La fin d'un long repos
Reike
avatar
Messages : 160
Or : 89
Date d'inscription : 28/07/2018 Age : 41
Localisation : Reike

Feuille de personnage
Puissance Divine: 421
Alignement du personnage: Chaotique mauvais
Topics terminés: 7
MessageSujet: La fin d'un long repos   2018-08-08, 17:02

 
La fin d'un long repos

Le souffle glacial qui s’échappait de la gueule de la démone marquait la fraicheur de cette saison. La zone des ruines loin derrière ce qui servait à la démone de corps physique sur ce plan. Dans un torrent de pluie et de foudre, les cieux amenaient un cadeau à la jeune femme.
Et bien que d’or et d’argent ses ailes vivantes ne prenaient nullement conséquence de l’eau qui tombait sur elles.
La chevelure blanche comme les premiers rayons de l’aube devenait dont la couleur devenait semblable à celle de cendres volcaniques. L’ombre qui supplanta la jeune et frêle demoiselle non en détresse comme le voudrait la tradition, devenait de plus en plus massive. S’approchant d’elle aussi vite que partent les ténèbres devant le Soleil levant.
Et bien que l’étroit couloir au Sud des montagnes et au Nord-Ouest des Ruines Maudites soit enclin à la végétation. Cette dernière n’en reste pas moins qu’au stade du simple buisson. Ainsi l’avançait de la grande créature qui générait une si grande ombre ne parvenait en aucun cas à se masquer si toutefois il l’avait souhaité.

Un dragon ! Un dragon ici en plein cœur de la frontière de l’Empire de son ancienne amie après la traitrise de ces êtres à l’encontre de l’ennemi naturel de la dame qu’était le Dieu création de la vie. Que cela soit Lothab le dernier Dieu, Kazgoth le créateur de la vie, X’o-Rath le geôlier des âmes ou encore Aurya déesse de la beauté tous étaient des ennemis de la démone. Ses actions durant la grande guerre l’avaient mené au point de non-retour. Mais parmi tous ces dieux un seul se révélait être son principal conçurent ou rival. Kazgoth l’être au feu créateur possédait anciennement la seule magie de feu qui surpassait ne serait-ce qu’un peu au minimum celle de la démone. Si la voie du Dieu était la création à ses débuts, celle de la démone fut celle de la destruction.

Les dragons avaient eu l’audace de voler la proie de Vanadis et cela jamais elle ne pouvait leur pardonner un tel affront. Et bien que cette race ne se comptes plus que dans la centaine de ses représentants. Beaucoup d’entre eux étaient ce que l’on peut appeler des bêtes à la puissance extraordinaire.
Sans intimidation ou quoi ce soit du genre le dragon venait à gagner une forme humanoïde. Ridicule se disait rapidement au sein de son esprit la démone. Elle qui était la prêtresse de la mort, la première Valkyrie, le deuxième démon en ce monde, la démone aux milliers visages, le cracheur d’étoiles ou encore la sainte déesse de la destruction et du Chaos.
Les actions du dragon ne pouvaient que suscitait en son âme un grand désarroi, elle qui comptait bien faire face malgré son état actuel à la bête. Elle dont une grande partie de ses pouvoirs n’étaient plus, sa force encore présente du moins en partie lui permettrait de lutter avec vaillance. Mais l’âme du dragon faible ou capricieuse si ce n’était les deux ne voulait pas voir les choses ainsi. Les quelques mots qui vint à daigner sortir de sa bouche n’était ni amicaux ni hostile. Son attitude dans une neutralité des plus totale vint même à inquiéter la démone quant à l’avenir de cette race vis-à-vis de ce représentant qui n’allait sans doute pas protéger les intérêts et la réputation de sa race.

Bien évidemment il y avait des dragons bons en ce monde, mais rapidement ils finissaient tous trahi ou tué par les mortels.
L’ignorance de certains pouvait faire le bonheur des autres comme certains pouvait le dire. La question du dragon à l’apparence humaine était simple, qui était-elle. Mais cela se traduisait-il par une réponse n’offrant qu’un simple nom ou alors cela demandait-il les raisons de sa présence à la démone. Nombreuses étaient les questions qui pouvaient se soulever et pourtant aucune ne convenait à exprimer les sentiments de la vile démone.
Plantant pour la première fois depuis longtemps sa hallebarde dans le sol, sa réponse était courte et évasive sans réel fond dans sa pensée.

Vanadis : Je me nomme Vanadis. Mais qui es-tu toi ? L’être qui ose parler et demander le nom d’autrui sans se présenter. Es-tu au service de l’Empire ? Ou bien tes ailes ne t’amenèrent ici que pour continuer plus en avant ta route ?

Sans aucun ton méprisant ni même méchant l’autorité de Vanadis la rendait déjà hostile. Mais ses sentiments pour le dragon étaient semblables à ses propos au plus proche de l’idée même. Scrutant les actions de la bête, Vanadis attendait une réaction et s’attendait même à une réaction violente. Néanmoins en cas de problème elle choisirait de régler rapidement la situation.



Codage par Libella sur Graphiorum


Dernière édition par Vanadis le 2018-08-14, 11:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vagabond
avatar
Messages : 125
Or : 163
Date d'inscription : 07/07/2018

Feuille de personnage
Puissance Divine: 84
Alignement du personnage: Neutre bon
Topics terminés: 0
MessageSujet: Re: La fin d'un long repos   2018-08-13, 00:21




La fin d'un long repos

Les ruines hantées, un lieu où il est mauvais de rester trop longtemps à moins que l'on soit une créature de l'ombre, habituée aux dangers et à la perversion du mal. Ma force me faisant toujours défaut, il est risqué pour moi d'être ici, heureusement ma forme draconique, suffisamment imposante, décourage toute créature de m'approcher. On raconte ici que l'eau du lac au dessus duquel Xo'rath a été tué aurait des propriétés propres. Peut-être est-elle capable de me guérir ? Après tout, autant garder espoir, car comme le disait un officier que j'avais rencontré dans ma vie à ses troupes, "Reprenez espoir et courage, il est peu de maux qui soient sans remède". Ce fut un grand homme, dommage qu'il abusa de l'alcool au point d'aller provoquer devant chez lui une bête sauvage sans la moindre arme pour finir emmurer dans sa propre maison, ce fut une triste fin.

J'ai donc installé un feu de camp à l'endroit où je vais faire une pause pour la nuit, déracinant des troncs d'arbres et les plaçant tout autour du camp pour cacher la lumière de la flamme. Je commence donc à m'installer dans mon abri improvisé quand j'entends un bruit. Quelqu'un approche... Je me transforme alors en dragon et m'approche de la source du bruit. J'arrive alors face à face avec elle et j'aperçois une femme. Semblable en tout point à une Valkyrie de par ses ailes, je décide de reprendre forme humaine. De toute façon, si elle est bien une Valkyrie, elle pourrait très bien me tailler en pièce étant donné ma force actuelle, que ce soit dans ma forme naturelle comme en humain. Je décide donc de lancer une discussion :

- Bonsoir... Qui êtes-vous ?
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Reike
avatar
Messages : 160
Or : 89
Date d'inscription : 28/07/2018 Age : 41
Localisation : Reike

Feuille de personnage
Puissance Divine: 421
Alignement du personnage: Chaotique mauvais
Topics terminés: 7
MessageSujet: Re: La fin d'un long repos   2018-08-16, 09:58

La fin d'un long repos

En approchant sous le couvert d’une masse nuageuse noire et bientôt pluvieuse et orageuse. La position de Vanadis ne serait plus qu’un tas de boue dans lequel ses fines jambes iraient s’enfoncer. Mais au-delà des ombres la sombre météo, une ombre plus terrifiante se profilait à l’horizon. Elle comme la tempête après une saison de beau Soleil. Comme un vent dont les hurlements semblaient venir de l’enfer le plus impitoyable en ce bas monde.
Mille lames n’auraient pas égalé les aspects les plus pointus et tranchant de l’ombre. Sa peau était comme le mur d’une cité et ses ailes soufflaient les moindres arbres proches d’elle.

Un dragon ! Un dragon ici en plein cœur de l’Empire. Ces bêtes majestueuses et que bien en déclin en ce monde, elles soient toujours aussi redoutables que dans les temps anciens. Peu de choses pouvaient égaler voire surpasser un dragon de nos jours. Les Dieux avaient les secrets de cette espèce en mémoire et pourtant l’ennemi naturel et juré de Vanadis Kazgoth vint à succomber sous les assauts de centaines de dragons.

Bien avant la guerre le Dieu Kazgoth reconnu Vanadis comme son ennemi de toujours. Démons et Dieux s’opposant nul besoin de préciser que le feu des deux être était prodigieux et pourtant qu’ils s’opposaient grandement. L’un avait le feu créateur alors que l’autre le feu destructeur.
Quoi qu’il en soit suite à la honteuse victoire des dragons Vanadis gardait à l’encontre de cette espèce comme un goût amer en bouche. De sa volonté elle avait souhaité que le dieu tombe de ses mains. Et pourtant alors qu’à la fin de la guerre son chemin l’avait mené à perdre ses pouvoirs auprès du gardien des âmes, elle restait encore et toujours convaincue de son utilité à l’encontre du Dieu malfaisant.

Sa volonté n’avait de limite que son orgueil. La hiérarchie des démons faisait de la dame une force de la nature. Aussi bien qu’il s’agisse d’un grand et puissant dragon rien ne semblait indiquer la moindre peur chez la guerrière du Chaos.
S’avançant au plus proche de la bête rapidement cette dernière semblait prendre forme humaine. Dans a forme humanoïde la mythique bête ne semblait guère effrayante en comparaison de son ancienne taille. Peut-être que le dragon n’était là que pour négocier ou se renseigner auprès de la jeune dame à la chevelure blanche comme les plus hauts monts au sein de l’Empire. Une question venait alors se confondre dans les pensées de la jeune démone. Azshary aurait-elle des dragons dans son armée, sa volonté d’antan avait-elle changé ? Cette question qui n’aurait sans doute jamais de réponse elle la gardait au fin fond de son âme.

Finalement le dragon vint à poser une question, mais son impolitesse en plus de la rancœur de la dame à l’encontre des représentants de cette espèce l’obligeait à être sur l’offensive.


Vanadis :
Qui suis-je voilà bien une question bien présomptueuse. Sur draconia il ne vous a jamais été annoncé de devoir indiquer son nom lorsque l’on souhaite obtenir celui d’autrui ? Mais à quoi bon parler de ça, je me nomme Vanadis chez les mortels on me surnomme la première Valkyrie.

Sur ces propos la demoiselle rétractait ses ailes d’or et d’argent. Un faux visage amical apparaissait sur son visage et elle osait même planter sa hallebarde dans le sol en pseudo signe de non-agression.

Vanadis : Et donc qu’est-ce qui amène un dragon tel que vous en ces lieux Nordiques ?

La poitrine de la femme se resserrait et sa main était prête à l'usage de ce qui lui servait d'extension. Dans son fort intérieur elle savait qu'elle n'avait point besoin d'en arriver à combattre la bête. Néanmoins il n'était jamais trop prudent que d'être prudent.




Codage par Libella sur Graphiorum


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vagabond
avatar
Messages : 125
Or : 163
Date d'inscription : 07/07/2018

Feuille de personnage
Puissance Divine: 84
Alignement du personnage: Neutre bon
Topics terminés: 0
MessageSujet: Re: La fin d'un long repos   2018-08-17, 19:17




La fin d'un long repos

La Valkyrie était digne de son peuple, avec ce caractère bien trempé. Car oui, il s'agissait bien d'une Valkyrie. Elle se présenta sous le nom de Vanadis, celle qu'on surnomme la première Valkyrie. Quel paraphrase bien prétentieuse. Et elle osait me faire une leçon de morale en plus !

- Je me présente, Faeris, et si vous voulez tout deux que l'on se présente comme les autres nous surnomment dans ce cas, je suis le Guerrier gris.

Elle rétracta alors ses ailes et un visage amical m'apparaissant comme hypocrite s'affichait sur son visage. Elle planta sa hallebarde dans le sol et me demanda la raison de ma présence ici.

- Je suis ici pour de nombreuses raisons dont vous n'avez pas à être informée. Maintenant, partez !

Je repris ma forme d'origine pour paraître provoquant et l'expulsa quelques mètres plus loin d'un léger coup de patte, espérant la pousser à partir.
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Reike
avatar
Messages : 160
Or : 89
Date d'inscription : 28/07/2018 Age : 41
Localisation : Reike

Feuille de personnage
Puissance Divine: 421
Alignement du personnage: Chaotique mauvais
Topics terminés: 7
MessageSujet: Re: La fin d'un long repos   2018-08-18, 11:23

 
La fin d'un long repos

Les agissements du dragon était d’une honte sans nom. Si Vanadis faisait au mieux pour se contrôler par rapport aux dragons et à ses antécédents avec ces derniers. Le dragon d’un simple revers de la patte venait tout bonnement de réduire ses efforts à néant. La plaie que les dragons avaient infligé à la dame des ténèbres était à présent ouverte et bien plus que jamais auparavant ce ne fut le cas.
Cette disgrâce allait conduire l’infame bête à écaille dans la gueule de la mort. Et bien que Vanadis respectait serpents et dragons pour leurs origines et leur passé glorieux. La mort de ce dragon viendrait à renforcer l’idée de pardonner définitivement cette espèce pour son outrance et la hantise d’antan.  

Nul n’est censé ignorer le passé des braves, nul ne peut souiller la digne ligné des démons. Les sangs purs aujourd’hui ne se comptant plus que sur les doigts d’une main. Il est inconcevable d’autoriser un tel abus de pouvoir. La provocation vint à soulever un sentiment confus. Se prêtant tant bien à la colère qu’à la haine et qu’au plaisir de la guerre.
La valkyrie se relevait, ses dons de polymorphie n’appartenant plus au passé mais au présent. Sa forme d’une douce et délicate femme à la chevelure d’argent devint une ignominie sans nom et indescriptible. Arpentant la verte herbe de l’Empire Azshary, la nouvelle bête qui s’opposait au dragon n’avait plus rien de commode ni même d’attirant.
Sa gueule faite d’ombres, de flammes et de lumières obscures vint à brûler le sol à chaque pas. La peau en roche volcanique et de braise vint se camoufler sous une armure de ténèbres. L’armure en métal était décorée de runes, runes dont l’origine remonte au premier cercle de la haute caste des démons de sang pur.
Dans son dos trois paires d’ailes venaient à se manifester. Ses ailes n’étaient plus d’or ou d’argent mais simplement faîtes d’ombres et des flammes noires. La raison avait laissé place à la folie et la mort du dragon n’allait plus attendre.  
Animant son corps d’un flux de foudre et de tonnerre, le glas de la magie noire résonnait dans toute la région. Tel un orage violent, la foudre venait frapper la bête devant elle. Encore faible Vanadis n’avait pas assez de puissance magique pour lui permettre d’endommager la bête lui faisant face de cette manière et ce n’était pas là son but. Simplement elle ne possédait plus sa maitrise d’antan.

Comme du sang sortant d’une plaie, la terre offrait alors à Vanadis ses métaux les plus solides et les plus lourds. Dans un alliage que nul forgeron ne pouvait atteindre trois flèches lourdes que seule une baliste avait la force de projeter se formaient.
Tout en saisissant sa hallebarde devenue plus grande comme sa propriétaire, à présent lourde comme une embarcation. Les trois flèches filaient une à un droit dans la bête. La première venait se loger dans le ventre. Les cris de son opposant venaient réconforter le plaisir de la démone. Puis vint la deuxième flèche qui sans attendre que le dragon reprenne ses esprits vint lui perforer l’un de ses poumons. A présent pour le dragon il valait mieux qu’il évite de cracher du feu ou bien sa mort viendrait avec cette action. La dernière et ultime flèche lourde s’en allait droit au cœur. Sans détour la flèche d’un métal aussi noble que redoutable vint à perforer les écailles de la bête sans mal. Et bien que le cœur des dragons fît partie des zones les mieux protégée chez eux, le cœur se retrouvait avec un trait en son sein.

L’immense douleur de la bête vint jusqu’à laisser une immense extase envahir le cœur empli de folie meurtrière. Dans sa grande barbarie et dont l’insouciance d’éliminer l’un des derniers dragons. Sa hallebarde ne devenant plus qu’une arme masquée par la quantité d’éclairs ahurissante. La monstrueuse bête vint à la lancer droit sur le cou de son opposant. La tête du dragon ne tombait qu’une poignée de seconde après que les flèches lourdes n’avaient atteint leur cible.
Avant de partir Vanadis vint à récolter les trésors que renfermé le corps du dragon. Si les écailles ou les crocs pouvaient servir d’arme, elle n’en avait guère besoin. En revanche le cœur, les poumons, les glandes, les yeux et le sang de dragon vinrent renforcer son être après chaque élément ingérer à son être. Son âme venait même à passer dans son corps la bête morte aucun effort n’était nécessaire à cela.
Le corps de ce guerrier gris avait des traces de Kazgoth. Aussi rien que le fait de l’absorber lui permettait de récupérer bien plus tard une partie de la puissance de son feu céleste. Feu céleste ou aussi nommé feu destructeur que seule Vanadis possédait et cela depuis des temps immémoriaux.

L’âme et une partie du corps consommé, la démone pouvait reprendre sa route son esprit apaisait.




Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: La fin d'un long repos   

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Chasseur de mines M619 Vinh-Long
» Recherche des Verre Long Drink F913
» Repos au frigidaire toute la nuit ?
» repos forcé
» remboursements pour patients en maison de repos

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sekai no Tenchi :: Notre monde :: Zones sauvages :: Ruines maudites-
Sauter vers: