas ma rage pour le moment. Dire que je vais devoir me coltiner la route avec ces sagouins. J'espère qu'ils n'ont pas le projet de s'évader sinon je leur fracture les chevilles. Ah bah oui, faut pas me chercher non plus, je veux bien être Paladin, mais faut pas me prendre pour plus con que je ne le suis déjà. Je pense le répéter assez comme ça à chaque fois. Putain, deux jours pour les retrouver à vouloir violer cette charmante créature. J'en perds mon latin pardi.

« Il est vrai que j'ai du y aller un peu fort… »

Je regarde Krom.

« Toi l'abruti de première, va donc te passer les menottes avec ton couillon de frangin que je puisse l'examiner sans crainte d'une quelconque fourberie dont vous avez le secret. Soit ça, soit je te brise les jambes et je te porte jusqu'à Gyohir, entendu ? »

A croire qu'il a compris. Krom s'exécute et va donc se passer les menottes avec son frangin qui semble se plaindre au sol. Bien fait pour ta gueule saleté de bâtard. Maintenant je peux m'assurer d'aller consulter notre malade. Franchement, du temps de l'armée on l'aurait remis debout et tarter pour l'endurcir. Combien se sont plein avant de finir par se prendre des coups de pied dans la bedaine pour comprendre que chialer pour ça il ne faut pas. Ils ont vraiment oublié les acquis d'autrefois sérieusement. La caserne ne leur a servi strictement à rien au final, je suis outré de voir cela. Enfin bref, maintenant qu'ils sont liés par le poignet je peux y aller sa crainte. Je lui fais signe de jeter son épée à mes pieds, chose qu'il fait et bizarrement il n'a pas l'air de souffrir en faisant le geste. Intrigant tout cela.

« N'allons pas non plus dire que son temps est compté. Déjà pour balancer son épée de la sorte c'est qu'il est bien con. Veuillez prendre son épée par sécurité et venir les prévenir de nos intentions quant au fait qu'ils puissent encore se rebeller. »

Mille Vérité reprend sa forme d'épée, je fais signe à Bernout de relever son vieux tissu de merde qui recouvre son corps de cabot assoiffé. Franchement porter un tel accoutrement quand on se dit avoir vaincu un phœnix c'est une honte. Un peu de prestance ne fait jamais de mal voyons, il faut prendre exemple sur ma personne. Je continu de m'avancer vers eux, épée en main, toujours paré pour un assaut improvisé. Mes yeux se posent sur son buste. Une bonne marque effectivement, une légère brûlure et surtout rien de bien inquiétant encore. Il se peut qu'un os se soit fêlé à l'impact, mais c'est peu cher payé pour leurs crimes.

On est bien loin d'une blessure de guerre. Je remarque même qu'il n'a toujours pas de stigmates ou blessures prouvant la valeur et la vaillance de son cœur. Fragile qu'il est, je peux tout de même affirmer qu'il va s'en sortir. J'avoue que le bougre aura du mal à se déplacer seul sans boiter ou bien pleurer de douleur. Pauvre créature que voila, faible et sans défense. C'est fou comme une situation se retourne rapidement quand on a affaire à quelqu'un plus grand que soi. Ils auront tout le temps d'y réfléchir à l'avenir quand ils seront jugés et emprisonnés.


« Rien de bien grave mon amie. Ce freluquet a juste du mal à digérer la misère qu'il ingère chaque jour que fait sa misérable vie. Son frère aura pour une fois l'honneur de faire une bonne action, il va l'aider à se relever et à marcher pour le retour. Pour une fois on pourra dire d'eux qu'ils sont valeureux. »

Je les garde toujours à portée de ma lame. Maintenant on va pouvoir marcher et je vais amasser masse d'or pour cette capture. Là encore on pourra dire qu'ils ont servi à quelque chose de bien. Sans doute les seuls faits de leur vie que l'on pourra citer comme bénéfique à la société. Par contre je suis idiot sur les bords car j'ai oublié un détail. Les fameux couteaux dont a parlé notre victime. J'ai une grosse flemme de les fouiller car je crains de choper des maladies en touchant ce genre de parasites. Quoi ? On ne sait jamais ce que peuvent trimballer ces miséreux de mes deux en plus de leur faiblardise. Oui, j'invente un mot, je fais mon propre dictionnaire.

« Soyons clair les idiots : si vous avez une quelconque arme sur vous il est conseillé de s'en débarrasser maintenant. Une tentative d'évasion et je vous brise les rotules. Un œil de malveillant posé sur le corps de la demoiselle et je vous crève les yeux. Un mot de travers de prononcé et Mille Vérité saura de votre langue se délecter. Capiche ? »

Ce genre d'avertissement bien sec et concret. Efficace et pas cher, c'est Vergil qu'on préfère. En vrai c'est du bluff de combat, tactique de génie que j'ai contacté. On suppose des sentences avec le plus grand des sérieux et les meubles sont sauvés. Il vaut mieux prévenir que guérir m'a t-on dit un jour, j'applique cela avec brio. Krom aide son frère à se relever et tout deux se mettent debout devant nous. On va enfin pouvoir marcher un peu, cependant j'ai encore quelque chose à ajouter. Je ne les quitte pas des yeux en reprenant la parole. A trop me focaliser sur la vermine j'en oublie ma victime. Son problème d'amnésie passagère va falloir l'arracher comme la fougère.

« Ma chère amie, il y a en ces terres des temples sacrés. En priant les Dieux vous aurez sans doute une chance de trouver réponse à vos questions. Cela vous botte t-il d'aller prier nos créateurs en ma merveilleuse compagnie ? »

Je me fais un peu plus doux. Il me faut être tendre avec elle, elle n'a sûrement pas encore eu le temps de se remettre de ses émotions. L'idée que je lui suggère est une bonne idée. Quand on ne sait pas quel chemin emprunté il faut s'en remettre aux Divinités. Règle d'or à Benedictus. Ici on est croyant, la religion est notre vie, notre passion. Sans religion, pas d'espoir ni amour, donc pas d'avenir. Malheureusement certains pays athées n'ont toujours pas saisi l'importance de cela. Une croisade chez certains ne ferait pas de mal et ça ne saurait piquer quelques hannetons.


Code couleur Vergil: #990033 | Mille Vérités: #9966cc
Une amnésique en ces terres [PV Vergil] 190222123644362036
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vagabond
Robin
Messages : 79
Or : 1305
Date d'inscription : 18/12/2018

Feuille de personnage
Puissance Divine: 179
Alignement du personnage: Neutre bon / Chaotique mauvais
Topics terminés: 7
Une amnésique en ces terres [PV Vergil] Empty
MessageSujet: Re: Une amnésique en ces terres [PV Vergil]   Une amnésique en ces terres [PV Vergil] Empty2018-12-31, 19:42



Une amnésique en ces terres
feat. Vergil



A qui adresser ses prières ?

Musique

Nombreuses étaient les questions qui se bousculaient actuellement dans ma tête, mais je devais admettre qu’avec les bandits qui rodaient à quelques pas seulement de moi, je n’avais guère l’envie d’accueillir de nouveaux problèmes ou de perdre l’attention. Un seul faux pas, une distraction au moment où ils nous tendaient un piège, et ce pourrait-être un coup fatal qui serait apposé. Je gardais serrée dans ma main le couteau que j’avais dérobé à celui qui avait le moins de prestance des deux, et qui gemissait au sol. Mais ce que me promis Vergil eu pour effet de me calmer un peu, comme quoi personne ne me porterait atteinte. En somme, les bandits ne pourraient plus, et se ne serait pas son objectif. Cela demeurait de simples paroles, comme ça, mais j’avais l’audace de penser qu’il était sincère…

Contrairement aux deux autres, qui n’avaient vu que leur propre intérêt dans une histoire un peu floue… Je devais admettre que j’avais une certaine hâte que justice soit rendue pour ces deux là, qu’importe serait le chatiment qu’ils recevraient, tant qu’ils étaient punis à la juste valeur de leurs crimes qui avaient empirés en cette journée. L’épopée factice qu’ils avaient comptées avait au moins eu le mérite de faire beaucoup rire mon protecteur, qui ajoutait aux incohérences le fait qu’il n’y avait pas la moindre trace de cendre… Il s’agissait donc d’une créature enflammée ? Ou maniant les flammes ? Je n’en savais rien, mais je rajoutais ça au portrait de la bête dont je ne connaissais que le nom…

Toutefois, le guerrier à l’arme animée, qu’il continuait d’appeler sa sainte, se fit reprendre par cette dernière, comme quoi il ne devait pas se rabaisser à leur niveau… S’agissait-il comme d’une bonne conscience ou d’un exemplaire de bonne conduite pour celui que l’on nommait Vergil ? Je n’en savais rien, mais pour moi, cela demeurait quelque chose de complètement extraordinaire. J’étais comme une enfant qui découvrait les premières neiges de sa vie, et qui demeurait là, le visage collé contre la fenêtre, n’attendant que l’autorisation tant espérée de pouvoir se jeter dedans, et dans ce cas précis, l’assaillir de questions. Hum… Vu l’envie d’en apprendre plus que j’avais… Je supposais être une personne curieuse… Est-ce que c’était ça qui m’avait mit dans de tels problèmes ? Aucune preuve pour le moment, mais de nombreuses hypothèses qui tentaient d’éclaircir un tableau drapé.

Dans tous les cas, nous étions confrontés à leurs râles, leurs complaintes. Ordonnant à ce qu’ils se passent les menottes pour éviter de mauvaises surprises. Je m’écartais un peu, passant vers l’arrière de l’épéiste, pour au besoin me préparer à le désarmer. Même menotté, je comptais me méfier de lui. Toutefois, lorsqu’il se leva pour aller chercher les menottes, et que nos regards se croisèrent, je vis bien la colère qu’il avait à mon égard, tandis que de son côté, il put apercevoir quelques traces de colère, un peu de peur mais aussi un peu d’assurance, face à l’état dans lequel il se retrouvait actuellement. Je ne demeurais pas mécontente à ce qui lui arrivait, même si je préférais que Bernout ne rende pas l’âme dans l’instant.

Sur les ordres du guerrier, je vins récupérer l’épée qui a été jetée, pour la garder à proximité. Evidemment, elle serait plus utile dans un combat qu’un simple couteau, même si, d’un regard, je peux voir qu’il s’agit d’une très simple fabrication. Je me surprends même à me demander comment elle peut encore tenir droite… Surement les premiers jets d’un forgeron débutant, mais je m’égare… Dans tous les cas, avec leurs armes en notre possessions, ils ne doivent plus se sentir aussi vaillant, et heureusement pour eux comme pour nous, ils ne semblent pour vouloir se rebeller.

De plus, le blessé n’est pas dans un état critique. Voilà qui nous épargnera bien des peines. Je nous voyais mal le transporter jusqu’au village le plus proche, qui est peut-être à des heures, voir des jours de marches, alors qu’il se vidait de son sang à cause d’une hémorragie interne… L’arme vint en tout cas à se transformer, ce qui me laissait toujours impressionnée, et le rapport complet fut établit… Il pourrait marcher, et nous avions déjà une destination… Gyohir. Ce terme ne m’inspirait rien non plus…

Mais étaient-ils forcément si méchants ? Après tout, dans la difficulté, l’un aidait bien l’autre… Non, il n’y avait pas vraiment de question à se poser, vu ce qu’ils avaient manqués de me faire… Si Vergil n’était pas arrivé, c’en était fini de moi, j’en étais sûre !

‘’Valeureux, je l’ignore. Je préfère être prudente avec eux… J’ignore quel sale coup ils pourraient comploter.’’
Fis-je, inquiète malgré moi. Je pense que je ne serais libérée de cette inquiétude que lorsque nous en serions débarrassés, mais nous allions devoir faire de la route, et surement plus longtemps que nécessaire à cause de celui qui boite… Par ailleurs, je me surprend à considérer directement que je fais partie du voyage, mais à cause de mon état, et de mon amnésie, je pense que c’est sans aucun doute possible la meilleure chose à faire.

Bref, après quelques menaces de plus nécessaire pour que les choses se passent correctement, Vergil s’approcha de moi, pour me dire que peut-être qu’en priant, une voix divine s’occuperait de me toucher de sa grâce, avant de me guérir potentiellement de mon amnésie… Mais il y a quelques problèmes dans ce plan…

‘’Ce serait avec plaisir, mais… Je ne sais même pas à quel dieu je dois adresser mes prières… J’ignore leurs noms, leurs fonctions et ce qu’ils ont put faire… Je ne sais pas si mes prières pourront trouver écho dans de telles conditions…’’
Fis-je, partant un peu défaitiste sur ce point, avant toutefois de secouer la tête ! C’était mieux que de rester les bras ballants éternellement ! ‘’Mais si vous êtes en mesure de m’en parler, ce serait avec plaisir que je m’y essayerai ! Peut-être peuvent-ils apporter réponses à mes questions…’’

Je ne savais pas ce que donnerait la foi dans une telle situation… je ne savais même pas si j’étais croyante déjà, alors bon… Peut-être qu’avec un peu de chance, cela donnerait de surprenant effets, mais pour le moment… Mieux valait tenter que de ne rien faire. Au pire, la seule chose que j’aurais serait des renseignements sur la religion.

‘’Merci infiniment de m’avoir sortie de ce pétrin… Comme vous avez pu le voir, je crois être amnésique… J’en ignore la raison, mais je…’’
Je me grattais le côté la tête, prit soudainement d’une légère douleur, pour reprendre au bout de quelques secondes… ‘’Robin… Je crois m’appeler ainsi.’’

Robin… C’était mon nom ? Je demeurais confuse quelques secondes… J’ignorais pourquoi ce nom m’étais venu en tête, mais j’avais la quasi-conviction que c’était le mien. Je ne savais pourquoi je m’en étais souvenue, mais j’imaginais que c’était bon signe ! Cela signifiait surement que mon amnésie n’était pas absolue, et que le temps suffirait pour la vaincre ! Dans tous les cas, cela me remis d’aplomb, et je posais ainsi plusieurs questions !

‘’Du coup, vous étiez à la recherche de ces deux là ? Vous sembliez les connaitre d’avant… Des récidivistes peut-être ? Et vous êtes ? Un mercenaire ? Un chasseur de prime ? Un aventurier ? Ou peut-être un chevalier errant ?!’’
J’essayais d’énumérer des possibilités, mais il demeurait qu’il s’agissait l’un d’un singulier personnage à mes yeux… Car bon, un bienfaiteur qui protégeait les autres avec une arme magique… Cela ne courrait pas les rues, non ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sekai-rpg.forumactif.com/t856-carnet-de-robin-termine http://sekai-rpg.forumactif.com/t816-robin-l-amnesique-stratege-
Shoumei
Vergil
Messages : 152
Or : 495
Date d'inscription : 09/11/2018

Feuille de personnage
Puissance Divine: 341
Alignement du personnage: Loyal bon
Topics terminés: 7
Une amnésique en ces terres [PV Vergil] Empty
MessageSujet: Re: Une amnésique en ces terres [PV Vergil]   Une amnésique en ces terres [PV Vergil] Empty2019-01-02, 04:04


Lui parler des Dieux ? Ahah, je tiens là un bon bout de gras ! J'ai toute une éducation à faire. Je peux en parler durant des heures, il y a tellement d'histoire à raconter sur ce sujet. Je ne la pense pas prête pour ce qui l'attend. Par où je peux commencer ? L'âme monde ? Le concept des Divinités majeures et mineures ? Sans oublier les rôles qu'elles ont joué, leur influence d'antan et la puissance qu'elles avaient ? D'où nous vient la puissance divine et comment sommes-nous venus au monde ? Il y a tellement à raconter, je me sens capable de disserter deux heures sur ce magnifique Gyohir à qui nous devons le nom de la ville vers laquelle nous allons nous diriger. L'infâme Xo'Rath et son rôle de précurseur à la magie employée par les liches… Exia la fameuse exécutrice de ces chers Lothab, Kargoth et Xo'Rath, el famous Guerrière Sainte ! Putain, faut que je reprenne mes esprits, je commence déjà à baver rien qu'à l'idée d'étaler de nouveau ce morceau de notre histoire à tous.

Faut pas qu'elle se tracasse trop la cocotte, si elle y met du cœur normalement ça va passer. Le tout est d'être concentré et sincère. Avec un professeur tel que moi elle en saura bien assez pour savoir comment les prier. Je peux comprendre sa peur, c'est terrible de penser que nous ne méritons pas les louanges d'un Dieu. Si je dois un jour penser ainsi eh bien j'espère tomber sur une âme aussi bonne et charitable que la mienne. En attendant, il va quand même falloir se mettre en route. Moi j'ai un bagage à récupérer et une prime à empocher. On peut dire que c'est une journée bénéfique.


« C'est avec plaisir que je vais le faire, la route nous permettra de vous remettre les bases en tête. Je suis un représentant de la Justice Divine si je puis dire les choses ainsi. Surtout ne vous en faites pas ! Les Dieux écouteront très certainement votre prière et pour se faire je m'en irai prier avec vous. »

Les deux lurons suivent la direction que j'indique. Ils vont marcher devant nous et nous allons les surveiller par derrière. Sachant que l'un épaule l'autre pour marcher ils n'ont pas beaucoup de possibilités. On peut enfin aller vers le sentier. On a juste le petit morceau de forêt à traverser et c'est bon. Durant ce temps j'en profite pour écouter les remerciements de ma nouvelle partenaire de voyage.

Je me sens regonflé à bloc. Bah oui, moi je suis bien content qu'on prenne le temps de me remercier. A dire vrai, je ne fais pas ça pour ce genre de récompense, c'est par déformation professionnelle et… par désir d'aider mon prochain que je le fais. Il faut juste que je sois vigilant car pendant sa phrase elle se gratte la crinière… Elle a peut-être attrapé des poux ou bien des morpions. Je reste tout de même interloqué par l'annonce de son nom. Robin c'est quand même bien loufoque comme patronyme.


« C'est mon devoir ma chère Robin, je mets un point d'honneur à pouvoir rendre service à mon prochain. Quant à votre amnésie je vous rassure on trouvera une solution. Retrouver la mémoire peut prendre du temps et si vous avez besoin d'un logement n'hésitez pas. », je ris légèrement. « Je suis un peu radin, mais si besoin je saurai mettre ma bourse à votre disposition. »

Je suis trop gentil je le sais. On me dit souvent que ça risque de me perdre un jour, mais que voulez-vous, c'est aussi mon devoir de m'assurer de sa sécurité le temps de sa convalescence. Si je laisse cette Robin toute seule dans cet état, qui sait ce qui peut lui arriver encore. Non, même si je passe pour quelqu'un de direct, au moins on sait que je suis pas du genre mauvais bougre. Donner une bonne image c'est primordial.

Nous rejoignons le sentier. Il est assez large sans doute pour deux carrioles je pense. C'est pas non plus une route parfaite, des nids de poule habitent pas mal le terrain. En tout cas nous pouvons nous tourner de sorte à prendre la direction de la ville la plus proche. Ils sont silencieux nos captifs, mais ce n'est pas plus mal, ça nous laisse le temps à Robin et moi de faire connaissance. Je n'ai pas oublier le cours que je lui dois.


« Oui j'étais à la recherche des frangins. Nous avons été ensemble à l'époque où nous nous étions engagés dans l'armée de Shoumei. Ils ont malheureusement mal tourné, ils ont récemment attaqué le commerce de ce petit Diatre et ont été identifié. J'ai été missionné pour leur mettre la main dessus. Nous voila maintenant au moment où je vais aller empocher ma prime et avoir la satisfaction de pouvoir aider une nouvelle connaissance à retrouver la mémoire. Une bonne journée comme je les aime ! »

Franchement, oui, je suis très heureux. Ce n'est pas tous les jours que j'ai une vaine pareille. J'ai chopé de quoi encaisser la prime, aider et sauver une jeune demoiselle en détresse et suis missionné par les Dieux pour guider une âme perdue. Rien de tel pour me mettre de bonne humeur. Par ma barbe que je ne suis pas présenté en plus… Grossière erreur de ma part ! C'est impoli de ne pas présenter l'identité de son sauver à une nouvelle admiratrice. Nous allons rectifier le tir tout en continuant de marcher, épée toujours en main, car on ne sait jamais.

« Vous avez avec vous un humble aventurier et chevalier au service de sa nation. Vergil de Benedictus, futur paladin de rang Divin. Pourfendeur du mal absolu et protecteur de la veuve et de l'orphelin. Défenseur des terres saintes de Shoumei, pour vous servir. »

Voilà, maintenant Robin sait qui je suis. Si ça se trouve vue que j'ai une réputation mon nom va  lui faire revenir des trucs. Je vais peut-être être le déclic qui va tout changer. Je pars un peu loin quand même… Mais avouez que ce serait tout de même classe et épic d'être à ce point talentueux dans l'art d'éclairer les gens. Je n'y crois pas trop pour être honnête, mais restons optimiste.

« Comme vous avez pu le remarquer je suis accompagné de ma chère Mille Vérité, bien plus qu'une arme c'est avant tout un esprit du passé. C'est assez compliqué à expliquer, mais vous pouvez l'appelez Jeanne si vous le désirez ! Ahah, ce sera plus simple. On ne l'entend pas beaucoup pour le moment, mais… »


Je m'arrête subitement, déjà parce que je ramasse mon bagage de ma main libre et aussi pour le bruit que j'entends. Je fais comprendre à la troupe de marcher un peu plus lentement. Déjà d'une car je peux tenir mes criminels à porter de lame et de deux pour voir arriver une petite troupe en carriole. Par petite j'entends sans doute quatre individus. Deux à l'avant et à découvert, les autres à l'intérieur. On les aperçoit dans l'espace resté ouvert dans la toile de tissu. On en a de la chance, ils viennent tout droit de la ville.

J'appuie du bout de ma lame sur le dos de Krom pour le faire marcher de nouveau à une allure normale. On va pas se priver d'aller à leur rencontre. J'en oublie totalement le début de ce que je disais tout à l'heure. Si on peut éviter un jour de marche alors je ne crache pas dessus. Pourquoi on est passé de deux jours à un seul pour le retour ? Car quand je suis parti, en plus de la route, j'ai dû les chercher un peu partout, donc quelques détours ont été au rendez-vous.


« Nous allons les interpeller, avec un peu de chance nous n'aurons plus à marcher bien longtemps. N'ayez crainte, ces individus n'ont rien à voir avec notre vermine ici présente. Ils sont des hommes de bien, je vous en donne ma parole. »

Si je lui donne ma parole elle va sans doute me croire. Je dis la vérité, et je la dis pour la rassurer. Vue ce qu'elle a vécu juste avant, elle peut très bien appréhender ou avoir une certaine crainte à rencontrer d'autres inconnus. D'ailleurs c'est même préférable pour les sacripants ça peut aussi leur éviter de marcher comme des glands jusqu'à notre destination. Encore une fois on peut constater pour efficacité à toute épreuve. Le nier c'est mentir.


Code couleur Vergil: #990033 | Mille Vérités: #9966cc
Une amnésique en ces terres [PV Vergil] 190222123644362036
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vagabond
Robin
Messages : 79
Or : 1305
Date d'inscription : 18/12/2018

Feuille de personnage
Puissance Divine: 179
Alignement du personnage: Neutre bon / Chaotique mauvais
Topics terminés: 7
Une amnésique en ces terres [PV Vergil] Empty
MessageSujet: Re: Une amnésique en ces terres [PV Vergil]   Une amnésique en ces terres [PV Vergil] Empty2019-01-02, 14:35



Une amnésique en ces terres
feat. Vergil



Prudence

Musique

Il semblait qu'en annonçant mon manque de connaissance au niveau des divins, j'avais réveillé chez mon protecteur une passion qui n'attendait que d'exploser ! Je voyais presque dans ses yeux une lueur d'excitation, une bête qui n'attendait qu'un simple signal pour charger et... M'instruire de tout un pan de la culture divine de cet endroit... Si j'avais oubliée jusqu'à l'existence même des dieux, c'était que mon cas devait être tout de même assez profond, car en plus de ne plus rien savoir sur qui j'étais, j'avais perdue la quasi-totalité de mes repères. Peut-être que mes habitudes s'en iraient trahir quelques comportements que j'avais put avoir dans le passé, mais c'était un peu trop tôt pour pouvoir le dire.

Je n'étais néanmoins que peu confiante dans la possibilité d'une solution totale à court terme. Cela m'étonnerai tout de même grandement qu'un déclencheur spontané ne vienne tout chambouller, m'ammenant du coup à redevenir qui je pouvais être. Pour le moment, je n'avais pas encore à me soucier de tout cela. Il fallait dans un premier temps que j'assure ma sauvegarde et ma sécurité, vu que j'étais bel et bien vulnérable face à ce que me réservais mon avenir...

Du coup... Vergil était un représentant de la Justice Divine... Est-ce que cela signifiait qu'il était une sorte... D'inquisiteur ? J'avais comme une appréhension sur ce terme, étant donné qu'actuellement, je n'étais pas véritablement croyante, et je risquais, si j'avançais quelques points, d'être considérée comme une hérétique... J'ignorais quel châtiment pouvait alors s'ensuivre, mais j'étais un peu prêt sûre que cela ne serait en rien bénéfique à mon égard...

Mais je m'en faisais peut-être un peu trop, craignant le pire mais espérant le meilleur. Il s'était montré extrêmement serviable et courtois avec moi, me sauvant déjà, mais il ne faisait pas que ça. Déjà, il ne réclamait rien en retour, mais en plus il insistait pour m'aider par de nombreux moyens, en suggérant l'idée de la prière et en proposant de m'y accompagner.

''Ça me va ! Je prendrais exemple sur vous pour cette occasion ! Je ne sais pas comment prier, mais je suppose que c'est plutôt l'intention qui compte ! Juste peut-être aurais-je besoin d'une brêve présentation sur eux déjà.''


Mais le supposé inquisiteur ne s'arrêtait pas qu'à rester dans le domaine religieux pour m'aider ! Il disait mettre un point d'honneur pour vouloir m'aider, et si le besoin était, il était prêt à me fournir un logement, ce qui était... Eh bien, une aide certes bienvenue, mais... Bon sang, je lui devais déjà tellement, j'allais m'endetter pendant au moins plusieurs vies si je continuais sur cette voie là !

''Oulà ! Vous en faites trop ! Je suppose que si j'étais sur les routes en m'étant évanouie au milieu de cet endroit, c'est que le camping sauvage ne doit pas me terrifier !''
J'essayais tout de même de refuser, car là, c'en était vraiment trop par rapport à tout ce qu'il avait fait pour moi. Si je ne faisais qu'accepter, je risquais de le prendre mal. ''Je vais essayer de me rendre utile auprès des villages où j'irais. Contre quelques services, ils pourraient me laisser emprunter une chambre.''

C'était ainsi que je préférais les choses. Si tout me tombait dans la bouche, comment pourrais-je prendre mon envol ? Il fallait que je me débrouille tout de même un peu, que je prenne une part d'autonomie dès le départ, auquel cas, je risquerais juste de demeurer une demoiselle en détresse pour le reste de mes jours, ce que je refusais, tout simplement.

Concernant l'historique qu'il avait avec mes deux agresseurs, il révéla qu'ils avaient tous les trois été dans l'armée de Shoumei, mais que ces deux là avaient mal tournés, attaquant un commerce avant d'être identifiés et traqués par Vergil. Et c'était par "chance" que je m'étais trouvée sur sa route.

Puis, il vint du coup à se présenter, se nommant donc Vergil de Benedictus. Il n'était pas inquisiteur, mais aventurier, chevalier et paladin ! Il avait surement dû travailler à l'avance sa présentation, mais en tout cas, il devait avoir une bonne réputation. Cela me gênait tout de même d'être tombée directement sur une personne très importante pour le pays, mais... Bon, c'était mieux ça que de connaître le funeste destin qui m'était théoriquement réservé. Donc dans le doute, il valait mieux que me contente de ceci ! De plus, il ajoutait être donc le porteur de Mille Vérité, qui était donc son arme, mais aussi un esprit du passé. J'étais bel et bien curieuse d'entendre son histoire, mais peut-être falait-il que j'évite de trop poser de question (histoire qu'elle puisse être FINIE déjà !)

Toutefois, le fait demeurait qu'une cariolle avançait rapidement avec plusieurs individus. Si Vergil prit immédiatement la prudence comme option, il tenta de me rassurer, avançant que les personne devant nous étaient des personnes de bien. Je voulais bien le croire, mais avec le fait qu'il agissait avec plus de prudence, je me doutais bien qu'il n'en avait pas totalement la certitude... Mais bon, vu mon efficacité... Difficile pour moi de pouvoir agir, dans un cas comme dans l'autre...

''Si vous le dites, mais je préfère être prudente. J'ai comme l'impression que toute situation peut d'un coup se retourner, comme si nous n'étions qu'un chateau de carte face à une grande tempête... Et je ne peux pas exclure que ces deux là aient put trouver quelques camarades...''


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sekai-rpg.forumactif.com/t856-carnet-de-robin-termine http://sekai-rpg.forumactif.com/t816-robin-l-amnesique-stratege-
Shoumei
Vergil
Messages : 152
Or : 495
Date d'inscription : 09/11/2018

Feuille de personnage
Puissance Divine: 341
Alignement du personnage: Loyal bon
Topics terminés: 7
Une amnésique en ces terres [PV Vergil] Empty
MessageSujet: Re: Une amnésique en ces terres [PV Vergil]   Une amnésique en ces terres [PV Vergil] Empty2019-01-02, 22:29

Par ma Barbe que j'ai merdé. Oui, je suis trop intrusif, c'était de trop cette proposition. Cependant je reste stupéfait par ses paroles. Voilà quelqu'un qui ne peut être mauvais ! Vouloir gagner sa croûte par soi-même en allant aider son prochain c'est honorable. Je suis fier d'être venu en aide à un tel individu. Comme quoi hein, on est jamais loin de pouvoir se prendre en main. Nos deux brigands doivent désormais en prendre de la graine, ça ne va pas leur faire de mal. Rien que dans cette phrase je sens que mon estime pour Robin ne cesse de grandir. Je ne vais pas aller chercher la surenchère, elle doit être contente d'une telle prouesse. Bah oui, c'est que les gens que je rencontre mettent un point d'honneur à me plaire sans le vouloir. Du moins, c'est l'impression que j'ai.

Que dire de plus ? Je n'ai pas grand-chose à ajouter. Par contre il est certain que je ne vais pas la lâcher si facilement. Il est de mon devoir de m'assurer qu'elle puisse s'établir en toute sécurité. Dans le fond je bouillonne surtout d'envie d'aller parler de nos Dieux. Rien qu'à cet instant je vais encore pouvoir briller de mon génie. A croire que j'ai un talent fou pour m'attirer les grâces des individus que je rencontre. Enfin bref, passons, je vais juste donner une simple réponse. Je pense en avoir déjà assez fait.


« Vous ne me retirerez pas de la tête que je ne peux pas vous laisser ainsi dans le pétrin pour le moment, mais je respecte votre choix, c'est tout à votre honneur ! »

Nous continuons de nous avancer vers le petit convoi. Putain j'espère qu'ils vont pouvoir m'aider. Moi faut me comprendre un peu, je vais finir par choper des infections au niveau des pieds, je marche trop.

Dans le fond elle n'a pas tort, il faut rester sur nos gardes. On est jamais à l'abri d'une carabistouille de plus, ce serait un comble tout de même. Nos deux sacripants ne disent toujours rien, tant mieux, ils font bien de fermer leur gueule. Au fond de mon gras intérieur je me permets une toute petite recommandation auprès de mes divinités. Si je prie assez fort, je pense pouvoir ressentir la joie d'avoir de la chance. Moi j'ai un cours de mythologie à donner et je ne peux pas prendre le loisir de me faire prier.

Nous arrivons à proximité des voyageurs. Je reconnais la dégaine et la prestance d'un membre de l'armée Sainte de Shoumei. Déjà c'est un bon point pour nous, on risque de pouvoir négocier un petit quelque chose. Je concocte à l'aide de ma célèbre artillerie neuronale un plan des plus magnifique. Oui, je suis si intelligent que je peux employer des techniques tel que le Puits à Connerie pour me sortir d'une impasse.


« Je vous salue chers collègues. Quel bon vent vous amène sur ce sentier qu'est le nôtre ? »

L'homme qui doit porter sur ses épaules au minimum une trentaine de printemps, qui semble s'apparenter plus à un mec blasé plutôt qu'à un homme fier et ampli d'une passion pour son métier, pose les yeux sur ma magnifique carcasse. Rien que de voir sa tronche je suis déprimé. Il ne peut pas sourire un peu tout de même ?

« Benedictus, te voila donc. Te rends-tu compte que cela fait déjà quatre jours que tu es parti en quête de ces… », il tourne son visage vers les golios. « Ces criminels… Passons sur le temps qu'il t'a fallu pour les rattraper, au moins tu les as retrouvé. », c'est fou comme il semble avoir été convaincu de la réussite de ma mission. « Nous sommes parti de Gyohir afin de nous assurer de votre survie. Quand on prend deux fois plus de temps que prévu pour une basse besogne ça devient assez inquiétant. », je ne suis pas certain de comprendre, mais je crois qu'il se fout de ma gueule. « Enfin, nous pouvons rentrer je pense. »

Quel bâtard celui-la. Il se paie ma tête. Monsieur est mécontent de son existence et se fait cruel à mon sujet. Attends toi, tu vas pas t'en sortir si facilement. Moi j'suis con, mais juste ce qu'il faut. Si ils doivent retourner à Gyohir je vais leur confier les crétins en guise de remerciement pour ce moment de honte. Je ne pense pas que ça se voit, mais je grogne intérieurement. Je vais en profiter pour répliquer de plus belle !

« Ahah ! Il est bien vrai que j'ai pas mal traîné sur la route. Faut dire que rechercher deux cons ça vous demande une certaine implication. J'ai dû m'écarter du sentier à plusieurs reprises pour bien explorer la zone. », je pointe du pouce ma jeune amie en affichant un large sourire. « Mais comme vous le constatez je les ai retrouvé et en prime j'ai sauvé cette belle demoiselle ! », je baisse mon pouce en rangeant ma main le long de mon corps avant de hausser les épaules. « Enfin, vous pouvez toujours les prendre avec vous ? Disons, 10 % de la prime pour ce service ? Hum ? »

Je suis un très bon négociateur en la matière.

« 10 % ? Disons 15 % et c'est bon Benedictus. », son regard se pose sur Krom et Bernout. « Quant à vous je ne veux pas vous entendre pour le moment. Autant vous dire que la sentence sera à la hauteur de vos méfaits. », il soupire comme si tout cela le faisait bien chier. « Est-il vrai que ce cher Vergil vous a sorti d'un pétrin ? »

Eh bien voila. Enfin un peu d'humanité putain. D'ailleurs on ne connaît le non d'aucun de ces hommes et il n'y en a qu'un qui parle. J'imagine pas leur joie durant le voyage. A coté de mon amie j'ai l'air bien fier car on va étaler là un joli fait d'arme. Quand ils vont apprendre ce que j'ai fait eh bien ils vont rester sur le cul. A moi gloire et respect pour la journée. Il y a intérêt à ce que je sente un peu de sincérité dans tout cela, sinon je vais vraiment penser qu'on ressent du mépris à mon égard.

Moi je ne suis pas responsable de sa situation. Si il est mécontent de sa place dans la société il peut toujours changer de projet. Rien ne l'oblige à être militaire et m'empêcher de savourer mon moment sous les projecteurs. Déjà, je me rassure car nous n'aurons pas à nous encombrer plus longtemps avec eux. Je vais pouvoir emmener notre amnésique albinos au temple pour que l'on puisse prier un peu. En route je vais pouvoir donner une leçon de vie et partager ma culture personnelle.

Bref, j'ai réussi à négocier mon délire, moi je suis heureux. Ok on a voulu me rabaisser, mais je m'en branle royalement. Maintenant qu'on m'a entendu et que j'ai obtenu gain de cause rien ne peut m'atteindre. De toute façon j'ai l'habitude qu'on ne me prenne pas au sérieux, tant pis. Il faut savoir être patient pour pouvoir acquérir une réputation telle qu'on ne peut plus nous prendre de haut.

D'ailleurs nos prisonniers du jour ne sont pas bien bavards et semblent baisser la tête. J'en étais sûr, quand on est face à ses responsabilités on a tendance à bien se chier dans le froc.


Code couleur Vergil: #990033 | Mille Vérités: #9966cc
Une amnésique en ces terres [PV Vergil] 190222123644362036
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vagabond
Robin
Messages : 79
Or : 1305
Date d'inscription : 18/12/2018

Feuille de personnage
Puissance Divine: 179
Alignement du personnage: Neutre bon / Chaotique mauvais
Topics terminés: 7
Une amnésique en ces terres [PV Vergil] Empty
MessageSujet: Re: Une amnésique en ces terres [PV Vergil]   Une amnésique en ces terres [PV Vergil] Empty2019-01-03, 15:38



Une amnésique en ces terres
feat. Vergil



Doutes et tonnerre

Musique

Mon protecteur semble être curieusement assez surprit de ma petite protestation. C’était vrai que j’avais refusée la solution de facilité pour préférer m’en sortir un peu par moi-même, pour essayer d’avoir un peu d’autonomie et une sorte de petit égo qui était déjà bien diminué vu la situation actuelle. Si j’acceptais toutes les mains qui m’étaient tendues, comment pourrais-je m’en sortir lorsqu’il n’y en aurait plus ? Il fallait parfois accepter la difficulté et que les choses n’allaient pas être simples, mais il ne fallait pas non plus se fermer toutes les portes, surtout lorsque l’on était dans une mauvaise passe, comme c’était mon cas. Mais étant donné que je ne savais même pas quand est-ce que je sortirais de ce gouffre mémoriel, ou si même si je pourrais en sortir un jour, je prenais déjà mes précautions en faisant le nécessaire pour m’y accoutumer au mieux.

J’affichais un petit sourire alors qu’il me répondit qu’il ne souhaitait pas vraiment me laisser dans le pétrin, mais qu’il respectait ma décision qui était de demeurer au moins un peu indépendante. Je ne savais pas si c’était vraiment une question d’honneur ou non, mais je voyais ça d’un œil peut-être un peu trop prévoyant. Peut-être que j’étais du style autrefois à planifier chacun de mes repas à la portion près pour être sûre de ce que je mangeais, et que je conservais cette habitude malgré mon amnésie ? Ce n’était pas impossible… Bon sang, il me fallait un carnet de note le plus promptement possible, vu le nombre d’information que je réussissais à déceler malgré les différentes situations… Ou bien, peut-être que c’était l’une de mes autres qualités que je demeurais ? Mais quel genre de personne obtenait un maximum d’information ? Une espionne ? Etais-je une espionne envoyée dans ce pays ?!

Mes réflexions furent en tout cas interrompues par l’arrivée du convoi, qui… Eh bien, semblait être des « collègues » de Vergil, qui les saluait… Et en plus ils le connaissaient… Bon, jusqu’à maintenant, les rencontres qu’avait put faire le paladin étaient les deux bandits, donc je demeurais méfiante, même si… Eh bien, la personne que nous avions en face de nous ne semblait pas être dans le mauvais camp… Puisqu’en fait, il s’agissait d’un garde ou d’un soldat, qui commença directement à critiquer de Benedictus… Chose que je n’appréciais que peu, alors même si ce n’était pas un ennemi, il ne risquait pas de s’attirer ma sympathie ! Après tout, il avait capturé les criminels en fuite, et pour ainsi dire au meilleur moment possible, auquel cas j’aurais été à la merci de n’importe quelle autre chose, que cela soit d’autres bandits ou bien des créatures… Rien que cette idée me fit un peu frissonner…

Mais bref, ils commençaient à discuter, parlant du retard qu’avait eu Vergil et du fait que le convoi s’occupe de ramener les prisonniers jusqu’à la prison la plus proche, moyennant une partie de la prime. Suite à quoi la conversation se détourna vers moi, l’homme m’adressa la parole, me demandant confirmation concernant les faits qu’il avait annoncé tantôt, comme quoi il m’avait sauvé la vie.

‘’Et comment ! Sans son intervention, ces deux là auraient abusés de moi, avant de me réduire en esclavage.’’
Je soufflais un coup, espérant ne pas avoir à répéter de nouveau ces paroles, qui restaient encore froidement installées en travers de ma gorge, pour que je souffle : ‘’Je me sens bien mieux là qu’avec une de leur lame collée contre ma gorge.’’

En entendant ceci, certains affichent des haussements de sourcils assez prononcés, comme s’ils ne me croyaient pas. Pourtant, je n’avais racontée que la stricte vérité, de la manière la plus sincère qu’il soit… Devais-je supposer que cela n’était pas par rapport à moi, mais par rapport à la personne que je couvrais par mes paroles ? Est-ce que cela paraissait si irréaliste que Vergil puisse me sauver la vie ? Qu’est-ce que j’ignorais ? Bon, beaucoup de chose, mais tout de même, avait-il si mauvaise réputation ? Pourtant, il avait tout d’une bonne personne…

Les hommes se regardèrent un instant, croisant plusieurs fois mon regard un peu circonspect de leur réaction, avant d’hausser leurs épaules. Que ce soit vrai ou faux, qu’est-ce que cela allait changer à leur vie ? Dans tous les cas, ils allaient encore avoir un long moment d’ennui jusqu’à ce qu’ils ne rentrent, et la compagnie de Krom et Bernout ne changerait pas grand-chose au calvaire qu’ils auraient à subir. Enfin, peut-être que si. Peut-être que face au châtiment qu’ils risquaient d’obtenir, ils tenteraient de prendre la fuite… Mais ceci ne me regardait plus… Dans tous les cas, la réaction du chef me laissa un peu froide…

‘’Vraiment ? J’ai peine à croire ceci…’’


‘’Je vous assure qu’il s’agit de la plus pure des vérités.’’


‘’Si vous le dites…’’
Admit-il, toujours peu convaincu de ceci, avant de regarder ses hommes et les deux prisonniers qu’il allait devoir ramener, pour finalement rebrousser chemin, s’éloignant via le sentier, pour se faire oublier à travers les arbres et les collines, nous laissant juste à deux, et je devais le dire pour mon cas, en bonne compagnie.

‘’Je dois admettre…’’
Commençai-je, en me tournant vers Vergil : ‘’L’idée que ces deux là soient loin de moi n’est pas du tout pour me déplaire ! Du coup, nous en étions à…’’ Je n’eu pas le temps de finir ma phrase qu’un éclair vint à tomber sur une des montagnes, faisant un bruit tonitruant qui semblait comme annoncer la fin du monde ! De surprise, je bondis, mon corps se raidissant alors que je regardais très nerveusement la montagne qui venait de subir un violent coup de la part de la nature… Et bien sûr, dans la surprise, je ne put m’empêcher de laisser échapper un petit cri étouffé, avant de tenter de reprendre mon souffle, un peu difficilement…

‘’Je… Je ne me rappelais plus de ça ! Surtout qu’il n’y a pas l’air d’y avoir un orage dans les environs ! Quelques nuages, mais pas de quoi amener la foudre ! C’est curieux… Un mage qui s’entraine ? Il doit être très puissant pour causer autant de fracas…’’

[/quote]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sekai-rpg.forumactif.com/t856-carnet-de-robin-termine http://sekai-rpg.forumactif.com/t816-robin-l-amnesique-stratege-
Shoumei
Vergil
Messages : 152
Or : 495
Date d'inscription : 09/11/2018

Feuille de personnage
Puissance Divine: 341
Alignement du personnage: Loyal bon
Topics terminés: 7
Une amnésique en ces terres [PV Vergil] Empty
MessageSujet: Re: Une amnésique en ces terres [PV Vergil]   Une amnésique en ces terres [PV Vergil] Empty2019-01-05, 19:06

- Une amnésique en ces terres -

On me glorifie. Je me sens si bien en cet instant où Robin prend la parole. Eh oui, sans moi rien de cela n'aurait été possible. Il faut bien le retenir, je suis le héro de cette histoire et rien d'autre. Au détriment de m'attirer les faveurs de mes collègues je savoure cet instant unique qu'est le mien. Il faut le reconnaître j'ai su tirer la demoiselle d'un sacré pétrin et en plus je vais pouvoir avoir le loisir de l'instruire de mon savoir. Je n'ai que faire de leur médisance et de leur jalousie et je ne leur en veux pas. Je les comprends, ils n'ont pas eu le courage de quitter l'armée pour vivre leur rêve, donc un peu normal qu'ils jalousent celui qui l'a fait. Enfin bref, mais ça m'épuise cette hypocrisie de bas étage.

Ce que je me dis c'est que je dois rester humble et fier de ma bedaine pardi ! Je le mérite bien. En attendant ils sont en train de gagner leur croûte sur ma carcasse. De quoi vont-ils se plaindre ? De rien, ils vont juste se contenter de rebrousser chemin et d'emmener avec eux nos deux criminels. De mon coté je vais m'occuper de ma nouvelle quête très spéciale. Qu'ils repartent donc à Gyohir, je me sens bien dans mes bottes et je sais que j'ai l'estime de la petite Robin.


« Que vous en doutiez ou non chers camarades je vous souhaite bon vent et bonne route jusqu'à Gyohir. Durant que certains sont à dos de canasson, d'autres ont encore du pain sur la planche ! », et paf, dans ta sale face de rat le médisant de mes deux.

Que ça plaise ou non, c'est bon. Non, mais faut pas trop me prendre de haut. Parce que monsieur semble être assis sur sa monture il se permet de me ridiculiser devant la donzelle. Je ne l'entends pas vraiment de cet oreille et de toute façon il ne semble répondre que par un long soupir avant que ses collègues ne fassent monter les captifs dans la carriole. La petite bande n'aura plus qu'à rentrer et empocher leur part du butin. Nous allons pouvoir reprendre notre conversation de tout à l'heure avec la jeune amnésique.

Alors que tout le petit monde s'en va je me tourne vers elle alors qu'elle fait de même vers moi. Nous entamons un nouveau morceau de conversation. Oui, nous devons reprendre là où nous en étions. J'allais d'ailleurs lui couper la parole pour la reprendre, mais je n'ai pas eu le temps. Dans l'instant d'après mes yeux sont fixés sur la tête du mont sur laquelle l'éclair s'est abattu. Je suis émerveillé de ce spectacle, j'en ai presque la bouche ouverte. Cet éclair est une merveille. Bon, oui, on peut le voir frapper à plusieurs reprises dans une journée ou bien dans la semaine, j'y suis habitué, mais j'adore toujours autant.


« Lothab… », dis-je d'abord en restant bouche bée, puis je me reprends en secouant la tête dans tout les sens pour reprendre. « Oh non, bien mieux que cela chère amie ! », je commence à rire quelque peu. « Le Palais de la Foudre, Temple dédié à la plus jeune et puissante des Divinités. On dit de lui qu'il maniait la Foudre Cosmique. », je me laisse emporter par ma petite histoire improvisée. « Il est fréquent que la foudre frappe ce temple et j'ai toujours aimé dire que c'est Lothab lui-même qui nous manifeste sa présence. », oui, je l'ai toujours fermement pensé, encore aujourd'hui. « Lors de la Guerre Divine il tomba face au grand et vaillant Tensai, Général régnant sur les terres de la Horde du Reike. »

Je suis encore sous le choc, comme un enfant constatant par la fenêtre de sa chambre que de la neige tombe du ciel pour un énième noël. Lothab est d'ailleurs pour moi un Dieu respectable, quoique sur-coté vue qu'il est mort par la main de Tensai. Là où Gyohir, lui, a su partir avec dignité en léguant sa Lumière à Satochi avant de se faire exécuter pour cela. Bref, il y a beaucoup à dire sur les Dieux, mais ce n'est pas pour vous, c'est pour ma petite Robin. Je dois d'ailleurs me ressaisir assez rapidement. Si nous voulons joindre Gyohir à notre tour ce n'est pas le temple le plus pratique à visiter. Je garde tout de même l'idée de l'y emmener plus tard.

Je me retourne en direction du sud. De là où nous sommes nous pouvons voir à la tête d'un nouveau mont un temple briller. Oui, le Temple de Gyohir est sans doute celui que l'on ne peut manquer grâce à la lumière qu'il dégage. De une ce sera plus pratique, et de deux j'adore parler de ce Dieu. C'est un peu mon héro dans le fond si on peut dire les choses ainsi. J'ai toujours espéré que ce soit lui le Dieu ayant fourni la semence pour m'engendrer. Même si il est mort, j'ai le droit de rêver un peu non ? Je pointe le Mont du doigt.


« C'est par ici que nous irons ! Le temple du grand Gyohir. », je lui tapote l'épaule pour lui faire signe de se mettre en marche, ce que nous faisons. « Voyez-vous chère demoiselle, Gyohir est de loin le Dieu le plus vieux et le plus âgé. Il a autrefois occupé la place de Lothab avant que celui-ci ne le surplombe. », dans notre marche j'agite mes mains comme pour imager mes paroles. « Il a lui-même légué sa lumière à notre Saint Satochi ! Grand prêtre de Shoumei. Lothab l'a même jugé et exécuté pour cet acte dit de trahison. Acte purement hypocrite quand on sait qu'une partie de la magie de Lothab serait resté parmi les mortels et légué au gardien Inu'Hei, m'enfin… des rumeurs toujours ! », je m'esclaffe légèrement. « Tout cela pour dire que dans mon cœur il est le plus grand. Je dis souvent qu'il est sous-côté par rapport à son successeur et c'est bien vrai, je vous l'assure ! », dis-je en agitant mon gros index.

Je me perds dans mes paroles car j'adore ce que je dis. Je me trouve si beau quand je raconte ce genre d'histoire que je peux m'affirmer comme grand orateur sacré des Dieux. J'en oublie presque de parler aussi de Kazgoth, ce grand créateur. A clamer la gloire de mon Dieu fétiche je fais de l'ombre à cette magnifique emprunte de sagesse et d'intelligence. Je ris de nouveau en me grattant l'arrière du crâne.

« Je dois aussi vous parler de Kazgoth le créateur de la vie. On dit de lui qu'il aurait forgé bien des races de notre monde à l'aide de ses mains. », eh oui, c'est un fait avéré même. « De son feu sacré il aurait aussi conçu les trois quart des zones habitables du Sekai, un être exceptionnel. », je lève les mains au ciel. « Que j'aimerai tant avoir l'honneur ne serait-ce qu'une fois de croiser le regard d'une telle divinité ! », tiens pendant que j'y suis… « Lothab, Kazgoth et Xo'rath possédaient d'ailleurs une exécutrice directe : Exia. Guerrière sainte étant à l'origine des Valkyries. », merde cette notion… « Enfin, Exia était une divinité mineure, mais tout comme ma fidèle Sainte, elle était une guerrière de renom. Quant à Lothab, Kazgoth et Xo'rath ils faisaient parti des divinités majeures. Vous l'aurez d'ailleurs aisément compris, si Gyohir est le plus âgé et ayant occupé la place de Lothab c'est qu'il en était une aussi par le passé. »

Je m'émerveille devant tout ce que je peux dire sur les Dieux. J'avoue avoir raté la partie rapport de puissance et rang divin, mais je pense que Robin – à défaut d'être amnésique – doit savoir comprendre les choses rapidement. Le rapprochement est d'ailleurs vite fait de toute façon. Enfin, si ça se trouve je l'ennuie depuis le début avec mes histoires, mais elle a voulu en apprendre davantage. Le bon Vergil ne fait que répondre aux attentes de celle-ci. Au moins notre marche est imagée de bien des histoires.

« Veuillez m'excuser Robin, je dois certainement m'emporter… », et c'est bien vrai que je m'emporte par ma barbe ! « Mais je suis un représentant de la Justice Divine, depuis mon plus jeune âge je suis passionné par ces histoires et cette religion qu'est la notre. », je me caresse la barbe. « Je me dis qu'en m'inspirant de mes héros je peux devenir celui d'un autre. », oui, on vit dans un monde de merde, surtout chez certains pays. « Si je peux inspirer les futurs générations à suivre ma voie, alors je me dis pourquoi pas… Nous avons assez de créatures maléfiques en ce moment, il est temps d'agir et de peupler ces terres de jeunes héros au cœur vaillant ! », je ris une nouvelle fois. « Aaaah… Peut-être que de fonder une Confrérie est la solution… Enfin, personne n'y croirait sûrement… », je me disperse une nouvelle fois avant de reprendre mon sérieux. « Bon… passons ces détails si vous le voulez bien, désirez-vous en apprendre un peu plus ? Je n'ai cité qu'une partie de nos divinités pour le moment. Je ne vous ai même pas encore parlé de Xo'Rath ! Lui, c'est un gros morceau, mais à vous de me dire si vous désirez toujours poursuivre cette histoire. »

Oui, je préfère consulter mon interlocutrice. Sait-on jamais, mais je suis confiant, elle semble avare de savoir celle-la. Je me suis peut-être même trop dispersé avec cette histoire de confrérie. Un rêve de gamin entreprit à l'époque de mes donjons que j'ai laissé derrière moi suite à mon voyage à Dangshuan. Des rêves j'en ai tellement plein la tête aussi que par moment il m'arrive de confondre rêve et réalité tellement je m'emporte vite. En tout cas ce silence me permet de reprendre mon souffle. C'est pas le tout de parler, mais faut savoir respirer pour continuer.
Par Vergil de Benedictus, fils de Dieu



Code couleur Vergil: #990033 | Mille Vérités: #9966cc
Une amnésique en ces terres [PV Vergil] 190222123644362036
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vagabond
Robin
Messages : 79
Or : 1305
Date d'inscription : 18/12/2018

Feuille de personnage
Puissance Divine: 179
Alignement du personnage: Neutre bon / Chaotique mauvais
Topics terminés: 7
Une amnésique en ces terres [PV Vergil] Empty
MessageSujet: Re: Une amnésique en ces terres [PV Vergil]   Une amnésique en ces terres [PV Vergil] Empty2019-01-06, 18:17



Une amnésique en ces terres
feat. Vergil



Question de religion

Musique

Suite au départ des gardes, qui fut appuyé par Vergil, nous nous retrouvions juste tous les deux, dans un léger silence. Encore une fois, j’étais bien rassurée du fait que les deux bandits qui m’avaient tantôt menacés ne seraient plus à portée de me faire du mal, même s’il leur aurait fallut un puissant coup d’éclat pour parvenir à se libérer des entraves qu’ils avaient tout en réussissant à mettre KO mon protecteur… Et c’était sans compter les gardes présent, qui auraient alors immédiatement agit par devoir, même s’ils ne semblaient pas garder en haute estime le paladin… C’était curieux par ailleurs… Comment une personne qui se rendait autant utile auprès de la communauté pouvait-elle avoir une mauvaise image ? Le capitaine des quelques hommes présents devait très probablement être un cas à part, ne représentant pas la population de ce lieu… Ou alors, encore une fois, il me manquait des éléments, mais j’essayais d’établir des théories avec ce que j’avais…

Après quoi, il y eu ce coup de tonnerre, qui me laissait un peu paniqué… Mais visiblement, ce n’était pas pour grand-chose ! En effet, le porteur de l’arme divine prononça un mot… Ou plutôt, un nom… Il s’agissait du coup du palais de la foudre, perché sur le sommet de la montagne... Un temple dédié à la plus jeune et la plus puissante des divinités, Lothab… Et la foudre qui frappait son principal lieu de culte était donc une possible manifestation de sa présence ? Intéressant… Je notais toutefois qu’il avait parlé « des Divinités », de ce fait, il y en avait donc plusieurs… Tout un panthéon à connaitre donc… Ceci étant dit, ce qui me laissait la plus surprise dans ses paroles était bel et bien la fin, comme quoi ce dieu était… Mort, tué par le général régnant sur les terres du… Reike ? J’avais bien des questions actuellement, de demandant déjà qui était cet homme, mais surtout… Avait-il véritablement commit un déicide ? Ne devait-il pas s’être faché avec les personnes vénérant ce dieu ? Mais alors pourquoi le paladin avait-il placé grand et vaillant, comme pour l’honorer ? Décidemment… Je ne comprenais pas…

Toutefois, j’allais devoir les noter pour plus tard, car pendant que j’étais plongée dans mes réflexions issues de ma confusion, Vergil poursuivit sa présentation, montrant une nouvelle montagne en m’invitant à le suivre. Au sommet, une forte source lumineuse semblait y être présente, comme un phare en plein milieu des terres, perché sur son pic fendant les cieux. Il s’agissait donc du temple d’un second dieu, Gyohir, qui était le plus vieux et le plus âgé... Et il avait donné la lumière à… Satochi ? Le grand prêtre de Shoumei ? Il s’agissait très probablement d’une personne extrêmement importante dans le fonctionnement de la nation… Mais s’il avait été jugé pour trahison… C’était que les dieux et leurs croyants étaient en conflit ?! Je demeurais clairement confuse face à tout ceci, alors qu’il mentionnait le gardien Inu’Hei… Mais qu’est-ce qu’était un gardien déjà ?

Si j’avais eu un carnet sous la main, j’aurais sans aucun doute griffonnée toutes mes questions dessus, car mon manque de culture rend difficile toute l’explication qu’il est en train de faire… Car directement, il enchaine, précédant ses prochaines paroles d’un bon rire… L’on trouve donc en plus Kazgoth, qui était donc à l’origine de tous les êtres vivants de… Sekai ? Bon sang, si j’arrivais à oublier le nom de l’endroit où je vivais, c’était que mon cas était grave… D’autant qu’en plus, il parlait d’une certaine Exia, de Valkyrie, qui était donc une divinité mineure… Et qu’il y avait des divinités majeures ? Face à tant de questions, il m’était actuellement un peu difficile de partager tout l’enthousiasme que pouvait avoir le paladin, mais j’essayais de faire un petit sourire, pour ne pas le décourager. Ce n’était pas qu’il en raconterait trop ou qu’il m’ennuyait, c’était que je voulais peut-être trop savoir pour comprendre tout ce pan que j’avais pu oublier…

Suite à quoi, il s’excuse un peu de tout l’enthousiasme qu’il a put y mettre. Evidemment, s’il s’agissait du point fort de sa vocation, et que j’avais sautée les deux pieds joints dedans, forcément que je risquerais d’être confrontée à beaucoup d’informations, dont certaines qui lui paraissaient totalement élémentaires. Mais tout ceci cachait tout de même un bel idéal, celui d’être un héros, un modèle pour inciter les autres à aller dans le bon chemin. Et de ce que j’avais put voir, il semblait être bel et bien dedans ! Mais je notais toutefois la présence de « créatures maléfiques », des choses qui n’étaient pas forcément aussi bonnes que pouvait l’être le paladin… Entre les bandits et de telles choses, voilà une terre bien dangereuse, à se demander pourquoi j’étais partie toute seule… Peut-être que non en fait ? Peut-être que je fus été dans un groupe, mais que celui-ci… Aurait put me laisser derrière… Cela n’est pas forcément pour me rassurer…

Je note toutefois qu’il a comme idée que de fonder une confrérie pour aller dans le sens de son rêve… Et je dois admettre qu’il ne s’agit pas d’une idée si stupide que cela… Après tout, il y a de très nombreux avantages à demeurer en groupe. Je suppose que l’on peut trouver des héros solitaires, mais peuvent-ils atteindre autant de personne que ça ? De combien d’entre eux avons-nous les traces ou les écrits ? Dans tous les cas, il ne s’agit nullement d’une décision à prendre à la hâte, vu ce qu’elle implique… Il faut déjà trouver les personnes pour croire en un tel projet, des personnes qui lui font confiance et… C’est vrai que d’un certain point de vue, je remplis déjà ces deux critères, mais je doute actuellement d’avoir une véritable utilité… Hum, peut-être qu’il faudrait que je me laisse un peu de réflexion sur le sujet, mais même si je ne le connais que peu… Je suis persuadée qu’il s’agit d’une bonne personne !

Néanmoins, j’ai quelques questions à lui poser. Il fallait que je reprendre l’historique de tout ceci du coup…

‘’Alors… Euh oui, j’ai des questions déjà ! Je risque d’en avoir beaucoup en fait, mais… SI j’ai bien comprit… Lothab, le dieu dont le temple a été foudroyé tantôt… Est mort ? C’est peut-être une confusion que je me fais, mais… S’il est tombé face à quelqu’un, c’est qu’il a été tué, non ? Cela ne fait-il pas de son meurtrier un grand criminel ? Et s’il est mort, est…’’

Je m’interromps quelques secondes, essayant moi-même de trouver une hypothèse à tout ceci…

‘’Peut-être qu’en mourant, il est arrivé dans un plan différent, où ses actions sont bien plus limitées… Je crois que j’ai surement besoin d’une explication plus générale déjà… Et puis… Combien cela fait-il d’années qu’il a disparu ? Si ce Tensai règne toujours, et que le grand prêtre de Shoumei, Satochi je crois, vit toujours, avec le fait qu’il a été béni par Gyohir…’’

Face à tous ces mystères, je commence à me faire un peu mal à la tête. J’essaye de me masser les tempes, pour tenter de comprendre mieux toute la logique de ce problème… Certes, les divinités majeures et mineures, je pensais pouvoir comprendre déjà, mais avant tout cela, j’avais comme le besoin de comprendre comment l’on pouvait vénérer des déités qui avaient été tuées, sans pour autant en vouloir à leur meurtrier… Peut-être que le Reike et Shoumei étaient en guerre perpétuelle, mais… Eh bien, je n’avais en tout cas pas l’impression que c’était le cas, étant donné que nous venions de croiser des soldats qui s’étaient déplacés juste pour vérifier que Vergil allait bien…

‘’Je crois que j’ai d’abord besoin d’une explication plus générale…’’
Avouais-je un peu, sentant que le contexte géopolitique dans lequel pouvait être plongé ce monde ne serait pas de trop pour comprendre comment les choses fonctionnaient... C’était même complètement indéniable, et c’est par là que j’aurais dût commencer à poser mes questions… Mais c’était aussi le signe que mon amnésie était tout de même grave, si je n’arrivais pas du tout à savoir des trucs aussi courants…

Toutefois, je repris, après coup, pour changer de sujet, sur ce qu’il avait évoqué à la toute fin de son explication sur les dieux… Sur son rêve et objectif déjà !

‘’C’est en tout cas un bel objectif que vous avez là ! Et je suis sûre qu’avec d’aussi nobles motivations, vous trouverez sans aucun doute des personnes pour vous accompagner !’’
Je baissais toutefois un peu le regard pour la suite : ‘’Je ne sais pas ce que je peux ou ce que je sais faire, mais je vous suis tant redevable… S’il existe un moyen pour que je puisse me rendre utile…’’

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sekai-rpg.forumactif.com/t856-carnet-de-robin-termine http://sekai-rpg.forumactif.com/t816-robin-l-amnesique-stratege-
Shoumei
Vergil
Messages : 152
Or : 495
Date d'inscription : 09/11/2018

Feuille de personnage
Puissance Divine: 341
Alignement du personnage: Loyal bon
Topics terminés: 7
Une amnésique en ces terres [PV Vergil] Empty
MessageSujet: Re: Une amnésique en ces terres [PV Vergil]   Une amnésique en ces terres [PV Vergil] Empty2019-01-09, 18:11

- Une amnésique en ces terres -

Trop de questions me dit-elle ? Ahah, qu'elle est bien bonne celle-la. Plus nous aurons de questions, plus je vais avoir de choses à dire. Dans un sens, moi ça me va très bien car je me dis que je vais pouvoir parler. Parler, moi j'adore ça, je pense que ça se ressent. Néanmoins pour le coup je me sens bien con. Oui, effectivement, je me dis que j'ai oublié l'essentiel : l'histoire globale des divinités. Pour une amnésique qui ne se souvient pas de grand-chose ça doit être perturbant que je commence par le morceau que j'ai entamé. Peut-être que je dois en fait commencer par ce conflit qui a mêlé créateurs et créations, oui, certainement. Il est vrai que si j'idolâtre les Dieux ce n'est certainement pas pour les agissements qu'ont été les leurs avant leur disparition.

Dans le fond, il faut bien comprendre que nos divinités ont fini par se perdre en chemin. Effectivement, si à la base ils ont été des créateurs, ils ont fini par devenir le cauchemars des mortels. Avoir autant de pouvoir a fini par corrompre leurs âmes qui autrefois étaient pures. Les personnages ayant vaincus nos Dieux sont loin d'être des criminels, au contraire… Ils ont fini par nous libérer du joug de nos créateurs. Malheureusement, depuis l'éclipse je me demande si cela était réellement la bonne solution…. Enfin.


« J'aurai du commencer par là effectivement… Sachez chère Robin que les Dieux ne sont pas des êtres parfaits comme on aime à le croire. Ils nous ont crée à leur image… Ils nous ont donné des territoires où nous pouvions vivre, mais ils n'ont certainement pas rempli le rôle initial qu'était le leur à la base. », je suis attristé à l'idée de parler de la sorte, c'est que je n'aime pas casser du sucre sur le dos de mes Divinités. « Les livres racontent très bien ces faits… Les Dieux ont abusé de leurs droits. Se jouant des races qu'ils avaient crée ils ont fini par faire naître en leurs créations une idée qui par la suite était destinée à leur porter préjudice. », je m'arrête subitement de marcher.

Oui, je peine à dire les choses ainsi. Ma gorge se sert et j'en ai presque envie de pleurer. Ce morceau d'histoire est le plus sombre de la notre. La révolte des mortels fut telle qu'ils réussirent à chasser les créateurs du Sekai par la mort pour certains. Comment des Dieux ont-ils pu devenir si mauvais ? Comment ont-ils pu se laisser abandonner à la folie ? Je me le demande toujours. Je n'y trouve d'ailleurs qu'une seule réponse plausible : le pouvoir les a aveuglé à mesure qu'ils ont eu de l'emprise sur nous.

Le désir et l'amour de la guerre des mortels a fini par s'étendre sur les Dieux. J'entends par là que nous avons fini par prendre conscience que nous étions en capacité de les pourfendre. Crées à l'image de leurs créateurs il était logique pour les mortels de se dire qu'ils étaient en mesure de les égaler tôt ou tard. Ce sentiment d'être marionnette a fini par faire naître un désir de liberté. D'un ton plus assuré, mais surtout plus attristé, je reprends.


« Les mortels ont fini par désirer se libérer des chaînes que nos créateurs leur avaient imposé. A force de manipulation, de stratagème vicieux et de jeux divins, ils se sont attirés les foudres de leurs créations. Si vous désirez un exemple, prenons celui de la divinité mineure Aurya, déesse de la beauté, qui sous prétexte qu'elle trouvait une création trop laide pouvait l'exterminer. », puis on en vient à la partie la plus noire de cette histoire. « Alors les races se sont unies sous une même bannière. Elles décidèrent de mettre un terme à leurs conflits afin de se diriger vers ce qu'elles considéraient désormais comme l'ennemi à abattre : les esprits divins. », une larme vient couler sur le flanc droit de mon visage alors je reprends la marche pour cacher ma tristesse. « Les créations des divins ne pouvaient plus supporter les méfaits et actes abominables causaient par leurs créateurs… Ils ont… ils ont donc fini par entamer la Guerre Divine. Punir les Dieux était l'objectif second de ce conflit. Il fallait qu'ils comprennent l'erreur qu'ils avaient commis en prenant les mortels pour de simples jouets à leur merci. »

Une guerre bien plus sanglante que l'on ne peut l'imaginer. Je ne suis pas né à cette époque, mais les récits que j'ai entendu et les écrits que j'ai lu me confortent dans l'idée que ce combat a été le plus grand et le plus important du Sekai. Je suis malheureusement toujours pas convaincu que ceci était la bonne décision. Cependant, je me doute bien qu'un dialogue n'était pas possible. Ma Sainte me l'a confessé, les Dieux étaient les créateurs et de ce fait ils pensaient avoir tout les droits sur leurs créations. Si Jeanne a combattu au coté des dieux c'était surtout car elle a pu voir en eux une once de lumière encore vivante. Bien évidemment que la Grâce influença son jugement, mais bon… Cela ne signifie par que les choses pouvaient changer, mais simplement que les dieux s'étaient tout simplement perdus en route. On dit que l'erreur est humaine, mais nous sommes le reflet de nos créateurs et de ce fait l'erreur est aussi divine.

« Vous constatez la suite par vous-même, les mortels sont encore de ce monde et non les Dieux. », je soupire longuement pour tenter de me reprendre. « Pour donc vous dire : tuer un Dieu ne fait pas de vous un criminel. Du moins pour l'époque qu'était la leur il y a de cela presque soixante ans. », dans le fond, est-ce si vieux que cela ? Je me le demande, bref. « Tensai est un héro qui nous a libéré de Lothab, comme Satochi celui ayant tué Puantrus, enfin tué… nous ne savons même pas comment il a réussi cet exploit. Juste pour vous dire que non, avoir vaincu les Dieux n'est pas un crime car à l'époque il était nécessaire de se libérer… enfin… »

J'allais oublier…

« Au final, au terme de ce conflit naquirent les quatre nations du Sekai. La Horde du Reike, dirigée par Tansei lui-même, peuplée à sa majorité de barbares et de guerriers puissants. Dangshuan, dirigée par ce cher Dangshuan en personne, même si l'on dit de lui qu'il se fait vieux désormais… un peuple assez sage et tolérant d'après ce que j'ai constaté leur de mon voyage là-bas, vivant dans une sorte de système démocratique, ou je ne sais quoi… Azshary que je n'apprécie guère à cause de leur Impératrice et les pratiques de ce peuple qui se font douteuses… Dirigée par la plus puissante des mages askip, une Elfe du même nom que sa nation. Je ne connais pas grand-chose de ce pays-là. », je reprends mon souffle. « Et enfin, la Fédération de Shoumei, dernier bastion de la religion. Le Grand Prêtre Satochi en est le guide et la lumière. Nous sommes des pacifistes dans l'âme, même si je suis l'un d'en être un… Nous pourrions penser à tort que nous sommes un exemple et que tout se passe pour le mieux dans le meilleur des mondes, car depuis mon retour je n'ai cessé de constater des anomalies partout où je me suis rendu… Il se passe des choses bien étranges… Et si j'affirme être représentant de la Justice Divine, je me dois d'enquêter et de juger le mal qui sévi sur notre territoire. »

Je regarde les cieux et je laisse ce vent frais caresser ma barbe et ma moustache. Aujourd'hui je peux affirmer que les Dieux manquent à ce monde. Le mal qui se répand à l'horizon semble si grand que je crains pouvoir dire cela : nous, mortels, ne sommes pas prêt pour la suite de notre histoire. Dans le fond, c'était peut-être notre destin de nous libérer des Dieux, c'est même presque certain… Mais l'option choisie n'a pas été la bonne. Mon esprit de Paladin me le dicte ainsi : nous avons aujourd'hui besoin d'eux. Si nous, peuple de Shoumei, vénérons les Dieux ce n'est pas pour ce qui a précédé leur mort, mais pour ce qui a précédé le moment où ils ont perdu pied.

« Depuis l'éclipse pourpre qui a fait germer la folie dans l'esprit des créatures animales… L'apparition d'étrangers n'étant pas natifs de notre Sekai… J'ai cette impression que nous avons fauté par le passé et que l'avenir nous réserve bien des corrections pour s'être élevé à la folie des Divinités. », oui surtout depuis ma rencontre avec une liche lolicon à tendance bipolaire. « Je ne suis pas du genre à croire aux théories du complot, mais force est de constater que trop d'événements sombres et mystérieux surviennent de plus en plus… On ne peut ignorer l'hypothèse qu'un grand danger nous guette… Enfin, restons optimistes, non ? Je suis sans doute trop… je ne sais quoi. De toute façon, personne ne me prend au sérieux, à croire qu'ils préfèrent tous se boucher le nez plutôt que de sentir cette puanteur qui s'installe sur nos terres. »

Je me suis bien remis de mes précédents émotions. Le fait de parler de tout ce que j'ai constaté me ramène sur le chemin qui était le notre à la base. J'espère simplement ne pas passer pour un foutu conspirationniste. J'ai horreur de ces gens là, ce n'est dont pas pour être jugé comme appartenant à leur groupe. Heureusement que Robin me réconforte de ces louages dont elle me fait cadeau. On parle tout de même d'un bel objectif que je nourris avec de nobles motivations… Ma mélancolie me quitte peu à peu alors que j'en pleure presque de joie. On me regarde enfin comme celui que je suis… Mais aussi celui que je désir devenir ardemment. Par contre, ne pas se méprendre, notre albinos s'emballe un peu de se dire redevable. Je n'ai pas fait cela pour qu'elle me rembourse par la suite. Non, je le fais car c'est mon rôle et mon devoir tout de même. Ma grosse paluche se pose sur son épaule car que nous marchons toujours.

« Je vous remercie… Disons que vous venez de payer votre dette par vos paroles ! », je souris et je ris malgré les larmes de joie qui coulent le long de mes joues jusqu'à mes poils de barbe. « J'aide mon prochain par bonté d'âme vous savez. Je ne cache pas que j'aimerai qu'un jour on me reconnaisse d'un simple regard, mais… Mais je ne tiens pas à ce qu'on soit redevable envers la bedaine qui est la mienne… », rajoutons à cela une dose de Confrérie à la sauce Vergil de Benedictus.

Car oui, je suis si ingénieux que je pense pouvoir lui donner envie de m'épauler, sait-on jamais ! Ce n'est encore qu'un rêve, mais c'est un rêve réalisable. Je suis simplement un peu trop con pour faire tout par moi-même. Je dis ça alors que mon amie est amnésique… En fait ça ne risque pas d'être bien productif pour le moment. Peut-être que je dois attendre encore un peu pour souffler l'idée. Ou alors je peux très bien suggérer un semblant d'idée en me projetant dans l'avenir. Encore une chose bien compliquée pour moi… J'ai du mal à me projeter au-delà de ma journée, alors sur plusieurs… Une expérience à tenter me direz-vous.

« J'ai bien remarqué que vous n'étiez pas habité par le malin. Vous avez précédemment parlé de vous rendre utile auprès de votre prochain afin de subvenir à vos propres besoins. Alors… », je me chie dessus tellement c'est dur de porter ses couilles en cet instant. « Alors peut-être qu'une fois que vous aurez récupéré de votre mémoire vous pourriez me rendre visite à Benedictus ? Peut-être seriez-vous intéressé par ce projet qui est le mien. »

Oui, j'ai réussi à le dire, gloire à moi ! J'ai réussi à suggérer l'idée que la Confrérie puisse avoir besoin d'elle. Pour information pendant que nous y sommes, ma main a depuis longtemps lâché son épaule. C'est que je suis tellement assailli par mes émotions que j'en oublie de vous dire les choses par moment. Espérons simplement qu'une fois de plus je ne l'ai pas perdu, car il est vrai que j'ai beaucoup parler… Non, sûrement pas. Je rends ce voyage plaisant et j'en suis persuadé même. Un grand discours vaut bien qu'un gros silence malaisant. Je suis Vergil de Benedictus bon dieu, je n'ennuie personne ! Et même si c'est le cas nous nous rapprochons de notre objectif journalier.
Par Vergil de Benedictus, fils de Dieu



Code couleur Vergil: #990033 | Mille Vérités: #9966cc
Une amnésique en ces terres [PV Vergil] 190222123644362036
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vagabond
Robin
Messages : 79
Or : 1305
Date d'inscription : 18/12/2018

Feuille de personnage
Puissance Divine: 179
Alignement du personnage: Neutre bon / Chaotique mauvais
Topics terminés: 7
Une amnésique en ces terres [PV Vergil] Empty
MessageSujet: Re: Une amnésique en ces terres [PV Vergil]   Une amnésique en ces terres [PV Vergil] Empty2019-01-10, 00:19



Une amnésique en ces terres
feat. Vergil



Devoir de mémoire

Musique

Vergil comprit rapidement ma détresse en voyant que je n’avais pas les explicaitons générales qui me permettraient de comprendre ce qu’il avait déjà entamé. Il était vrai que si je ne savais pas les bases, en apprendre plus sur un sujet complexe reviendrait à un miracle. Donc c’était à ce moment là que j’ouvris au plus grand mes oreilles. Si je retenais ce qu’il dirait là, je pourrais, normalement, être en mesure de comprendre bien mieux tous les sujets auxquels je serais exposée par la suite. Il y aurait certes évidemment une grande part de divinité dans ce qu’il dirait, mais il fallait admettre que si des êtres aussi puissants étaient en jeu dans l’histoire, alors ils n’avaient pas été que spectateurs de l’humanité…

Il commença donc son discours, prenant toutefois un ton plus sérieux, plus… Mélancolique, bien loin de la petite touche presque malicieuse qui l’avait animé précédemment. L’on parlait pourtant là d’un de ses thèmes favoris, vu qu’il suivait là la voie ecclésiastique, donc… Surement que ce qu’il allait devoir me raconter ne serait pas une chose si reluisante. J’avais comme l’impression que de mauvais souvenirs allaient resurgir à cause de mon manque de culture, à cause de mon amnésie. L’envie de vouloir arrêter ceci me vint alors en tête, mais… C’était trop tard, tout s’était déjà lancé par ses paroles.

L’humanité devait aux dieux. Les terres où ils vivaient, le fait de réfléchir, de penser ou de tout simplement vivre, mais… Les créateurs avaient semble-t-il abusé de leurs droits et se jouaient de leurs créations. Vint alors donc une rancœur, une colère, qui devint ensuite un conflit, une guerre entre créateurs et créations… Et si aujourd’hui nous pouvions en parler, c’était que nous l’union de tous les peuples avait dépassé la puissance de ces entités. Une victoire sur les tyrans, certes, mais… Je comprenais bien là que cela ne s’était pas fait sans mal.

Je voyais bien que la foi de Vergil était mise tout de même à rude épreuve, qui pouvait encore se raconter à l’échelle d’une vie… Soixante ans, c’était peu, surtout à l’échelle d’êtres immortels comme ces déités ! Je comprenais du coup pourquoi ce fameux Tensai était acclamé, au point de diriger toute une nation, s’il avait tué Lothab, qui était, si j’avais bien compris, l’un des dieux majeurs. Mais à Shoumei, malgré les plaies de la guerre, il y avait un travail de mémoire… Un culte sur ces êtres qui étaient à l’origine de toute chose, de tous les phénomènes… Et bien qu’ils aient fini par se corrompre et mal tourner, sans eux… Eh bien, aucun d’entre nous n’existerait. Donc juger la guerre n’était pas une chose facile. Comme un enfant qui tuait son père violent… Cela restait un meurtre, mais motivé par la survie. Si je ne l’avais pas fait, ce serait moi qui aurais été tuée… C’était ce genre de sentiment qui avait dût pousser tout le monde à faire front.

Je notais en même temps les quelques explications sur notre monde. Le Reike, Dangshuan, Azshary et la fédération de Shoumei où nous nous trouvions. Mais aucun de ces noms ne faisait écho à mes oreilles. Mais d’après Vergil, tout n’allait pas forcément au mieux maintenant. Le paladin avait constaté des anomalies… Je ne savais de quoi il parlait, mais il mentionnait une éclipse pourpre, ayant amené la folie chez les bêtes et… Des étrangers ? Qui n’étaient pas natifs de Sekai… Un autre continent ?! Ou plus loin encore ? Cela réussissait un peu à m’inquiéter, me demandant d’un coup quel genre d’hurluberlu pourrait arriver… Et peut-être que je… Non, ça ne devait pas être mon cas.

Mais toujours est-il qu’au final, les temps deviennent dangereux, sombre et mystérieux. Peut-être que mon amnésie est liée ? Je n’en sais rien… Mais je ne peux que faire à chaque fois plus de théorie pour tenter d’obtenir mes réponses. Peut-être qu’un jour, je mettrais le doigt sur ce qui est responsable de mon cas… Mais actuellement, je restais un peu… Eh bien, un peu triste de tout ce que cette discussion avait put amener. C’était sûr que pour un croyant ayant autant de conviction, parler de ce point là ne devait pas être une chose facile, mais il avait tout de même tenu à me raconter toute l’histoire…

‘’Je suppose qu’il arrive que les gens se perdent en chemin, qu’ils perdent de vue le sens des réalités, et ne commettent des erreurs… Les dieux ne devaient pas en faire exception.’’
Repris-je, à voix modérée alors que j’essayais de tout débriefer. Je ne demeurais pas vraiment une très grande croyante actuellement, et je ne savais pas si j’allais avoir les convictions de le devenir, mais maintenant, je comprenais déjà bien mieux tout ceci. ‘’Alors souvenons-nous de ce qu’ils furent avant ceci.’’

Je savais que c’était de bien maigres paroles par rapport à tout ceci, et qu’il le savait très bien, mais au moins je comprenais la foi qui pouvait l’animer, qui pouvait animer toutes les personnes. Après tout, ils restaient les dieux qui avaient permis la création de l’humanité, donc sans eux… Je comprenais donc ce travail de mémoire qui se faisait ici… Un comble tout de même pour une amnésique !

Demeurait tout de même quelques propos qu’il tenu juste ensuite, disant que je n’étais pas habitée par le malin et que je voulais me rendre utile… Je l’écoutais. C’était en effet mon objectif, et… Oh, d’accord… Il souhaitait que… que je rejoigne son projet ?! Son projet de confrérie ?! J’étais comment dire… Plutôt confuse ! Cela ne faisait que quelques dizaines de minutes qu’il avait fait ma rencontre, et je n’avais nullement brillée par mes connaissances, mon charisme ou mes facultés de combats… Ni par quelconque art en fait ! J’étais même bien handicapée par mon amnésie…

‘’Vous voulez que… Je participe à ce projet ? A votre rêve ?!’’
Commençai-je, écarquillant les yeux, avant de chercher un peu. ‘’Eh bien… Je ne sais pas trop. Ma mémoire risque d’être un très long travail… Mais déjà, j’aimerais savoir ce que je peux faire de mes deux mains et de ma tête avant de prendre une décision…’’

Je baissais un peu le regard. Peut-être que je ne savais pas du tout me battre. J’étais peut-être juste personne dans ma vie, mais… Eh bien, je n’avais qu’à en devenir une alors !

‘’Mais je vais y réfléchir ! Je dois admettre que cette idée est loin de me déranger ! Bien au contraire ! Je vais voir déjà quels sont mes points forts, et j’irais à Benedictus pour vous donner ma réponse définitive. Sans faute !’’


J’affichais un sourire plus confiant maintenant. C’était presque un oui en fait ! Un oui dans le temps, un oui sous réserve d’avoir le temps de pouvoir avoir le temps de pouvoir bien intérioriser ma situation. Je plantais par la suite mon regard sur la montagne avec le temple le plus brillant, celui de Gyohir donc… Le dieu qui avait aidé les hommes… Le pic était tout de même vertigineux !

‘’Donc nous allons nous rendre tout en haut ? L’ascension ne risques-t-elle pas d’être difficile ?’’


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sekai-rpg.forumactif.com/t856-carnet-de-robin-termine http://sekai-rpg.forumactif.com/t816-robin-l-amnesique-stratege-
Shoumei
Vergil
Messages : 152
Or : 495
Date d'inscription : 09/11/2018

Feuille de personnage
Puissance Divine: 341
Alignement du personnage: Loyal bon
Topics terminés: 7
Une amnésique en ces terres [PV Vergil] Empty
MessageSujet: Re: Une amnésique en ces terres [PV Vergil]   Une amnésique en ces terres [PV Vergil] Empty2019-01-11, 04:35

- Une amnésique en ces terres -

Notre Robin comprend bien les choses. Nous parlons des Dieux, mais ses mots me ramènent à notre rencontre. Bernoult et Krom sont un exemple parfait de tout cela. Ils étaient autrefois des camarades et des membres de l'armée Sainte de Shoumei. Aujourd'hui ils ne sont plus que des brigands en route pour se faire juger. Oui, personne n'échappe à la règle, je pense même pouvoir y être rattaché, mais… Mais non, je suis Vergil de Benedictus et je ne peux pas m'écarter du droit chemin ou du moins je ne veux pas m'en écarter. Je suis un représentant de la Justice Divine et donc je représente ces divinités nous ayant quitté. En leur absence je fais tâter de mon marteau à ceux qui osent prétendre se permettre d'aller à l'encontre de l'équilibre et du bien. S'écarter de la lumière et donc s'écarter du droit chemin vous amène très certainement à croiser ma route. Je représente la Justice qui n'a pas su faire acte de présence au moment venu. C'est prétentieux que d'affirmer cela aujourd'hui, mais un jour ce sera bel et bien réel. Eh oui, je suis toujours aussi modeste et visionnaire, ahah ! Par ma Barbe que je m'écarte de notre nouveau sujet de conversation en restant accroché à cette réponse que mon amie m'a donné.

C'est d'un hochement de tête affirmatif que je lui ai répondu. C'est que je suis donc d'accord avec elle et que j'approuve ce qu'elle me dit. Si je réponds autrement que par un mouvement de tête je risque de l'offusquer. C'est que je lui accorde maintenant son premier moment de gloire dans ce dialogue qui est le notre. Il faut savoir mettre la lumière des projecteurs sur ce genre d'individu par moment, c'est très important pour regonfler leur ego. Surtout que je sens que Robin reprend du poil de la bête, j'entends bien qu'elle se fait de plus en plus rassurée, mais qu'elle semble aussi plus à l'aise en ma compagnie. Personnellement ce constat me remet d'aplomb.

Au début de sa réponse quant à ma proposition j'ai cru avoir mal fait. Oui, je vais vite en besogne et je me précipite tout le temps. Je suis du genre à charger tête baissée quand j'ai une idée en tête. Je l'avoue, je manque un peu de finesse de ce coté-là, mais ce n'est bien que de ce coté-là. Mon visage se fait radieux car ce que j'entends me met désormais en joie. C'est que la bougre ne refuse pas ma proposition. Bon, je ne peux pas affirmer que l'affaire est dans la poche, mais tout de même… Je comprends parfaitement sa position d'ailleurs. Retrouver la mémoire après avoir subi pareil coup du sort ça ne va pas être simple. Même moi je peux comprendre cela facilement. Je suis même agacé à l'idée que Robin ne puisse peut-être jamais retrouver l'ensemble des clichés capturés lors de son existence. Cependant, en ma compagnie il est certain qu'un miracle peut se produire.


« Très certainement que je le veux chère Robin ! », ainsi j'ai commencé à lui répondre. « Ne vous tracassez pas, peu importe le temps qu'il vous faudra je saurai être patient. De toute évidence le mal qui vous a touché n'ira pas s'en aller de si tôt. », l'amnésie est un mal profond dont on peine à se défaire généralement, je le reconnais. « Vous savez, si je veux créer cette Confrérie il va me falloir travailler dès mon retour à la capitale alors… pas besoin de se presser. Je vous remercie déjà de prendre la peine d'y réfléchir, c'est déjà fort sympathique et aimable de votre part de consacrer du temps à une idée n'étant pas encore concrétisée. »

Ce n'est pas n'importe qui qui va aller m'écouter et réfléchir à ma proposition. Oui, oui, j'ai eu quelques exemples par le passé. Je vous l'ai déjà dit pardieu que cette confrérie n'est pas une idée d'aujourd'hui, mais bien d'hier. Les deux dernières fois où j'en ai parlé on m'a ris au nez, déjà parce que le nom semble en faire marrer beaucoup, mais aussi parce que l'on m'a jugé comme inapte à former un tel groupe ou même à le diriger. Ce n'est pas pour autant que je me suis laissé abattre, depuis le temps vous devez commencer à connaître le fier Paladin que je suis. C'est une raison qui me pousse aujourd'hui encore à partir à l'aventure et faire des rencontres.

C'est surtout de l'expérience qu'il me manque encore. Ne soyez pas tristes pour autant car à mesure que j'avance dans mes périples, mésaventures et rencontres je tire bien des leçons. Il ne faut pas me prendre aussi facilement comme le dernier des couillons. Enfin c'est ce que je pense alors que je suis extirpé des songes qui sont les miens. C'est que j'en ai quitté l'horizon du regard, enfin non, ce n'est pas vraiment ça en réalité. Je me suis si profondément plongé dans mes pensées lors de ces quelques minutes que je n'avais pas vue notre charmante montagne. Effectivement nous ne sommes plus très loin de l'attendre et l'interrogation de ma partenaire me fait doucement rire. Oui, il est vrai que l'ascension risque d'être rude, mais c'est qu'il en faut tout de même de la volonté pour y grimper sur ce morceau de terre.


« J'aime à penser que ces temples sont disposés si haut pour mettre à l'épreuve la volonté des fidèles. Si nous ne sommes pas assez robustes et déterminés à gravir cette montagne pour se rendre à son temple, eh bien… C'est que nous n'étions pas dignes d'y pénétrer tout simplement ahah. », je reprends ma fidèle caresse sur ma barbe. « Bon, avouons que certains sont tout bonnement dans l'incapacité physique de le faire et pour eux il est normal de penser autrement. »

J'ai déjà croisé des individus n'ayant pas la chance de pouvoir marcher, auquel cas je les ai porté pour les aider. D'autres sont malades, tout comme notre Robin, mais atteint d'une maladie grave mettant en péril leur santé. Pour eux c'est le même sort que pour les précédents : nous les aidons. Ne faites pas les étonnés, vous savez pertinemment que je suis toujours entrain à épauler mon prochain. C'est que je suis bon moi et que je ne résiste pas à l'appel du devoir. Honnêtement, oui c'est bien la chiasse que de se coltiner un corps à porter jusqu'en haut pour l'amener au temple. Cependant, je le fais avec gaieté de cœur et bonté d'âme. Peu importe combien que je souffre, ce sera toujours les gens en difficulté plutôt que ma grasse bedaine. Puis ça me fait pas de mal ce genre d'entraînement physique improvisé.

« En ce qui nous concerne, oui, l'ascension ne sera pas de tout repos, mais soyez rassurée Robin, si besoin je suis là. Puis, rien ne serre de vouloir aller trop vite, sur le sentier qui sera le nôtre nous aurons le loisir de faire une halte ou deux. »
, mon sourire reprend la place qui est la sienne sur mon charmant petit minois. « Déjà plus on montera cette montagne, plus l'horizon vous semblera magnifique, sans doute de quoi stimuler vos sens ma chère amie. Après, nous avons aussi bien des choses à admirer sur cette montagne elle-même ! », oui, on ne manque pas de beaux paysages à la Fédération de Shoumei. « Vous oublierez très rapidement vos douleurs musculaires quand vous aurez sous les yeux certains mets naturels de notre belle Fédération ! »

Je ne peux pas m'empêcher d'en rajouter un peu pour bien qu'elle s'imagine le décor et qu'elle se gonfle à bloc pour la montée. Je pense fermement que ça peut effectivement stimuler ses sens et pourquoi pas à l'occasion lui apporter un nouvel élément appartenant à son existence oubliée. En parlant d'oublier je sens Mille Vérité plongée dans un léger sommeil dans l'attente d'atteindre le temple de Gyohir.
Par Vergil de Benedictus, fils de Dieu



Code couleur Vergil: #990033 | Mille Vérités: #9966cc
Une amnésique en ces terres [PV Vergil] 190222123644362036
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vagabond
Robin
Messages : 79
Or : 1305
Date d'inscription : 18/12/2018

Feuille de personnage
Puissance Divine: 179
Alignement du personnage: Neutre bon / Chaotique mauvais
Topics terminés: 7
Une amnésique en ces terres [PV Vergil] Empty
MessageSujet: Re: Une amnésique en ces terres [PV Vergil]   Une amnésique en ces terres [PV Vergil] Empty2019-01-11, 13:11



Une amnésique en ces terres
feat. Vergil



Entreprendre la marche

Musique

A cet instant, je crois que je levais la tête vers les cieux. Instinctivement. S’il y avait des dieux, c’était peut-être évident qu’ils se trouvaient là-haut, quelque part dans les nuages… Mais il y avait un culte, dans l’espoir de… d’honorer leurs mémoires. Difficile à imaginer que des miracles puissent se produire s’ils avaient disparus, mais je ne savais guère ce qu’il pouvait se passer après la mort, et encore moins pour un dieu. Je supposais que le paranormal devait être présent, donc pour que le monde se plie à la volonté passive d’un dieu disparu… Est-ce que c’était si impossible ? En fait… Qu’est-ce que nous pouvions définir comme impossible ? Seulement ce qui n’avait pas été encore fait.

Est-ce que retrouver une amnésique au milieu de nulle part était une chose impossible ? Est-ce qu’un héros pouvait-être le fils d’un dieu ? Est-ce que les dangers finiraient par s’éteindre ? Personne n’en savait rien, mais l’impossible n’était qu’une chose temporaire. Jusqu’à quel point pourrions-nous dépasser et transcender les limites ? Jusqu’à où pourrions-nous aller pour toucher les plus hauts sommets ? L’on trouvait toujours des précurseurs, des personnes qui allaient jusqu’au bout des choses, quitte à y laisser la vie, pour qu’un jour, l’on puisse y arriver. Si des murailles avaient été bâties, c’est parce que quelqu’un avait mit la première pierre !

Je fermais un cours instant mes yeux, en baissant le regard, sans pour autant être triste ou quoi que ce soit. Je me sentais un court instant un peu bête, mais… J’avais comme l’impression que déplacer des montagnes ne serait pas une chose qui me serait impossible ! Je ne le savais pourquoi j’avais cet excès de confiance, ce trop plein d’énergie à revendre, mais c’était aussi peut-être parce que j’étais amnésique. Sans mémoire, je ne savais pas où j’en étais avec moi-même, avec ma vie… J’avais comme le besoin de faire mes preuves ! C’était en partie pour ça que j’avais besoin de m’isoler, de me savoir certes dans des positions favorables, sur mes appuis, mais savoir aussi quand et comment je pouvais chuter.

En tout cas, par rapport à ce que j’avais pu commencer à dire, il semblait être du même avis, hochant la tête pour acquiescer. Je n’avais certes pas la même culture, je n’en avais pour ainsi dire pas du tout, mais quelques indices me laissaient penser que je n’étais pas forcément la plus marquée par ceci… Peut-être quelques retours, des faits qui n’étaient pas familiers… Mais malgré tout ça, j’acceptais ce fait. J’acceptais cette religion, ce prosélytisme, ce culte, même si je ne pouvais pas dire que j’en faisais bien partie. Je ne faisais pour le moment qu’une simple découverte de tout ceci, ou un redécouverte…

Mais concernant son projet, son rêve, il semblait être entre l’excitation et un peu l’impatience. Forcément, il avait une envie de le concrétiser, et même si cela pourrait attendre des jours ou des semaines, je me doutais qu’il avait envie que cette idée ne devienne réalité ! Quand bien même je ne savais pas quel serait ma place ou mon rôle dans toute cette histoire, mais m’embarquer dans cette aventure… Je me sentais prête à le faire ! Juste à régler quelques petits détails avant, à réfléchir à tout ceci, à découvrir Shoumei, et hop ! Même amnésique, cela n’allait pas m’empêcher d’être présente s’il le fallait ! Je lui réponds en tout cas d’un sourire, avant que nous ne passions à la suite !

Et pour les temples, bien perchés sur les sommets de ces pics, il me présente l’hypothèse que le fait d’y aller est une chose qui se mérite. Ce n’est pas impossible en effet, que le pélérinage pour s’y rendre soit une épreuve pour mettre à niveau ceux dont la foi n’était pas absolue… Dans mon cas, difficile à dire si je me sentais prête… A vrai dire, je ne savais pas vraiment ce que cela allait se passer, d’une manière ou d’une autre. Ce n’était qu’une petite solution, juste moi qui espérait un miracle, mais j’étais tout de même assez réaliste. Il n’y avait que peu de chance que cela fonctionne, et toute cette escalade n’aurait probablement pas servit… Enfin, de son point de vue, tout de même ! Car d’après lui, l’horizon que l’on pouvait voir depuis le sommet valait amplement la peine d’être vu, ce qui me laissait un peu songeuse… Est-ce que je reconnaitrais ces paysages ? Il n’y avait après tout qu’une seule manière de savoir ça !

‘’Alors en route ! Escalader une montagne est déjà une aventure en soit !’’
Fis-je, avec un peu d’entrain ! Je n’étais clairement pas la plus taillée pour tout ceci, pour toutes ces aventures ou ces randonnées, mais étant donné que la vitesse ne serait pas une chose critique à ce niveau là, nous pourrions progresser jusqu’au sommet. Cela aurait au moins le luxe de me faire les genoux, quand bien même je sentais une certaine fragilité dans mon corps. Je ne comptais pas forcer la chose, mais cela serait peut-être une lutte pour tous les instants difficile. Et puis, s’il y avait un sentier, il ne devrait probablement pas y avoir de passage trop dur, comme escalader une paroi verticale… C’était un sentier, pas un camp d’entrainement !

Mais en attendant, il allait bien falloir que nous trompions les difficultés d’une telle petite expédition !

‘’Du coup… Vous aviez mentionné Puantrus… Satochi l’a vaincu ? Grâce aux pouvoirs que Gyohir lui a donné, c’est ça ? Les dirigeants des différentes nations ne doivent pas être si jeune s’ils ont combattus durant cette guerre et… Par ailleurs, qu’est-ce qu’une elfe ?’’


Question aussi simple qu’importante je supposais… Mais bon, autant percer un tel abcès de bon cœur !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sekai-rpg.forumactif.com/t856-carnet-de-robin-termine http://sekai-rpg.forumactif.com/t816-robin-l-amnesique-stratege-
Shoumei
Vergil
Messages : 152
Or : 495
Date d'inscription : 09/11/2018

Feuille de personnage
Puissance Divine: 341
Alignement du personnage: Loyal bon
Topics terminés: 7
Une amnésique en ces terres [PV Vergil] Empty
MessageSujet: Re: Une amnésique en ces terres [PV Vergil]   Une amnésique en ces terres [PV Vergil] Empty2019-01-14, 13:46

- Une amnésique en ces terres -

Pour moi l'ensemble de mon existence est une aventure. Alors, entendre Robin comparer cette ascension à cela ça me met encore plus en joie. Peu à peu cette mélancolie qui était la mienne quelques instants auparavant se dissipe. Oui, cette aventure est la notre et cette ascension en est le commencement. Après, entre nous et évitez de le dire aux autres, mais faire un peu de sport ça ne risque pas de me faire de mal. Je ne vais pas accuser la nation de Dangshuan de m'avoir rendu aussi gras, mais c'est bel et bien le cas. Je pense d'ailleurs que mon sourire a dû lui faire comprendre  à quel point j'approuve ce qu'elle vient de dire. On manque cruellement d'individu comme cette chère Robin dans les parages. Ce n'est pas faute d'avoir cherché pourtant, m'enfin, ceci n'est plus un problème maintenant que j'ai en ma compagnie cette charmante personne.

Qui plus est, Robin sait capter mon attention et me laisse reprendre les reines de la conversation. On sollicite encore mes connaissances. J'apprécie grandement que notre albinos s'adresse ainsi à moi en s'intéressant à ce que je lui raconte et explique depuis le début. Au moins, je peux être convaincu que ce n'est pas pour me froisser, ces questions sont ciblées et visent essentiellement des points non élucidés dans mes précédentes explications. Me demander à moi de parler de Satochi, mais quel honneur… Je suis à deux doigts de faire une crise cardiaque tellement je suis excité à l'idée de conter ce morceau de sa vie.


« Je vous ai parlé de Aurya, la fameuse Déesse de la Beauté prenant plaisir à écraser ce qui était jugé trop laids à ses yeux. Puantrus a toujours adoré la laideur de ce monde, vous comprendrez donc aisément qu'ils étaient en rivalités. », je soupire longuement. « C'est d'ailleurs un bon exemple pour démontrer ce que les mortels de l'époque ont enduré… Imaginez donc de devoir subir ce genre de rivalités malsaines… », je me caresse encore une fois la barbe. « Pour en revenir à Satochi, effectivement il a vaincu ce Dieu, sans doute que la lumière de Gyohir l'a aidé, cependant… Personne ne sait comment notre Saint a réussi cette prouesse, un vrai mystère ! »

J'ai toujours été intrigué par cette histoire. Mon esprit de génie s'est toujours demandé par quel procédé ce grand homme a bien réussi à vaincre cette abomination de la nature. Oui, je me permets de qualifier ce Dieu d'abomination au vue du rôle qu'il a joué dans notre mythologie. Si j'ai l'occasion de m'entretenir avec Satochi, je ne risque pas de manquer de lui poser la question. Quoique… Non, c'est très indiscret comme question. Sans doute que cela relève d'un grand secret que personne ne doit savoir sous peine de mettre en péril le monde.

« Ils appartiennent à des races à qui les Dieux ont octroyé une durée de vie surprenante qui se compte sur plusieurs milliers d'années… Aujourd'hui ils sont encore bien jeunes pour leur grand âge. », je souris avant de reprendre. « Quant aux elfes… mhm… Sur ce point je préfère laisser ma Sainte vous éclairer, qui de mieux qualifier pour parler de cette espèce qu'une elfe elle-même ? Ahah ! »

Je suis super intelligent, mais je pense que Jeanne saura mieux lui expliquer les choses. J'en viens à me gratter le coin de la moustache. Je ne suis qu'un Homme et de ce fait je vais mourir bien jeune comparé à ces figures de notre histoire. Pour eux avoir trente ans c'est à peine avoir passé l'âge du frottis avec la gente féminine. Pour moi c'est avoir accompli un quart de mon existence. Fort heureusement j'ai toujours ma Sainte, qui elle ne vieillit pas. Peut-être que je vais devoir un jour me mettre à écrire un livre sur ma vie afin de narrer mes exploits, mes rêves et mes souhaits pour l'avenir. Tout le monde pourra aller s'arracher mes ouvrages et se pinter la gueule à la lecture. Idée à noter pour plus tard. Toujours aussi modeste, mais je vais vous laisser écouter les paroles de ma Sainte, je vais finir par occuper toute la scène.

Je lève la tête afin d'admirer notre objectif. Enfin ! Oui, nous sommes enfin arrivés au pied du mont, plus qu'à entamer la marche pour le monter en empruntant ce charmant sentier. Je souffle un bon coup, c'est qu'à force de discuter j'en oublie presque pourquoi nous sommes ici. Un peu de concentration et nous voila désormais en direction du temple de Gyohir. Même sans avoir recouvré la mémoire, il se peut que Robin ne soit pas de Shoumei, et donc ça peut rester une grande première que de découvrir l'hospitalité légendaire de notre nation. Moi j'adore les temples de ma nation, c'est toujours là-bas que je passe le plus clair de mon temps à prier. Prier c'est une pratique journalière, mais aussi un acte de foi qu'on ne peut négliger. Qui ne prie pas, baissera souvent les bras !


« Nous ne sommes pas une création directe des Dieux, mais plutôt une suite logique à l'évolution naturelle des choses. », c'est ainsi que sa douce voix est venue nous caresser les tympans. « Nous sommes nés il y a de cela des milliers d'années et je ne saurai définir exactement nos racines. Je n'ai ni vécu, ni grandi, ni évolué auprès des miens. », et pourtant j'ai cette impression qu'elle s'est élevée bien plus haut que les siens. « Je suis peut-être l'exception qui déroge à la règle, car un elfe voue naturellement une adoration et un amour sans limite à sa reine Azshary. Ils ne participent généralement pas aux conflits des autres mortels et pourtant ils n'ont pas hésité à s'imposer lors de la Guerre Divine afin de démontrer la suprématie de leur reine face aux divinités. », je sens comme une certaine peine dans les mots qui suivent. « J'ai souvent eu affaire aux miens lors de ce conflit et j'ai souvent été jugée comme une traîtresse à ma race. Cependant, je suis encore persuadée que mes choix et mes croyances étaient les bons. Mais pour répondre précisément à votre question, nous sommes la race la plus noble et l'une des plus anciennes de ce monde. »

J'oublie souvent que Mille Vérité a été jugé par les siens lors de la Guerre. Je suis d'ailleurs triste de savoir qu'elle a dû faire face à ses frères et sœurs. Si je dois désigner quelqu'un comme étant l'exemple à suivre eh bien c'est elle. Combattre auprès des Dieux alors que toute votre espèce semble se liguer contre eux est un poids à porter à vie. Je ne suis personne pour juger des actes qui ont été les siens et je suis conscient qu'elle appartient à une époque bien différente de la notre. Je suis déjà bien heureux de l'avoir à mes cotés, une chance que peu d'individus peuvent avoir. Grâce à elle, je peux prendre acte du passé pour forger mon avenir.

« Si vous me le permettez Dame Robin, j'ai à mon tour une question à laquelle je songe depuis le début de notre marche… », elle réfléchit donc à cela depuis le début ? Moi qui pensais qu'elle attendait que nous soyons arrivés pour reprendre la parole. « Avez-vous pensé à explorer votre accoutrement à la recherche d'indices nous permettant d'en apprendre davantage sur votre amnésie ou votre présence sur ces terres ? »

Que nous sommes idiots… Comment ne pas avoir eu l'idée de commencer par-là… C'est si évident. Tellement évident que ça n'a pas effleuré mon esprit une seule seconde. Je ne le montre pas, mais je me sens minable de ne pas avoir eu cette idée plus tôt. Enfin, après il faut aussi prendre en considération que j'étais concentré sur autre chose depuis le début. Je ne peux pas penser à tout, surtout quand on me demande de narrer l'histoire de notre monde. Nous avons chacun nos priorités et je suis de toute façon rassuré que l'un de nous trois y ait pensé. Au moins, ça relève un peu le niveau du groupe ahah. Par ma barbe que mes jambes souffrent déjà.
Par Vergil de Benedictus, fils de Dieu



Code couleur Vergil: #990033 | Mille Vérités: #9966cc
Une amnésique en ces terres [PV Vergil] 190222123644362036
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vagabond
Robin
Messages : 79
Or : 1305
Date d'inscription : 18/12/2018

Feuille de personnage
Puissance Divine: 179
Alignement du personnage: Neutre bon / Chaotique mauvais
Topics terminés: 7
Une amnésique en ces terres [PV Vergil] Empty
MessageSujet: Re: Une amnésique en ces terres [PV Vergil]   Une amnésique en ces terres [PV Vergil] Empty2019-01-15, 13:56



Une amnésique en ces terres
feat. Vergil



Parmi mes affaires

Musique

L’aventure… Je ne sais pas pourquoi, mais ce mot ne m’effraie pas. Pourtant, j’ai le sentiment qu’il y aurait de quoi. Partir sur les routes, les sentiers et les chemins, par temps de pluie ou de soleil, avait de quoi être une idée assez dérangeante, assez angoissante. Surtout que l’on ne pouvait pas vraiment savoir de quoi chaque jour serait fait. A chaque fois qu’une quête serait entamée, il y avait toujours la possibilité qu’il y ait des complications. De simples bandits pouvaient être de bien plus coriaces adversaires que prévus, les précautions n’ayant pas été suffisantes ou, par malchance ou maladresse, l’on pouvait glisser au moment inopportun. La vie d’un aventurier semblait être celle de milles dangers, et tous les jours ne devaient pas être sous le plus radieux soleil.

Il y aurait des fois où la faim tiraillerait, des jours sans le moindre travail, juste passés à vagabonder. Et il y aurait des pertes, des douleurs… Mais aussi de bons moments, cet intensité que devait offrir la liberté que je n’avais voulut perdre. Si je m’y étais attachée précédemment, c’était qu’elle devait avoir de l’importance pour moi. Cela se tenait, je supposais. Mais il demeurait que je trouvais cela étrange que de tout quitter ne m’effraie pas… Surement parce que dans les faits… Je n’avais rien à perdre actuellement. Sans vraiment me rendre compte, j’étais en permanence dos au mur, même lorsque je me retournais. Je ne me souvenais pas vers où se trouvait mon foyer, vers où étaient les personnes que j’avais pu connaître… Peut-être que le fait de voyager m’aidera à en savoir plus ? Je suppose. Je ferme doucement les yeux, assimilant presque immédiatement ce qu’allait être mon quotidien si l’ambition de Vergil prenait forme. Il allait falloir que je travaille ça de mon côté. Si je pouvais aider en faisant et conceptualisant les préparatifs nécessaires, alors ce serait ça de gagner !

Concernant notre discussion, le paladin commence à m’expliquer le concept d’une nouvelle divinité, opposée donc à celle de la beauté… Il s’agissait donc de la déité de la laideur… L’une détruisant ce qui était hideux, et l’autre détruisant ce qu’il ne l’était pas. Qu’importe les manières, il y en aurait un qui aurait la libre action et volonté de sévir contre les mortels de l’époque, de n’être que les pions d’un échiquier. Mais ce conflit témoigne du fait que les dieux n’étaient pas tout puissant, auquel cas leur affrontement sur ces termes aurait conduit à une fin du monde… Ou qu’à la place, il y avait encore plus fort pour les modérer. Et donc, c’était bel et bien Satochi qui l’eu vaincu, mais l’on ne pouvait faire que des suppositions à ce niveau là… Je commençais alors à réfléchir à voix haute…

‘’Hum… Je me demande pourquoi il n’a pas expliqué en détail comment il l’a fait… Peut-être par humilité… Ou bien pour éviter que ceux qui ont foi en ce dieu ne se sentent lésés…’’
Je marquais une petite pause, toujours dans la réfléxion… ‘’Ou bien, il souhaite tenir ça secret au cas où il soit amené à devoir combattre de nouveau. C’est surement le plus probable.’’

C’était le plus prudent en effet que de garder en réserve ses meilleurs atouts… Mais je m’interrogeais alors… S’il se montrait prudent à ce niveau là… Ce serait parce qu’il y aurait d’autres menaces… avait-il pressenti que le monde partait à vau-l’eau, ou bien… Craignait-il le retour d’une entité ? Je n’en savais rien, mais dans tous les cas, ce Satochi faisait de son mieux pour les siens de mon point de vue, ce qui me donnait une bonne image du dirigeant de la nation… Mais je n’excluais pas dans ma tête quelques autres hypothèses sur ce combat, mais la plupart était… Comment dire, juste trop improbables pour être vraies.

L’on m’expliqua ensuite que les différents dirigeants appartenaient à des races pourvues d’une longue espérance de vie ! Mais… A ce point ?!

‘’Plusieurs milliers d’années ?! Eh bien… J’imagine qu’ils doivent être sage, fort et extrêmement cultivés !’’
Fis-je en commentaire sous la surprise ! Mais c’était logique, s’ils avaient réussi à tuer les dieux, c’était qu’ils devaient être tous surpuissants… Mais à ce point ? Je restais tout de même bien confuse sur le coup, avant de légèrement secouer ma tête pour me ressaisir. Après tout, il y avait les elfes qui entreraient en jeu, et donc… L’arme de Vergil, sa sainte… Etait une elfe ?!

Est-ce que tous les elfes étaient des armes ? Ce serait alors une espèce relativement… Originale, j’étais bel et bien forcée de l’avouer !

Mais donc, passons à leurs caractéristiques… Ils n’étaient donc pas les créations des dieux, mais le fruit de l’évolution ? Ils pouvaient vivre des milliers d’années… En étant de métal, je supposais que c’était au moins lié… Mais est-ce qu’il y avait tout un empire où vivaient librement des armes ? Mais comment se déplaçaient-elles ? Je devais faire fausse route… Du coup, elle m’expliqua qu’elle était un peu une exception, puisqu’elle ne portait pas adoration à la reine Azshary, et qu’ils évitaient les conflits des mortels, tout en ayant participés à la guerre divine… Vu qu’ils n’avaient pas le même passif avec eux, il y eu surement en effet cet envie de montrer une supériorité, une suprématie, mais… Elle fut dans l’autre camp, jugée comme une traitresse… Une histoire assez tragique, mais j’étais maintenant curieuse sur comment elle s’était retrouvée à la ceinture de mon protecteur… Toutefois, j’avais une question plus urgente…

‘’Et… A quoi est-ce qu’on peut les différencier ? Les reconnaitre ?’’
C’était que maintenant, j’avais un peu peur de confondre une épée un peu ornée avec l’impératrice d’Azshary en personne…

Toutefois, nous avions tout de même bien commencés l’ascension. Mes jambes n’étaient certes pas les plus fortes, mais j’essayais vraiment de ne pas ralentir. Même Vergil, recouvert par son armure, avançait un peu près à la même vitesse que moi, qui n’était pas encombrée. D’autant plus qu’il avait plusieurs journées de marche dans les jambes, ce qui devait au moins le pénaliser. Mais ce fut pendant ce temps que Mille Vérité reprit la parole, lançant sur un point bien précis… Sur si j’avais sur moi des indices !

‘’Oh ! C’est vrai que je n’ai pas vraiment eu le temps de vérifier mes affaires ! Je vais vérifier ça…’’

Quelle sotte je pouvais être à ne pas avoir commencée par là. Si cela se trouve, j’avais sur moi un journal qui détaillait l’ensemble de mes affaires et de mes péripéties, et qui pourrait m’aider à savoir qui j’étais… Qu’elle idiote ! Je m’arretais donc sous un arbre, sur un terrain un peu plus plat, avant de commencer à fouiller mes différentes poches, tout en enlevant mon manteau pour voir si je n’avais pas de renfoncement particulier… Et le résultat fut le suivant :

‘’Alors, il y a ce livre, mais… Je n’arrive pas à le déchiffrer.’’
J’ouvrais le tome en question, voyant que les pages m’étaient juste trop confuse… Est-ce que j’avais écrit dedans mais de manière codée ? Je n’avais pas cette impression… ‘’Je crois que c’est un livre de sort, mais je suis confuse, j’ai oubliée comment m’en servir…’’

Je me tournais en ridicule ainsi… Mon amnésie m’avait enlevé nombre de mes connaissances et de mes compétences… Tout portait à croire que j’étais devenue bien inutile… Mais j’essayais de relativiser. Au moins, cela ne pourrait aller qu’en s’arrangeant ! Un lointain sentiment de positivisme qui s’emparait de moi, tout du moins, c’était mon impression… Je continuais toutefois, trouvant une petite bourse nouée dans une poche.

‘’Hum, ça doit être mes économies.’’
J’ouvrais le petit contenant, avant d’en sortir une poignée de petites pièces de bronze ou de cuivre. Visiblement, je ne croulais pas sous l’argent, mais j’en ignorais la valeur exacte… Humpf, c’était bien compliqué. Je commençais à observer les pièces, avant de me rendre compte de quelque chose… ‘’Elles n’ont pas le moindre symbole dessus ! Impossible d’en trouver la provenance du coup…’’

Je passais au moins une minute à continuer de fouiller mes affaires, mais faisant cette fois-ci chou blanc. Rien de plus que ces deux éléments, qui ne faisaient que renforcer le mystère de ma personne… J’étais un peu soupirante là, un peu abattue face à l’échec de cette solution… Toutefois, je fermais les yeux, essayant de me concentrer… Bon sang, qui j’étais ? Qui je suis ?! Mais la seule chose que je ressentis fut une légère sensation de chaleur au dos de ma main droite. Surprise, j’enlevais mon gant, pour montrer une sorte de… Tatouage ?

‘’Est-ce que… Cela vous dit quelque chose ?’’


Image

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sekai-rpg.forumactif.com/t856-carnet-de-robin-termine http://sekai-rpg.forumactif.com/t816-robin-l-amnesique-stratege-
Shoumei
Vergil
Messages : 152
Or : 495
Date d'inscription : 09/11/2018

Feuille de personnage
Puissance Divine: 341
Alignement du personnage: Loyal bon
Topics terminés: 7
Une amnésique en ces terres [PV Vergil] Empty
MessageSujet: Re: Une amnésique en ces terres [PV Vergil]   Une amnésique en ces terres [PV Vergil] Empty2019-01-16, 17:29

- Une amnésique en ces terres -

« Pour certains oui, je pense plus particulièrement à ce cher Dang et notre saint Satochi. Quant à Azshary et Taisen, je ne suis pas certain… », je ne cesse de me caresser la barbe, la sueur prenant place sur mon corps avec notre marche. « Je ne vais pas vous cacher que certaines tensions existent entre certaines nations et plus particulièrement entre la nation de l'Impératrice et de la Horde du Reike. », je soupire longuement en tentant de garder une respiration correcte. « Plus le temps passe, plus les querelles resurgissent. Si par le passé ils ont su mettre tout cela de coté, aujourd'hui c'est un mal qui resurgit peu à peu ! »

Je ne peux me le cacher… Les querelles qu'ils entretenaient pas le passé recommencent à faire parler d'elles. Si les Dieux ont été une raison de s'allier, maintenant disparus, ces figures du passé n'ont plus le besoin de s'entraider. C'est là le problème de poser des frontières, c'est qu'on voudra toujours élargir celles qui nous appartiennent. Heureusement, j'appartiens à la Fédération et je ne suis pas de ces gueux qui s’entre-tuent pour un morceau de territoire. C'est d'ailleurs à cause de ces spécimens que je compte bien défendre nos frontières bec et ongle ! Qu'il m'en coûte la vie ou non, je ne laisserai pas ces sarrasins venir empiéter sur notre territoire.

Maintenant que je pense à l'impératrice, c'est vrai que je ne l'ai jamais vue… Rien que des portraits, mais rien d'autre. Je suis sceptique quant à cette légende racontant qu'en sa présence on ne peut s'empêcher de tomber sous son charme. Est-ce aussi valable pour le fils d'un Dieu ? Bonne question. Toujours est-il qu'on me demande comment différencier un elfe d'un autre. Pour moi ils se ressemblent tous un peu dans le fond, de grandes oreilles pointues, le cul bien torché, un visage finement dessiné, des courbes à n'en plus finir, mais surtout… D'une beauté sans égale. Je dois bien l'avouer, les elfes ont le don d'être des êtres incroyablement beaux. Ma Sainte devait être de ces elfes à vous faire tomber à la renverse du premier coup d’œil. Enfin, il va bien falloir que je réponde tôt ou tard. Je manque de rire allègrement.


« Auriez-vous des problèmes de vue ma chère Robin ? », je me caresse la barbe en retenant un rire amusé. « Pour différencier un individu d'un autre, ne suffit-il pas d'un simple coup d’œil ? », ça me paraît bien logique tout de même. « Différencier un elfe d'une autre espèce n'est pas bien compliqué, il y a deux éléments à retenir : leur grande taille et leurs oreilles pointues ! Ils sont d'ailleurs naturellement très beaux et lumineux généralement, ça dépend toujours de la branche à laquelle ils appartiennent, néanmoins… Gardons cela pour plus tard voulez-vous bien ? Si ma Sainte n'était pas consacrée dans Mille Vérité, je pourrai aisément vous le montrer, je suis navré de ne pas pouvoir vous éclairer davantage sur ce point. »

C'est que je m'essouffle un peu moi. J'en maudis presque les deux sacripants que j'ai traqué durant deux jours, heureusement pour eux ils vont s'avérer être rentables une fois de retour à la ville. Je le répète encore et toujours, mais nous sommes efficaces sur les courtes distances. En tout cas, Mille Vérité semble avoir tapé dans le mil avec sa question. Nous allons peut-être pouvoir en apprendre davantage sur Robin durant sa fouille. Je croise les doigts secrètement pour pouvoir découvrir quelque chose de pertinent. Surtout que nous faisons une halte sous un arbre… Je cache mon soulagement, mais honnêtement ça me fait le plus grand bien de pouvoir reposer mes jambes. Soufflons un bon coup et posons donc notre bagage par terre.

Qu'avons-nous donc à nous mettre sous la dent ? L'ouvrage que Robin sort me semble inconnu, même ma Sainte ne réagit pas à sa vue. Lorsque je me penche légèrement pour tenter d'en lire le contenu qu'on me livre je n'y comprends rien. Un langage qui m'est totalement inconnu. Étrange tout de même… Cela ne semble coller avec aucun de nos alphabets. Pour le moment je préfère me taire et analyser afin de prendre la parole plus tard. Nous allons de surprise en surprise, car effectivement, même la monnaie que j'entrevois ne correspond à pas à la monnaie locale. Des pièces… étranges et surtout ne provenant pas de nos terres. Je pense commencer à comprendre certaines choses, je suis fort intrigué.


« Pour commencer, votre ouvrage ne semble pas provenir de nos bibliothèques, ni même de chez nous tout court. », je pose une main sur le tronc de l'arbre pour prendre appui dessus, ça fait du bien. « Tout comme votre monnaie ma chère Robin, il n'existe pas de mitraille pareille par chez nous. Peut-être l’œuvre d'un artisan clandestin sans doute… », je soupire longuement.

Alors que je reprends ma respiration et que mon corps se détend, j'essaie de me concentrer et de réfléchir. Nous n'avons pas l'ombre d'un indice concret pouvant déterminer la personne qu'elle est ou bien celle qu'elle a été. Choux blanc garanti et cela me peine grandement. Espérons que de s'en remettre à nos divinités nous sera plus favorable. Je me demande ce que ça fait d'ailleurs de perdre la mémoire… C'est vrai, actuellement elle doit se sentir bien perdue notre nouvelle amie. Plus de repaire, pas le souvenir d'une famille, ni même de compagnon, incapable de savoir d'où l'on vient et ce que l'on fait dans ce monde… Comment font-ils les amnésiques pour continuer de parler d'ailleurs ? Le langage est-il un code que l'on assimile à vie sans avoir à solliciter notre mémoire ? Je me prends trop la tête je pense, je ne suis pas du genre à pousser mes interrogations si loin. Nous étudierons l'évolution de notre albinos pour en apprendre plus sur ce mal.

Je suis perdu dans mes pensées avant de me faire interrompre par celle-ci. Tentons de reposer notre attention sur sa personne, mais surtout sur ce qu'elle nous montre. Ma main quitte le tronc de l'arbre et je me penche sur cette main qu'elle me tend. Délicatement de ma grosse paluche je saisis la sienne pour poser les yeux attentivement sur la marque qu'elle arbore. Une bénédiction ? Malédiction ? Rune incantatrice ? Marque de naissance ? Qu'est-ce donc que ce dessin ? J'essaie de me remémorer les différents ouvrages que j'ai pu consulter se rapporter à ce genre de calligraphie. Mon autre main revient coiffer ma barbe avec tendresse tandis que je relâche la main de notre amie pour me redresser.


« C'est rare que je me sente si inutile… », je maudis mon impuissance du moment en soupirant de nouveau. « Cette marque ne me dit rien du tout… Les prêtres sauront peut-être nous dire ce qu'elle signifie, mais j'en suis personnellement incapable. Si vous voulez bien excuser l'incompétence qui est la mienne en cet instant, je vous serai reconnaissant. »

Continuant de satisfaire ma pilosité je reviens saisir le manche de mon arme. Mes yeux se ferment et je tente une courte osmose afin de consulter Jeanne en toute intimité. Je dois m'ôter un doute que j'ai en tête depuis une bonne dizaine de minutes. Je vous ai confié penser comprendre quelque chose et je dois en être certain. Beaucoup trop d'éléments me soufflent à l'oreille que Robin ne semble pas provenir de notre Fédération. Les sacripants ont dit plus tôt l'avoir trouvé inconsciente avant de vouloir profiter de sa faiblesse et de son ignorance. Le manuel de sortilège inconnu et indescriptible, la monnaie qui semble tomber de nul part et la forme de cette marque sur sa main ne collant avec aucune de nos calligraphies employées dans le Sekai pour forger des runes ou des sceaux…

Je dois passer pour un crétin à rester ainsi les yeux fermés, à marmonner des choses en me caressant la barbe. Néanmoins, je peux affirmer que ça me paraît bien utile. Dix minutes à rester ainsi avant d'ouvrir de nouveau les yeux et de me mettre à tousser.


« Quelque chose me turlupine la moustache très chère… », un détail insignifiant et pourtant bel et bien important. « Vous n'aviez que votre accoutrement et ces quelques affaires lorsque vous avez été trouvé. Pas d'eau, pas de nourriture… Je ne vous pense pas assez bête pour partir sans prévoir de quoi vous rassasier le gosier. », je cesse de me caresser la barbe, la pointe de celle-ci entre les doigts. « Qui plus est, vous ne disposez d'aucune arme pour chasser et vous me semblez bien propre pour quelqu'un ayant voyagé jusque là. »

C'est fou de tenir entre ses doigts une idée et de ne pas réussir à la sortir. J'énonce les faits sans réellement dire le fond de ma pensée car je n'y arrive pas. J'ai bien parlé de quelque chose collant avec ce que je pense plus tôt, mais quoi ? Puis, je n'ai pas envie de passer pour quelqu'un qui pointe une inconnue du doigt en hurlant que c'est une étrangère, ce n'est pas très respectueux. Il me faut apporter du crédit à mes paroles.

« Ce que Messire essaie de vous dire, c'est que vous ne semblez pas provenir de la Fédération de Shoumei… », mais… ne dit pas les choses ainsi voyons ! « Tout semble suggérer que vous n'êtes pas non plus originaire de notre Sekai. », Mille Vérité tu vas me le payer ! « Malheureusement ce ne sont que des suppositions et seul le fait de recouvrer la mémoire pourra confirmer ce doutes. »

Bon dieu que tu manques de tact ma Sainte ! Mais je me fais quelque peu hypocrite car dans le fond j'approuve ton intervention. Elle m'évite de devoir dire les choses maladroitement. Il est vrai que nous avons constaté ces dernières années l'apparition d'étrangers sortant de nul part. Il se peut donc que Robin soit de ces gens qui sont arrivés ici via des portails dont nous ne connaissons rien. Nous ne pouvons rien affirmer pour le moment, mais les doutes sont présents et ne risquent pas de s'effacer si facilement.

« Enfin, rien de certain toujours, n'est-ce-pas ? », je me dégourdi les guibolles. « Vous sentez-vous d'aplomb à reprendre la marche ? C'est que plus vite nous serons arrivés, plus vite nous aurons des chances d'avoir des réponses ! »

Il nous reste un peu de route à faire. Je cache ma fatigue car je ne veux pas faire tache dans le paysage. Pour aider quelqu'un je suis toujours prêt à repousser mes limites. Le repos viendra après l'effort. On peut s'estimer heureux d'avoir une belle vue de là où nous sommes.[/color]
Par Vergil de Benedictus, fils de Dieu



Code couleur Vergil: #990033 | Mille Vérités: #9966cc
Une amnésique en ces terres [PV Vergil] 190222123644362036
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vagabond
Robin
Messages : 79
Or : 1305
Date d'inscription : 18/12/2018

Feuille de personnage
Puissance Divine: 179
Alignement du personnage: Neutre bon / Chaotique mauvais
Topics terminés: 7
Une amnésique en ces terres [PV Vergil] Empty
MessageSujet: Re: Une amnésique en ces terres [PV Vergil]   Une amnésique en ces terres [PV Vergil] Empty2019-01-17, 20:43



Une amnésique en ces terres
feat. Vergil



La vérité ?

Musique

Commençons par le commencement… La situation politique n’est en fait pas si glorieuse, même avec des personnes supposées sage à leurs têtes… Si Dangshuan et Shoumei étaient des nations plus calmes, ce n’était pas le cas du dirigeant de Reike et de l’impératrice Azshary, qui eux… Eh bien, étaient plutôt du genre à se cogner dessus… Et si un conflit éclatait, nul doute qu’il y aurait des conséquences, même pour les autres pays… Après, il y avait toujours la possibilité que l’un des deux ne vienne tenter une invasion d’un voisin plus calme voisin, mais cela serait exposer alors ses arrières à une attaque de l’autre… Peut-être que les deux se neutraliseraient dans l’attente d’une guerre, faute de pouvoir être certain de prendre l’avantage. Une déclaration de guerre demeurait principalement dans l’optique de gagner…

Mais c’était aussi intéressant de voir que le fait d’avoir un ennemi commun avait réussit à unir les peuples. Est-ce que c’était la chose qui permettrait aux hommes que de pouvoir vivre entre eux ? La crainte qu’un mal supérieur ne vienne les détruire ? J’avais bien du mal à l’admettre. C’était juste trop… Angoissant pour être vrai. Mais il demeurait que ces nations qui aujourd’hui étaient prête à faire entrechoquer le fer s’étaient alliées pour le bien commun… Dans tous las cas, à l’échelle où je me trouvais, difficile de croire que je pouvais avoir une réelle importance…

Dans tous les cas, vint ensuite l’explication sur les elfes. Vergil semblait être amusé de mes questions, qui pourtant étaient motivées par de véritables interrogations ! Doncc… Il disait que les elfes avaient un taille importante, et… Des oreilles pointues ? Une arme pouvait-elle avoir des oreille ? Regardant intriguée, je saisis alors l’envergure de mon erreur ! Mille-Vérité devait être un cas unique ! Donc les elfes demeuraient des créatures humanoïdes ! C’était déjà bien plus cohérent ! Et donc, ils paraissaient en plus beaux et lumineux, leur donnant surement une aura un peu « noble » ou « mystique ». Je réagis en tout cas :

‘’Je vois ! Dire qu’au début, je me les imaginais tels des épées, ou des lances ! Et du coup, dans votre cas… Il s’agit là… D’une de vos magies ?’’
Demandais-je, intriguée du coup. Tout le monde n’avait pas l’étrange capacité de pouvoir se modéler en une arme, donc forcément cela attisait les flammes de ma curiosité. J’avais aussi un peu peur de poser trop de questions, mais… Je ne pensais pas tomber sur un point sensible. Ou en tout cas, je l’espérais !

Mes jambes sont tout de même un peu engourdies par une telle montée, alors cette pause est la bienvenue, même si son principal objectif demeure la découverte de quelques informations et renseignement, qui au final se révèle malheureusement caduque… En effet, mon livre ne semble provenir d’aucune bibliothèque qu’il ne connaisse. Tout comme les pièces par ailleurs, qui lui sont complètement inconnues. L’absence de marque ou de symbole dessus laisse croire en effet à de la clandestinité, mais… Comment me serais-je retrouvée avec ça alors ?! Mon amnésie a le don de me donner de nombreuses inquiétudes sur qui je suis, et j’espère ne pas être mêlée à une histoire de fausse monnaie… Je doute que même avec mon amnésie, la justice ne me laisse m’échapper, bien que je n’ai absolument aucun souvenir de ce qu’il a pu se produire… Par ailleurs, n’a-t-elle pas entachée ma personnalité ? Etais-je une roublarde avant ? Cela n’a rien pour me rassurer… Bien au contraire, l’idée d’avoir pu faire du mal à des gens ne me plaît pas, mais je risque en plus de me retrouver confrontée à de mauvaises histoires sans en savoir la raison, et sans pour autant pouvoir dire que c’est injustifié…

Et concernant la marque présente sur mon corps, il prend ma main pour l’examiner de plus près. Peut-être est-ce que cela donnera quelque chose, et… Non, encore… Cela ne lui disait rien, malgré les voyages qu’il avait put faire autour du monde. Peut-être que les prêtres en sauraient plus, mais dans l’immédiat, ce n’était toujours pas un point suffisant pour savoir d’où j’étais originaire…

‘’Ce n’est rien, elle est peut-être unique qui sait ! Mais il y a sans doute quelque chose, une signification…’’

Toutefois, il ferma les yeux un court instant, surement pour se concentrer je suppose, pendant que j’examine plus en détail la marque, pour essayer de voir si un point ou un autre me revienne en mémoire. Je suis surement naïve à croire que cela pourrait se produire, qu’un flash mémoriel me ravive des souvenirs, mais bon… L’espoir ne fait-il pas vivre ?

Il reprit toutefois la parole, avouant que quelque chose le tracassait… En effet, mon accoutrement et mes affaires n’étaient pas vraiment celles d’une voyageuse, vu ce qu’il me manquait… Il n’avait pas tort, mais je ne pouvais pas omettre d’avoir tout simplement perdue ces affaires. Tout comme aucune arme pour chasse, je suppose… Néanmoins, pour la propreté de mes vêtements… Peut-être qu’en voyageant sur les routes, cela serait suffisant ?

Mais ce fut donc sa lame qui perça l’abcès, me confrontant au fait que je ne venais peut-être pas de la fédération… Que je venais donc d’ailleurs, et peut-être même encore plus loin ! Cela me fit grossir les yeux, sous la surprise, mais en même temps, ce… Ce n’était pas impossible que cela soit vrai… Hum…

‘’C’est possible en effet… Je viens peut-être d’un endroit isolé, et aurait perdue mes affaires, mais… Si je n’ai pas laissée de trace, c’est possible que je sois la victime d’une téléportation peut-être ? Hum… Et peut-être que la marque sur la main serait le résultat d’un… Sortilège ? Ah… Je ne crains que nous ne risquons d’avoir bien des difficultés avant de tomber entièrement sur la vérité…’’


Toutefois, Vergil avait raison. Même si c’était relativement important, nous devions tout de même chercher des réponses auprès du temple ! J’hochais la tête, tout en répondant :

‘’En effet ! Nous avons encore une chance d’avoir des réponses claires ! Et dans tous les cas, il y a tant à voir là-haut !’’
J’essayais de me donner l’entrain nécessaire. La marche n’allait pas être de tout repos, mais je me posais aussi tant de questions… Qu’est-ce qui serait le plus troublé par tout ceci ? Mon corps ou mon esprit ? Mais ça des questions, j’en avais encore tellement…

‘’Et du coup… Pour ces personnes venant d’autres mondes –dont je fais peut-être partie-, Qu’est-ce qu’ils font ? Pourquoi et comment arrivent-ils ici ?’’


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sekai-rpg.forumactif.com/t856-carnet-de-robin-termine http://sekai-rpg.forumactif.com/t816-robin-l-amnesique-stratege-
Shoumei
Vergil
Messages : 152
Or : 495
Date d'inscription : 09/11/2018

Feuille de personnage
Puissance Divine: 341
Alignement du personnage: Loyal bon
Topics terminés: 7
Une amnésique en ces terres [PV Vergil] Empty
MessageSujet: Re: Une amnésique en ces terres [PV Vergil]   Une amnésique en ces terres [PV Vergil] Empty2019-01-21, 19:27

- Une amnésique en ces terres -

Je me racle la gorge avec un bon rire des familles. C'est comme entendre quelqu'un répondre à l'invitation dans ce que l'on appelle un octogone. Je n'en reviens pas, notre chère Robin a pensé que les elfes n'étaient autre que des armes. Je dois bien avouer que ce rire masque aussi la bêtise de ma ma maladresse. Effectivement, quand on soulève le problème il est normal de réagir ainsi de son point de vue. Pour une amnésique qui ne connaît rien du monde, comment peut-on penser le contraire lorsque le seul exemple que nous avons n'est autre qu'une épée que l'on décrit comme étant une elfe ? On ne peut me retirer la joie que ça me procure et le fait que j'en oublie presque mes douleurs musculaires. Il est vrai que je n'ai pas précisé là où je devais me faire pointilleux sur l'apparence de cette race, mais au moins, maintenant que la faute est réparée et sans même que je ne m'en sois rendu compte, j'entends une question qui se pose à mes oreilles.

Encore une fois, je sens un halo de lumière et de chaleur me transporter. Encore une bien longue et passionnante histoire à lui conter. Malheureusement, lui conter toute l'histoire va nous prendre tout le restant de cette sainte journée, je ne peux donc pas m'éterniser. C'est bien dommage, vous voyez c'est le genre d'histoire à vous faire rêver, et sans doute que Robin en raffole comme pas deux. Je ne suis pas du genre à aller prendre pour acquis la narration de mes collègues, quel dommage… Être omniscient c'est bien pratique tout de même. Déjà, c'est me permettrait de briller davantage et surtout de résoudre nos aventures en quelques lignes. J'en ris tout seul, car dans le fond c'est quand même triste de tout comprendre d'un claquement de doigt en étant habillé de la plus longue robe du non-respect et du grosbill.


« Eh bien ma chère amie, il est surtout question d'un rite ancestrale orchestrée par un Ange des plus saint. Ma sainte que voila n'était autre qu'une Elfe par le passé et je me ferai une joie de vous conter son histoire une fois notre objectif atteint… », je lui souris chaleureusement. « Vous seriez étonné du mystère qui rôde autour de Mille Vérité et de notre Sainte Jeanne. Si je peux me permettre d'affirmer que je prends acte de notre histoire pour avancer c'est bien parce qu'elle est en position de nous confier ce qu'il s'est passé en coulisse à l'époque des déités. »

Il est vrai… Une histoire magnifique qui me touche toujours autant. Depuis que je possède Mille Vérité, j'ai eu le loisir de profiter de son savoir et de son histoire. C'est bien grâce à elle que je peux affirmer être une sainte bedaine à mon tour. Après je dis connaître, mais précisons que je ne vois par les images ce qui s'est passé l'époque, je n'ai que ses dires. Mieux encore, tout apprendre de son vécu serait bien trop compliqué, car au vue de la longue vie, je n'ai pas assez de la mienne pour tout écouter. Rien que de la citer me fait chaud au cœur. L'exemple même de la personne que je désire devenir un jour. Il existe dans l'histoire des êtres capables de transcender les époques et les générations et Jeanne fait parti de ces individus. Putain, mais quel honneur quand j'y repense de pouvoir marcher aux cotés de cette créature aussi magnifique que puissante. De nous deux, je suis celui qui ne fait qu'apprendre et elle qui ne fait que m'enseigner. En quelque sorte Jeanne est ce maître dont j'ai toujours rêvé et j'espère toujours être l'élève qu'elle a toujours espéré rencontrer.

Enfin, nous nous égarons de nouveau par ma barbe ! La question qui se pose ensuite me laisse perplexe… Alors que je reprends mon bagage en main et que nous reprenons notre marche je réfléchis un peu. A dire vrai, cette histoire de portail je n'en sais trop rien. Je sais simplement qu'il est arrivé que des personnes arrivent dans notre Sekai via ces portes s'ouvrant hasardeusement. La raison ? Bonne question… Allez savoir ce qui les amène chez nous et pourquoi ils sont là. Une légende parle de l'acarniste Zull, mais encore une fois… Des supposition. Je soupire longuement avant de reprendre.


« Eh bien… Pour être honnête je n'en sais trop rien… », je soupire une seconde fois afin de me donner du courage alors que mes muscles me tirent de toute part. « Je n'en ai rencontré que très peu et même eux ne savaient pas ce qu'ils faisaient là. Est-ce un héritage de nos Dieux ? Ou bien l’œuvre d'un tiers ? Je me le demande bien… », je lève les yeux vers le bout de notre chemin qui se fait encore loin. « Peut-être sont-ils invités dans notre monde afin de jouer un rôle au sein du Sekai… Je suis du genre à penser que nous avons tous une raison d'être, que l'on a tous un but bien précis et un rôle à tenir… »

Encore une fois je me perds dans un rire léger. C'est vrai quoi… Si je peux définir chacun comme un musicien et notre existence comme un instrument, alors nous avons tous une raison de jouer dans cet orchestre qu'est la vie, dirigé par un destin encore inconnu de nos petites personnes. Je sais personnellement ce que je dois être et de ce que je dois faire pour avancer. Qu'en est-il de Robin ? Si effectivement notre amnésique vient d'un autre monde, à quoi s'est résumée son existence avant de débarquer ici ? Et pourquoi est-elle désormais parmi-nous ? Je suis convaincu que tout cela n'est pas qu'une simple coïncidence, mais je suis du genre rêveur, optimiste et toujours entrain à me dire que nous servons tous une cause.

« Concernant votre cas et sans omettre le fait que je suis un éternel optimiste, je me dis que peut-être vous êtes ici, amnésique et donc sans le bagage de votre vie dans un but bien précis… », je respire un bon coup avant de me lancer. « Votre désir d'aider votre prochain, cet entrain que vous avez quant à en apprendre plus sur ce monde que vous avez peut-être oublié est sans doute lié à une pénitence qui vous est délivrée. », je ris doucement. « Et si malgré tout, en recouvrant la mémoire vous confirmez avoir péché, alors j'espère grandement que vous iriez vous racheter de vos fautes passées. Dans le cas contraire, je garde espoir quant à votre sujet, je suis persuadé que désormais vous allez vous livrer à une vie de servitude envers le bien et la lumière. »

J'agite une nouvelle fois les mains pour m'exprimer et imager mes paroles. Nous sommes à la Fédération de Shoumei, une nation de pacifistes et de croyants. Je le répète une nouvelle fois, mais je ne lâcherai pas le morceau. Je ne tiens pas à l'endoctriner dans mes projets, mais j'espère pouvoir l'orienter. Je suis Vergil de Benedictus, Paladin et de ce fait je dois l'amener vers le droit chemin durant ce périple qu'est désormais le sien. Mon rôle à tenir envers cette gente demoiselle est simple : la guider, la protéger jusqu'à ce qu'elle puisse assurer sa propre sécurité et faire en sorte de l'amener à défendre de nobles convictions.

« Je pense que vous l'avez déjà comprit ma jeune amie. Les bras de notre Fédération vous serons ouvert jusqu'à votre guérison. En espérant que nos Divinités puissent vous aider bien sûr. Nous invitons quiconque servant une noble cause à séjourner chez nous et à profiter de notre hospitalité ! Je sais que je suis très bavard et que par moment je dois ennuyer mon petit monde à blablater… Mais il faut comprendre que cela me tient beaucoup à cœur. Tout comme j'espère que si j'étais à votre place, et vous à la mienne, vous seriez aussi avenante à mon sujet ! Ahah ! »

Comprendre son prochain et lui tendre la main. Je ne fais qu'énoncer une vérité : il est vrai qu'à sa place je voudrais que l'on m'aide et que l'on me prenne en charge. Je ne suis pas infaillible et si un jour je dois être amené à m'écarter et oublier qui je suis… Eh bien je ne voudrai surtout pas me retrouver abandonné à mon propre sort comme un animal crevé ! Merde d'ailleurs… Si ça se trouve elle s'endort la pauvre, c'est que je ne la laisse plus beaucoup parler… Fermons à peu notre gueule et gardons le sourire alors que je me bats pour ne pas montrer que je souffre le martyr à marcher ainsi.
Par Vergil de Benedictus, fils de Dieu



Code couleur Vergil: #990033 | Mille Vérités: #9966cc
Une amnésique en ces terres [PV Vergil] 190222123644362036
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vagabond
Robin
Messages : 79
Or : 1305
Date d'inscription : 18/12/2018

Feuille de personnage
Puissance Divine: 179
Alignement du personnage: Neutre bon / Chaotique mauvais
Topics terminés: 7
Une amnésique en ces terres [PV Vergil] Empty
MessageSujet: Re: Une amnésique en ces terres [PV Vergil]   Une amnésique en ces terres [PV Vergil] Empty2019-01-21, 22:33



Une amnésique en ces terres
feat. Vergil



Le destin

Musique

Le fait que je manquais d’éléments et des choses de base de ce monde n’était pas une chose qui allait être simple à encaisser en permanence. Savoir vivre avec ce mal allait être mon fardeau pendant un long moment, si j’en suivais mon intuition, n’allait pas être une chose facile, mais j’allais devoir d’une manière ou d’une autre m’y faire. Après tout, dos au mur, l’on ne pouvait qu’avancer ! Je ne pris en tout cas pas mal son rire franc, bien au contraire, je souriais même de mon erreur. Autant prendre cette situation avec légèreté que d’en faire tout un drame, même si par ma bêtise je risquais de me mettre dans des situations bien embarrassantes, comme… Je ne sais quoi, y aller trop brusquement avec une personne qui pourrait se révéler être de la famille royale d’une nation !

Concernant donc l’elfe sous sa forme d’arme, il s’agissait donc plutôt d’une sorte de rite… Donc elle avait changée sa nature ? C’était une histoire en apparence extraordinaire, mais je me méfiais maintenant de ce que je pouvais considérer comme étant possible ou non. Son arme était donc emplie d’histoire et d’autres mystères, sa sainte étant une personne pouvant témoigner lors de l’époque des déités, qui remontaient il y a plusieurs dizaines d’années du coup. Vu que l’on trouvait des immortels, ce n’était pas encore une légende ou un mythe, mais bon, cela remontait pour nous !

‘’J’ai hâte de l’entendre alors ! J’imagine bien que l’on peut tirer beaucoup de ce qu’elle peut raconter.’’

C’était une chance tout de même que de posséder une personne pouvant témoigner de l’histoire d’autrefois. Après tout, si l’on occultait le passé, nous ne risquions que d’en répéter les erreurs. Nous devions apprendre de ce qui se tramait derrière nous, de tout l’héritage que nous portions inconsciemment. Même moi, qui ne me souvenait d’absolument rien, demeurait avec un sac sur les épaules, dont j’en ignorais le contenu, mais qui risquait un jour ou l’autre de se percer. Je dois admettre que c’est une de mes craintes… Serais-je vraiment prête ce jour venu ?

Toutefois, concernant ma personne, difficile de dire… Même pour ceux dont le destin pourrait être similaire au mien… Il n’en avait rencontré que peu, ce qui supposait que ces personnes étaient véritablement une fraction infime de la population, et que les raisons de leur présence demeuraient elles aussi bien mystérieuses… Mais en effet, peut-être qu’en effet, toutes ces personnes étaient amenées ici pour une raison bien précise, pour… Un destin ? A vrai dire, ce mot laisse tout de même beaucoup à songer… Quelle est notre place en tant qu’individu et en tant que pion de la grande machinerie qu’organisent les êtres supérieurs, traçant le fil de notre vie ? Mes yeux se perdent un peu. Je ne sais pas si j’ai véritablement la lucidité pour commencer à partir sur de telles réflexions.

Il reprit en tout cas peu après, m’incluant donc dans cette histoire, en présumant donc que j’étais liée à une pénitence, allant dans le cas de la malédiction du coup… Le destin pouvait être bien farceur, mais je devais admettre que ce qu’il dit après me laissait un peu plus froide… Evidemment que je n’avais pas envie d’être responsable d’actes mauvais, envers qui que ce soit… Et si c’était le cas, je risquais d’être amenée à bien des scènes…

‘’Je suppose que je verrais le moment venu. Evidemment que s’il s’avère que j’ai un passé douteux, je ferais en sorte de réparer ce que j’ai pu faire. Mais dans tous les cas, je compte suivre ma voie, celle que me dicte ma raison et mon cœur ! Et heureusement, elle va dans le sens du « bien ».’’


Qu’est-ce qui était au final bien ? Qu’est-ce qui pouvait être mal ? Cela était une question difficile… Cela dépendait surement des circonstances. Est-ce qu’un bourreau, qui appliquait une sentence délivrée de manière impartiale, devait être logé à la même enseigne qu’un sanglant meurtrier ? J’espérais en tout cas ne pas avoir de sang sur mes mains actuellement, mais je sentais au fond de moi une certaine détermination. Lorsque j’étais confrontée face aux deux bandits précédemment, j’étais si attachée à ma vie et à ma liberté que… Je sentais que je n’aurais pas hésitée à les attaquer, quitte à leur ôter la vie… Est-ce que cette facilité témoignait d’un passé criminel ? Toujours aucune piste, évidemment… Mais bon, d’ici à ce que je me souvienne, j’étais au moins aidée par la fédération de Shoumei, avenante même sur mon cas, et par l’un de ses paladin, nommé Vergil, qui réaffirmait son aide ! Cela me mit un peu mal à l’aise, et je détournais le regard, affichant un sourire un peu gênée :

‘’Je ne sais vraiment pas comment vous remercier autrement que par mes mots pour tout ce que vous faites…’’
Je me grattais l’arrière de la tête, d’une manière un peu confuse, avant de le regarder à nouveau : ‘’Mais même si j’ai la malchance d’être frappée d’amnésie et d’être tombée sur les deux sans scrupules plus tôt dans cette journée, j’ai eu l’immense chance de faire votre rencontre !’’

Je souriais de plus belle, repensant encore une fois à son rêve qui trouvait écho à mes oreilles, pour dire d’une voix presque soufflée, rassurée et plus basse, mais toujours audible, tout en ayant joint mes deux mains proche de ma poitrine :

‘’C’est peut-être ça mon rôle, mon but… C’est peut-être ça, que l’on nomme le destin…’’

Je fermais les yeux, demeurant silencieuse et souriante pendant quelques secondes, avant de les rouvrir, pour regarder vers le haut de la montagne :

‘’On a encore une bonne marche jusqu’au sommet. Si l’on veut y arriver avant que la lumière ne baisse, il va falloir éviter de trainer !’’


En effet, nous avions fait une bonne pause précédemment, et il fallait éviter de trop trainer sur ce sentier qui allait mener au temple de Gyohir l’ancien. Qu’importe ce que nous y trouverions là-haut, que ma mémoire ne revienne ou autre, cette journée ne semblait pas pouvoir être gâchée !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sekai-rpg.forumactif.com/t856-carnet-de-robin-termine http://sekai-rpg.forumactif.com/t816-robin-l-amnesique-stratege-
Shoumei
Vergil
Messages : 152
Or : 495
Date d'inscription : 09/11/2018

Feuille de personnage
Puissance Divine: 341
Alignement du personnage: Loyal bon
Topics terminés: 7
Une amnésique en ces terres [PV Vergil] Empty
MessageSujet: Re: Une amnésique en ces terres [PV Vergil]   Une amnésique en ces terres [PV Vergil] Empty2019-01-25, 02:59

- Une amnésique en ces terres -

Pour une entrée mal entamée, on peut dire que le plat de résistance se fait maintenant délicat et délicieux à souhait. Cette marche nous a tout de même permit de faire plus ample connaissance, à défaut de connaître son passé et son vécu, j'ai pu constater les valeurs et les principes étant les siens. Rien de plus réjouissant que de pouvoir se dire qu'on est pas le seul dans ce monde à vouloir se casser le cul à aider son prochain. Cette journée m'est lucrative d'un point de vue moral, et pas… Faut me comprendre, con comme pas deux, je n'ai pas l'habitude de rencontrer ce genre d'individu, et maintenant que je tiens entre mes doigts une parle rare… Eh bien, je reste sur le cul, je suis partagé entre divers sentiments qui ne cessent de se chevaucher dans la simple caboche qui est la mienne.

Force est de constater que notre chère Robin désire rester sur le chemin qu'elle semble désormais vouloir emprunter. Je ne suis personne pour juger, mais je me demande tout de même si l'instant de sa guérison ne sera pas un choc pour elle… Sait-on jamais, certains deviennent des fous pour un rien, alors là…. S'imaginer emmagasiner une masse de mémoire perdue d'un coup c'est à vous retourner le cerveau, une fois ! C'est une épreuve colossale… Si seulement cela se produit au temple de Gyohir, alors on peut se rassurer en se disant que les Dieux l'aideront lors de cette épreuve. Après, je n'irai pas mettre par barbe à couper sur cette prédiction. Je n'ai encore vue aucun miracle en ce monde hormis l'apparition de ma sainte.

Tout ça pour dire que cette marche ne m'épuise pas que les guibolles, mais m'essore aussi le cerveau. C'est que pour ma petite caboche c'est beaucoup d'informations d'emmagasinées d'un seul coup. Je m'en secoue un peu la tête, mais très légèrement, pour tenter de me remettre les idées en place. Nous continuons de bavacher sur nos petites personnes. De quoi agrémenter cette longue ascension qui me fait suer, mais surtout baver sur ma grosse bedaine. Apprendre à se connaître est important, et comme vous avez pu le lire plus haut cela m'instruit davantage que je ne l'ai pensé au départ.

Tout cela se conclut sur notre arrivée devant ce temple. Oui, j'ai fait une transition et comme vous avez pu le constater j'ai réussi avec brio ! Derrière nous se présente le paysage de Celestia dans son ensemble. Nous pouvons constater le chemin que nous venons de parcourir. Rien de plus réconfortant que de voir que nos efforts ont payé. Moi je vous jure que je suis presque au bout de ma vie et que je suis certain d'affirmer qu'un pas de plus m'aurait amené à plier la jambe et tomber un genoux à terre. Je vais trouver mon repos dans mes prières maintenant et j'espère grandement que notre amie trouvera ses réponses au travers de ces mêmes prières.


« Admirez donc ces merveilles ma chère amie… D'un coté nous pouvons admirer un sublime paysage… prenez bien le temps d'admirer cela. »


Je tiens à le dire. Le fruit de notre marche se présente à nous par le décor que nous pouvons désormais admirer. De l'autre coté se présente notre temple dont je parle déjà depuis un moment. Celui-ci est gardé par des sentinelles bien armées. Oui, il ne faut pas croire qu'un temple aussi saint et aussi réputé ne soit pas un tantinet gardé.

« Car désormais se présente à nous ce magnifique temple… Espérons qu'au sein du temple de Gyohir vous trouverez les réponses à vos questions… Mais ne vous tracassez pas pour la dette que vous pensez avoir à mon encontre… Vos parole et vos actes suffiront amplement à la rembourser. Donc, concentrez-vous sur vos priorités, je ne demande qu'une chose : qu vous puissiez désormais trouver votre chemin… »
Par Vergil de Benedictus, fils de Dieu



Code couleur Vergil: #990033 | Mille Vérités: #9966cc
Une amnésique en ces terres [PV Vergil] 190222123644362036
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vagabond
Robin
Messages : 79
Or : 1305
Date d'inscription : 18/12/2018

Feuille de personnage
Puissance Divine: 179
Alignement du personnage: Neutre bon / Chaotique mauvais
Topics terminés: 7
Une amnésique en ces terres [PV Vergil] Empty
MessageSujet: Re: Une amnésique en ces terres [PV Vergil]   Une amnésique en ces terres [PV Vergil] Empty2019-01-25, 12:18



Une amnésique en ces terres
feat. Vergil



A en couper le souffle

Musique

Mon regard se lève quelques temps vers le sommet du mont que nous sommes en train de gravir. La route semble être encore longue, et plus mes pas s’enchainent sur ce sentier, plus j’ai l’impression que la suite sera difficile… Ma condition physique demeurant actuellement bien fragile, je suis obligée de demander à ce que nous fassions des pauses régulières, alors que je précisais tantôt dans mon entrain qu’il fallait que nous nous dépéchions… C’était tout de même étrange tout de même, cette perte de force et d’énergie… Je n’avais tout de même pas oubliée comment l’on marchait, hum ? A moins que cela devait se faire dans mon cas d’une manière plus spéciale… Est-ce que j’avais un défaut particulier pour mes pieds ? Pas à ma connaissance et à mon ressenti, c’était… Presque tout mon corps qui était faible en fait, d’après ce que je ressentais, mais comme c’était surtout mes jambes qui travaillaient…

Mais bon, il fallait se remettre en route, à chaque fois. Heureusement que nos discussions permettaient à ce que nous pensions à autre chose. Toutefois, lors de passages particulièrement raides, j’évitais de nous distraire en parlant, déjà que vers la fin, nous avions bien plus le souffle court qu’à nos début sur l’escalade de ce pic vertigineux… Mais ça y était, nous étions au sommet ! Et une fois là-bas, je ne pus simplement pas résister à l’idée de tomber à terre, sur le dos, pour me reposer quelques minutes…

‘’Fiioouu, c’était quelque chose que… Que cette montée !’’
Fis-je, ayant un peu de mal à concentrer mes forces sur ma voix, à cause de mon cœur qui battait la chamade pour cause d’effort… La randonnée c’était quelque chose, surtout lorsque l’on était pas habituée… Alors que j’étais sensée être une voyageuse, c’était tout de même un comble ! Mais je pouvais mettre ça sur le compte de l’amnésie. La fatigue mentale pesait tout de même sur les efforts que je pouvais mettre au quotidien.

Je me redressais toutefois, passant d’allongée à assise, pour me relever quelques secondes plus tard, non sans mal, afin de voir les paysages dont il parlait. Et en effet… Toute cette montée valait le coup juste pour ceci… Nous pouvions voir les différents pics et les vallées qui composaient la région. Je pensais distinguer au loin l’endroit où je supposais m’être réveillée, difficile de le différencier avec précision, mais pas la moindre trace d’affrontement encore une fois.

Mais ce n’était pas la seule chose qui me captivait ici… Il y avait les trois autres monts aussi ! Le premier, le plus à gauche, semblait être un peu lugubre, mais je distinguais par quelques lumières vertes la présence d’un temple dans l’ombre du pic… Sur celui de droite, de nombreuses flammes semblaient indiquer le chemin à suivre pour se rendre en la demeure du dieu vénéré là-bas… Et le troisième, au centre, semblait être le plus haut, et si je me souvenais bien, c’était celui qui s’était fait foudroyé…

‘’C’est… C’est magnifique…’’
Avouais-je après plusieurs secondes de contemplation, à regarder partout sans pouvoir être autre chose qu’émerveillée… Déjà que l’altitude et l’effort réussisaient à me faire avoir le souffle court, il était complètement coupé avec ce que je pouvais observer ici… Mais mes yeux partirent encore plus loin que les pics, distinguant la mer derrière eux, mais aussi… Autre chose… ‘’J’aperçois quelque chose là-bas, encore plus loin que les trois pics… C’est une île ? Ou un archipel ?’’

Sans le savoir à ce moment là, je désignais naïvement le berceau des anciens, appartenant au pays voisin. Ma curiosité risquait bien de me jouer des tours à force que je pose des questions… Mais bon, bref, il n’y avait pas que pour la vue que nous étions montés ! Il y avait en effet le temple de Gyohir, dont les sentinelles surarmées, et surement surentrainées, nous gardait à l’œil depuis notre arrivée, bien que nous ne présentions pas de réelles menaces pour la sécurité du temple. Mais la prudence était reine pour la sécurité. Vergil présenta en tout cas que je n’avais pas de dette à lui payer, vu que mes paroles et mes actes suffisaient selon lui… Il pouvait dire ça, mais je comptais tout de même considérer avec beaucoup d’attention ses idées pour sa confrérie, son rêve.

Du coup, maintenant que nous étions justes en face du temple, il était peut-être temps de s’y mettre, de se jeter une nouvelle fois dans des questions de religions, bien que j’avais une certaine appréhension… Etant donné que je n’étais pas une si fervente croyante, que j’ignorais presque tout ce qu’il pouvait y avoir en question de religion… Mais bon, il n’y avait pas une infinité de solution ! Il allait falloir que j’y aille, et que je demande aux dieux s’ils pouvaient m’aider avec tout ce qui pouvait s’apparenter en question de mémoire… Mais il y avait un hic…

‘’Il y a un problème toutefois… en fait, je ne sais pas vraiment comment l’on prie. Est-ce que cela vous dérange si… Je prends exemple sur vous ?’’


J’étais un peu gênée de poser une telle question, mais en même temps, je ne pensais pas qu’il refuserait, au contraire, vu comment il semblait être heureux à partager sa foi et à aider son prochain… Et pour quelqu’un qui avait comme rêve d’être une source d’inspiration pour les autres, quoi de mieux que d’être prit en exemple, surtout pour une question de religion ! Il fallait donc que je prépare à apprendre les méthodes et les rites nécessaires… Mais je rajoutais :

‘’Je pense essayer d’être sincère avec eux, même si je ne sais pas vraiment comment tout ça va se dérouler… Mais je suppose que c’est le mieux que je puisse faire !’’

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sekai-rpg.forumactif.com/t856-carnet-de-robin-termine http://sekai-rpg.forumactif.com/t816-robin-l-amnesique-stratege-
Contenu sponsorisé
Une amnésique en ces terres [PV Vergil] Empty
MessageSujet: Re: Une amnésique en ces terres [PV Vergil]   Une amnésique en ces terres [PV Vergil] Empty

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» (m) david gandy # un mari amnésique
» Tissage des lien entre un Amnésique et un Raikage
» Un dépressif notoire et un amnésique naif [PV Corbeau]
» Échec & Mat. " Yes, my lord". ( Fiche terminée.)
» Journal d'un amnésique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sekai no Tenchi :: Notre monde :: Fédération de Shoumei :: Célestia-
Sauter vers: